Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 22:17
J'ai le plaisir et l'honneur de vous présenter une nouvelle catégorie, toute nouvelle, toute belle.
J'ai longtemps hésitée entre Grandes énigmes de l'Univers et Questions fondamentales-zé métaphysiques, mais finalement, jje me suis décidée pour Interrogations.
Car, comme j'ai déjà eu l'occasion de le mentionner, je passe ma vie à me poser de façon extrêmement sérieuse des questions complètement dépourvues d'intérêt pour la plupart des gens, dans le genre de "pourquoi les trains?".

Avec cette catégorie, j'espère avoir l'occasion de mettre en forme ces interrogations et les ébauches de réponse que je parviens parfois à constituer : ça ne peut que m'aider !
De deux choses l'une :
- ou bien la toute-puissance de mon lectorat rentre en jeu et m'aide à résoudre le mystère (ou à prouver qu'il n'y en eu jamais, de mystère)
- ou bien le fait de classer tout cela bien proprement m'aide à me sortir la question de la tête, laissant de la place pour de nouvelles interrogations, et avec un peu de chance pour la liste des courses.

Voici donc une liste de problèmes tirés des divers articles où ils avaient été évoqués, au fil de la plume. (Si vous en voyez d'autres qui méritent d'être ajoutés, dites le moi)

Je me demande bien quelle est l'origine de l'association de l'entonnoir et de la folie. (post coming up)
(Article)

Pourquoi diable dit-on "piqué des vers" mais mangé aux mites" ?
(Article)

Pourquoi, de tous les produits industriels, les produits cosmétiques sont-ils les seuls à ne pas avoir une liste d'ingrédients en français?
Corollaire : Pourquoi l'INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) s'obstine-t-il à prétendre que la langue utilisée est de l'anglais? Parce qu'aux dernières nouvelles, Aqua, ce n'est pas très shakespearien...

Pourquoi les poches des vêtements sont-elles cousues lorsqu'on les achète?
(Article)

Pourquoi certains mammifères ont des truffes et pas d'autres? pourquoi sont-elles humides?

Et puis le grand classique : quelle est la signification évolutive du rire? des pleurs? Pas des larmes elles-mêmes (ça c'est facile : nettoyer les yeux) , du fait de pleurer dans son entier, avec les modifications d'irrigation sangyuine du visage, du rythme de la respiration, etc. 
(post coming up)

Comme d'habitude, any insight appreciated.
Repost 0
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 21:16
On m'a posé l'autre jour une question à laquelle j'ai été bien empêchée de répondre :
Quelle est la différence entre foulure et entorse?

Je vous accorde que le sujet n'est pas à proprement parler d'une importance capitale pour l'avenir du monde, mais bon quand même, hein, j'aime bien savoir de quoi je parle, et éviter de dire des conneries grosses comme moi quand on me présente avec un air implorant un cheville au triple de son volume normal.
(Oui, j'envisage de suivre une formation d'infirmière parce que comme ça, les gens aurons une onne raison de croire que j'en suis une...)

Mon premier réflexe, le Tlfi, ne m'est pas d'une grande aide

ENTORSE, subst. fém.
A. MÉD. et usuel. Lésion traumatique articulaire due à la distorsion brutale d'une articulation (sans qu'il y ait déplacement durable des surfaces articulaires) et qui s'accompagne d'une élongation ou d'un arrachement ligamentaire.

FOULURE, subst. fém.
B. MÉD. Distension violente et accidentelle des ligaments d'une articulation. Foulure du genou, du poignet; guérir une foulure. (Quasi-)synon. entorse, luxation.

Je proteste hautement devant la formule bâtarde de (quasi)-synonyme, d'autant qu'une luxation est bien différenciée d'une entorse, puisque cela correspond à un déplacement des os les un par rapport aux autres, le plus courant étant le haut de l'humérus qui se fait la malle de la ceinture scapulaire.

LUXATION, subst. fém.
PATHOL. ,,Déplacement anormal des extrémités osseuses d'une articulation l'une par rapport à l'autre``

C'est toujours très impressionnant de voir une épaule démantibulée, et encore plus quand quelqu'un qui s'y connaît la remet en place avec un grand crac!. Je connais un médecin qui s'est ainsi gagné, dans le coin rural où il exerçait, une solide réputation de rebouteux, parce que deux ou trois de ses patients étaient allés expliquer partout qu'il "remettait" les os.

Mais trève de vaticinations.
Wikipédia restant muette sur la question je me tourne donc vers Bob, alias le petit Robert, qui nous dit :

Entorse : lésion douloureuse, traumatique d'une articulation, provenant d'une distansion violente avec ou sans déchirure des ligaments.

Foulure : Légère entorse par distention des ligaments articulaires.

Une foulure ne serait donc qu'une entorse catégorie poids plume, tandis qu'une entorse   au sens propre peut atteindre une certaine gravité : en cas d'arrachement des ligaments croisés du genou, par exemple, on peut dire adieu au footing pour un petit moment.

Au fait, tout le monde est au point sur la différence entre ligament et tendon?
Si ce n'est pas le cas, courrez donc y voir (c'est au programme de cinquième en SVT... je dis ça comme ça.)

Conclusion partielle : il n'y aurait donc entre les deux mots qu'une question de degré.

Problème : j'ai trouvé un site médical pour apporter la contradiction qui nous dit :

Entorse. Lorsqu’un ligament est étiré ou déchiré, il s’agit d’une entorse. 

Foulure. Les foulures surviennent lorsqu’on s’étire ou se déchire un muscle.

Qui croire ? Par défaut le Robert est tentant, mais l'expertise revient sans doute aux professionnels de la santé.
Dans le doute, je me range du côté du dictionnaire, non par tradition, mais parce que le site Santé Ontario est, comme son nom l'indique, canadien. Il peut donc s'agir d'un conflit d'usage de la langue...
On trouve d'ailleurs les mêmes définitions  sur d'autres sites canadiens :

Entorse: Lorsque vous vous blessez à un muscle ou à un ligament, à un tendon ou aux tissus mous entourant vos articulations (coudes, chevilles, genoux, doigts, orteils).

Foulure: Lorsque vous vous étirez un muscle. (source)

tandis  que les belges soutiennent notre Robert national.

À suivre donc, pour peu qu'un médecin ou un carabin daigne me sonner son  opinion éclairée.

PS : je vous aurais bien mis une jolie illustration, mais rien à faire, pas moyen de la charger.

Edit : En parlant de ligament croisé du genou, et au cas où vous penseriez que les entorses, ce n'est jamais bien grave, je vous invite à regarder cet extrait d'un match de Mary Pierce. Conidérant que les sportifs sont généralement durs au mal, ses hurlements de fauve mis à mort sont vraiment impressionnants. (Via Joker to the thief)


 
 


Youhou! j'ai réussi à mettre du Youtube!
Donc tout ça pour dire que oui, ça c'est une entorse, et pas une foulure...
Repost 0
10 avril 2006 1 10 /04 /avril /2006 10:53
Vous savez sans doute que les États-Unis  ont une politique très stricte d'embargo envers Cuba, pour le  plus grand désespoir des amateurs (américains) de cigares (cubains). Mais, me direz-vous, ils peuvent toujours aller en profiter à l'étranger, du moment qu'ils ne ramènent pas les barreaux de chaises interdits sur le sol des USA.
Eh ben non.

Depuis septembre 2004, il est interdit aux personnes relevant de l'autorité des USA (citoyens américains ou immigrés légaux) d'acheter ou de consommer des cigares cubains où que ce soit dans le monde.(via Wikipédia, entrée Tom Delay)

Je cite le Cuban Cigars Update émis le 30/09/04 par le Bureau de contrôle des ressources étrangères (OFAC) :

The question is often asked whether United States citizens or permanent resident aliens of the United States may legally purchase Cuban origin goods, including tobacco and alcohol products, in a third coutry for personal use outside the United States.The answer is no.

On demande souvent si les citoyens des États-Unis ou les résidents  permanents des États-Unis peuvent acheter  légalement des biens d'origine cubaine, tabac et alcool inclus, dans  un pays tiers pour usage personnel hors des États-Unis. La réponse est non.

Le contrevenant encourt jusqu'à 250 000 dolars d'amende et 10 ans de prison, de quoi faire réfléchir même en considérant l'improbabilité de se faire prendre sur le fait au beau milieu de, mettons, la jungle amazonienne.

J'imagine que la CIA a autre chose à faire en se moment que de se soucier des poumons des citoyens américains expatriés, mais le principe de cette loi me pose tout de mêm problème : voici un état qui prétend imposer sa juridiction sur ses citoyens au-delà de ses compétences territoriales.
Pour l'instant, le fait de ne pas pouvoir se mettre minable au Havana Club reste une contrainte assez négligeable pour le yankee en vadrouille, mais le précédent n'est pas sans conséquence.
Car qu'adviendra-til le jour où un pays décidera que ses citoyens sont soumis à une loi en contradiction avec celle d'un pays tiers?
Je ne sais pas, moi, un pays qui décide que rouler à gauche est à la racine de tous les maux et interdit à ses resortissants de le faire. Comment conduisent-ils en Angleterre?
Damn if you do, damn if you don't? On pourrait donc interdire l'accès de certains pays simplement en émettant des juridictions soigneusement choisie...

Serait-ce théoriquement possible? Y a-t-il des lois internationales sur la question? Est-ce pratiqué par d'autres pays?
J'appelle au secours les juristes internationaux compétents susceptibles de me lire, pour plus de détails sur la question.

Aha! J'ai au moins une réponse à cette dernière question : il existe bien d'autres pays pratiquant un contrôle législatif au-delà de leur juridiction territoriale... la France.

L'article 113-6 du Code Pénal nous dit :

   La loi pénale française est applicable à tout crime commis par un Français hors du territoire de la République.
   Elle est applicable aux délits commis par des Français hors du territoire de la République si les faits sont punis par la législation du pays où ils ont été commis. (C'est moi qui souligne)

C'est-à-dire qu'assassiner quelqu'un (crime) à l'étranger est toujours passible de procès en France lorsque l'assassin est français (1), mais qu'un délit ne sera poursuivi en France que s'il est contraire à la législation locale, à la condition que la victime (ou ses ayants droit) porte plainte, ou que le pays tiers dénonce officiellement le délit (2).
La seule dérogation à ces principe est le cas de la prostitution des mineurs à l'étranger (tourisme sexuel), auquel cas le ministère public peut prendre l'initiative sans plainte ni dénonciation officielle.

Donc pour l'instant, pas de risque pour les cigares même en cas d'embargo : ce n'est pas encore un crime...

(Et la compétence universelle en Belgique? Mince, je ne suis pas rendue...)


(1) Ou la victime, d'ailleurs (cf 113-7).

(2)  Article 113-8
Dans les cas prévus aux articles 113-6 et 113-7, la poursuite des délits ne peut être exercée qu'à la requête du ministère public. Elle doit être précédée d'une plainte de la victime ou de ses ayants droit ou d'une dénonciation officielle par l'autorité du pays où le fait a été commis.

Repost 0
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 00:00
Comme vous devez le savoir depuis le temps, des fois, je me pose des questions à la con. Celle du jour (en fait, du mois dernier, l'article traînait dans un fond de tiroir numérique) est la suivante :
Les organisations scoutes liées à une religion donnée exigent-elles que leurs membres soient membres de cette religion?
Petit regard sur les pages ouèbes correspondantes...

Edit : Il y a eu un début de polémique dans les commentaires, les updates en vert en sont issues.

Pour les Scouts musulmans et les Eclaireurs israélites, je n'ai pas trouvé de déclaration d'intention sur la question. Quant au cas des Eclaireurs de France, la question ne se pose pas, vu qu'ils sont laïques (on peut  se reporter à leur Règle d'or)

Je me retrouve donc limitée aux organisations chrétiennes.
Ah non, je mens : je découvre grâce à l'article Scoutisme de Wikipedia les Eclaireurs Neutres de France, qui sont aussi laïcs, mais qui ont scissionné au motif que  :
Quels que soient les motifs qui ont fait venir à nous les filles et les garçons dont nous nous occupons, nous considérons que l'adhésion de chacun à un idéal spirituel ou religieux est indispensable .


Pour les Scouts de France (Catholiques) :
Indépendants de tout parti politique, les Scouts et Guides de France sont ouverts à tous, sans distinction d’origine, de culture ni de croyance.

Pour les Eclaireurs Unionistes (Protestants) : 
Les EEUdF ne sont pas un mouvement d’église et sont donc véritablement ouvert à tous.

Les Scouts d'Europe rigolent beaucoup beaucoup moins avec la question de l'appartenance religieuse : le baptême est obligatoire pour prononcer la promesse, et seules certaines confessions sont acceptées (catholique, orthodoxe, et certaines églises évangéliques). Soit.
Il est à noter que certaines meutes de louveteaux acceptent les non baptisés, mais je n'ai pas réussi à savoir si la catéchèse était obligatoire.
Au vu du peu que je connaissais des scouts d'Europe, le contraire m'aurais étonnée. Mais j'en ai profité pour jeter un coup d'oeil à leur site, et il y a tout de même des trucs marrants. Par exemple :

A l'âge de l'éducation, qui est celui de l'enfance et de l'adolescence, on ne peut, certes, mettre en contact habituel, sans nécessité, des jeunes de confessions différentes au risque de les mettre sur la voie du relativisme et du scepticisme. Aucun mélange intempestif ne doit donc se produire sous prétexte d’unité: il est indispensable, à cet âge, que chacun demeure, pleinement et totalement, dans la fidélité à son Église, rendant ainsi un témoignage véritable et sincère de la foi dont il est justement fier.

Ce que, dans ma grande mesquinerie, je traduis par :il faut attendre qu'ils soient suffisemment endoctrinés pour que la variété des religions ne les fassent pas trop réfléchir...
Et pour la dernière sonne d'une façon délicieusement surannée :

Au niveau des chefs, un tel dialogue est non seulement bienfaisant mais indispensable: face aux divers matérialismes ambiants qu'ils soient d'origine marxiste ou autre, au développement des sectes, à l'indifférence religieuse, ceux-ci ont le devoir de travailler activement à construire le réseau humain qui témoignera dans le monde de l'universalité de l'Eglise du Christ.

Tiens, un autre point qui me trouble ; on trouve sur la page de la fédération européenne le texte de la Promesse du scout d'Europe en fonction du pays.
Pour la Belgique on lit :
Je m'engage à servir de mon mieux Dieu, l'Eglise, le roi, ma patrie et l'Europe,

Alors que la version espagnole se contente de :

Prometo servir a Dios, a la Iglesia, a mi patria y a Europa,

Mais dîtes-moi, pourquoi mentionne-t-on le roi dans la promesse belge, mais pas dans la version espagnole? Les dynasties saxonnes auraient-elles plus de droit divin que celles des Bourbons? Encore un mystère insoluble...


Repost 0
25 février 2006 6 25 /02 /février /2006 00:00
Attention, aujourd'hui, c'est remarque à la con.
Mais vraiment à la con, hein.

Toujours là? je vous aurais prévenus.
La dernière question con qui soit passée entre mes deux oreilles bat des record en la matière, mais je ne voudrais pas la garder pour moi. Vous êtes prêts? C'est parti. Ma question est :
Pourquoi les trains?

Oui je sais, on dirait une question de gamin de trois ans, ou une chanson des Wriggles, mais je persiste, et je précise : pourquoi les rails?
Dans un contexte de routes approximatives, de suspensions rudimentaires et d'absence de pneus, je conçois bien que les chemins de fer aient bénéficié de gros avantages comparatifs par rapport aux voitures au XIXe siècle.
Mais maintenant? Pourquoi, par exemple, les trams?

Je ne suis pas en train de dire que ce n'est pas une bonne idée, je voudrait juste savoir pourquoi.
Mes deux hypothèses sont les suivantes :
- il y a (beaucoup?) moins de frottement en utilisant des rails, d'où des économies significatives d'énergie
- les rails permettent à une seule locomotive de trimballer une ribambelle de wagons sans avoir peur de les voir se faire la malle dans le décor au premier tournant.
Et il suffit de voir une manoeuvre de bus double autour d'un rond-point pour se rendre compte que sans les guides des rails, pas moyen d'avoir plus de trois wagons, et encore je suis gentille.

On pourrait rajouter le temps gagné par un itinéraire specifique non interrompu, mais c'est caduc pour les trams en ville (il y a toujours les feux rouges), et puis après tout les autoroutes aussi sont supposées ne pas être interrompues.

Parce que quand on voit le prix d'un kilomètre de voie ferrée, même pas TGV, hé ben on se dit qu'il vaut mieux qu'il y ait de bonne raison...

Si vous avez des idées de réponses, je suis toute ouïe, en attendant que je pose la question à mon papa, parce que si lui ne sait pas, je vois pas qui. (C'était la page de pub de la DDB, Daddy DataBank)

Update : Merci à R pour le lien ultime sur la question.

Repost 0
22 novembre 2005 2 22 /11 /novembre /2005 00:31
On a enfin enlevé de mon coeur deux grands poids, résolu deux interrogations métaphysiques qui plombaient la légèreté de ma curiosité intellectuelle, ôté deux cailloux pointus dans la chaussure de ma compréhension du monde, deux obstacles à mon bonheur cosmique.
Du fond du coeur merci.
Je vous livre donc les Réponses.

La conspiration des boutonnages sexués

Lorsqu'on est une fille dotée de parents pas complètement lobotomisés, on a un début de vie simple : on a plus de choix vestimentaire que les garçons (on peut porter du bleu ou du rose, des pantalons ou des jupes), dont la tenue est généralement assurée par des élastiques.
Quand on grandit, on découvre le bonheur des boutons au rayon enfants unisexe, et tout va toujours bien, si l'on a la magnanimité de négliger quelques cols claudine malencontreux. On peut piquer la chemise de son frangin sans souci, on fait des concours de tir de fléchettes adhésives, de toute façon le tir au pigeon mécanique c'est MON cadeau, la vie est belle, tralala.
Et puis, soudain tout s'accélère : ton corps change, tu commences vaguement à comprendre que les tee-shirts même XXL ne le cachent que mal, les coins des meubles attaquent vicieusement aux hanches, on découvre le concept de fringue cintrée, et... les boutons se rebellent. Ceux du visage, bien sur, mais aussi ceux des  vêtements.

Ben oui, un peu comme les premières règles, c'est un signe qu'on devient adulte : le boutonnage femme.
Au lieu d'être placés à un endroit raisonnable, les boutons ont changé de camp, avec la lâche complicité des boutonnières. La vie devient un enfer.

Pourquoi? Je le sais enfin.
Voyez-vous la majorité de la population est droitière. Donc il lui est beaucoup plus pratique d'avoir les boutons à droite et les boutonnières à gauche, de façon à pouvoir guider les boutons de la bonne main.
Ça, c'est le boutonnage homme.
Et les femmes, me direz-vous?
Elles sont toutes gauchères?
Elles sont toutes prestidigitatrices?
Elles doivent expier le péché originel en boutonnant dans la douleur?
Non. Bien pire que ça.
Elles héritent, les malheureuses, d'une tradition victorienne, d'un boutonnage inversé car il est plus facilement fait par une autre personne, droitère elle aussi.
C'est bien connu, une femme, ça ne s'habille pas toute seule. Ça a une camériste!

Ah, nom de putain de dieu de merde, si je n'étais pas si contente d'avoir une explication logique, je serais énervée, tiens. Heureusement que j'ai laissé tombé les cols claudine.

Le mystère des coins survivants

Vous savez, quand vous lisez un livre
relié un peu vieux, il arrive parfois de tomber sur un coin replié, qui n'a pas été proprement coupé lors du massicotage, et qu'on ne peut même pas déplier, car ça le ferait dépasser des autres pages.
Comme moi, vous vous êtes peut-être déjà grommelé en votre for intérieur : pour un travail aussi soigné, c'est tout de même dommage de rater une page!
Hé bien, suite à l'avoeu d'un relieur amateur, j'ai enfin l'explication, qui fera sans doute trembler le monde sur ses bases : en fait, c'est fait exprès.
Ben oui.
C'est une façon pour le relieur de dire : regardez comment j'ai bien fait mon travail, je partais d'un papier de telle taille, et je n'en ai presque pas enlevé.
Bon c'est bien joli, mais moi, je trouve ça crassou quand même, de tout gaouiner comme ça. Mais c'est mon avis, hein.

Voilà.
Vous aussi, vous dormirez mieux ce soir, hein?



Question métaphysique en cours :
Pourquoi, de tous les produits industriels, les produits cosmétiques sont-ils les seuls à ne pas avoir une liste d'ingrédients en français?
Corollaire : Pourquoi l'INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) s'obstine-t-il à prétendre que la langue utilisée est de l'anglais?
Parce qu'aux dernières nouvelles, Aqua, ce n'est pas très shakespearien...

[Edit du 25/11/05] : Autre question de couture
Pourquoi les poches des vêtements sont-elles cousues lorsqu'on les achète?

Repost 0
27 septembre 2005 2 27 /09 /septembre /2005 00:00
Je me demande d'où diable vient l'expression/citation :

C'est là que les Athéniens s'atteignirent, que les Perses percèrent, que les Satrapes s'attrapèrent...

(on ajoute parfois : que les Parthes partirent, que les Traces tracèrent...)

Toute aide est bienvenue!

Repost 0
18 juillet 2005 1 18 /07 /juillet /2005 00:00
Ma vie est une épreuve quotidienne, et c'est entièrement de ma faute : je passe mon temps à me tarauder avec des questions parfaitement inutiles, et pas forcément évidentes à résoudre. Non, je ne parle pas d'énigmes comme celle-ci, ou de questions existentielles, juste des interrogations tellement dénuées intérêt que tout le monde me regarde avec des yeux ronds quand j'en parle...

Au hasard :
À quoi sert le trou dans le bâton des sucettes?
Vous savez, l'ouverture rectangulaire à l'extrêmité bonbonifère, que l'on ne voit que la sucette finie. Cela doit bien avoir une utilité lors de la fabrication puisqu'il se retrouve partout...
Dans le temps, les sucettes Pierrot Gourmand en avaient même fait des sifflets (grande idée, AMHA), et j'ai remarqué que les Chupa Chups géantes avec un chewing-gum dans la sucette avaient deux trous.
Hypothèse de travail : Cela sert au cours du moulage du bonbon, pour être sûr qu'il n'y ait pas de bulle d'air.
OK, ce n'est pas terrible, mais c'était ça ou "pour que les gosses qui avalent le bâton puissent encore respirer". Vous échappez au pire...

Autre interrogation tout aussi cruciale : est-ce que les termes de marine s'appliquent en eau douce, et plus particulièrement dans le cadre de la navigation fluviale?
En clair, dit-on "babord" et "tribord" pour les péniches?
Merci aux mariniers qui voudront bien me tirer des affres du doute...

Et dites-vous bien que des comme ça, j'en ai plein!


Edit : Je viens d'avoir confirmation pour les termes de marine fluviale... One down, three zillion to go!

Repost 0

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao