Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 19:02
Deux citations tirées du Dictionnaire du mensonge de Pio Rossi, aux très belles éditions Allia, 1998 :

Mieux vaut rencontrer les corbeaux que les adulateurs : les un mangent la chair des morts, les autres celle des vivants

Qui prétend à la fiction et au mensonge, qu'il choisisse la poésie. Les poètes ne disent jamais le vrai, si ce n'est lorsqu'ils avouent qu'ils sont pauvres.

J'y ai aussi noté une version de la légende des langues d'Ésope différente de celle dont je parlais au début de l'année :

Plutarque rapporte dans son Banquet des Sept Sages comment le pharaon Ahmose II fit présent à Bias le philosophe d'une victime entière : sous condition qu'il lui renverrait, de celle-là même, la meilleure et la pire des parties. Le sage hésita quelque temps en lui-même. Tantôt il prenait l'oeil comme pire de nos sens, mais il ne lui semblait pas qu'il fût meilleur pour autant. Tantôt il choisissait la main, tantôt le coeur. Mais il répugnait à ce choix. Finalement il se décida à faire couper la langue et à la donner au messager en lui ordonnant de l'apporter à son roi : ce membre était exactement selon ses désirs.

D'après sa notice, l'auteur a vécu toute sa vie dans un monastère, ce qui ne l'a pas empêché d'écrire moults bouquins sur la nature humaine et ses défauts. You can take the man out of the world, but you can't take the world out of the man, I guess...



Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 16:43
The nineteenth century, as we know it, is largely an invention of Balzac.

Oscar Wilde, De Profundis, Penguins.

Une timide prémonition de la théorie du temps fantôme ?
Non, bien sûr, simple réthorique, mais elle n'en est pas moins amusante, surtout pour un lecteur français : il ne fait pas de doute que le plus gros de ce que l'inconscient collectif croit savoir du dix-neuvième vient plus ou moins directement de Balzac et Zola.

Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 12:34
All stories, they say, begin in one of two ways: "A stranger came to town", or else, "I set out upon a journey." The rest is all just metaphor and simile.

Toutes les histoires, dit-on, comment d'une de ces deux façons : « Un inconnu arriva en ville » et « Je partis en voyage ». Tout le reste n'est que métaphore  et comparaison.

Barbara Kingsolver, Animal, Vegetable, Miracle, Faber and Faber, 2007.
À votre avis, qu'en penserait Vladimir Propp ?
Et vous pouvez vous amuser avec le générateur automatique de contes (en anglais)...



Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 12:16
Emmanuel Kant conjecturait avec perspicacité que les babouins pourraient parler s'ils le voulaient , mais qu'ils ne le faisaient pas parce qu'ils craignaient d'être mis au travail
.
Groupe Krisis, Manifeste contre le travail, 10/18, 2004.

Quelqu'un aurait-il la référence exacte chez Kant ?

Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 12:00
Dans un recueil de science-fiction préfacé pa C.S. Lewis, Brian Aldiss et Kingsley Amis, rien que ça, je lis :

"I'm resigned to living in a chess-type universe -- few and simple rules, but infinite combinations of them. But it would be nice to know an answer sometime."

Traduction maison : « Je suis résigné à vivre dans un univers ressemblant au jeu d'échecs : quelques règles simples, mais une infinité de combinaisons. Mais ce serait agréable d'avoir une réponse, un jour. »

Hal Clement, « Hot Planet », Spectrum 4, a Fourth Science Fiction Anthology, Pan Books, Londres, 1965.


Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 12:00
Qu'est-ce donc exactement qu'un gentleman sérieux ?

Je ne sais pas au juste ce que c'est que le «sérieux».
On peut en faire une contrefaçon très réussie, en négligeant sa tenue, en allant et venant d'un air distrait, en emportant chez soi du travail de son bureau, où l'on est resté jusqu'à sept heures, en recevant le dimanche une foule de gentlemen indigènes.
Rudyard Kipling, «Le Cochon», ibidem.

On remarquera que la traduction date un peu, et a une ponctuation typiquement anglaise. On dirait mieux « en ramenant chez soi du travail du bureau ». En outre la première virgule de l'énumération  a une valeur de scansion mais pas de grammaire, ce qui est à mon sens fort peu français.
(Corrigé sur la suggestion de Tororo, la phrase précédente ne voulant rien dire, vu que j'avais oublier ladite virgule...)

Sur le sujet, avez-vous lu Eats, Shoots and Leaves ?
Non ?
Eh bien vous devriez.

Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 12:00
Je dédie cette citation à la patronne des musiciens et son félin préféré...

À l'exception, naturellement, des chutes de cheval, il n'y a pas d'accident qui soit plus fréquent et plus fatal qu'un mariage devant l'officier d'état civil.


Rudyard Kipling, «Dans l'orgueil de sa jeunesse »,
une nouvelle du recueil Nouveaux contes des Collines,  éditeurs Nelson, Paris,
imprimé en Écosse pendant l'entre-deux-guerres.
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 12:02
J'ai enfin fini par trouver le temps et l'occasion de lire Colomba, de cet inénarrable Prosper Mérimée. Saviez-vous qu'il était considéré comme fort laid (pas tant que ça, je trouve, mais chacun ses goûts), ce qui explique sans doute qu'il soit resté ami avec George Sand jusqu'à sa mort ?
Mais je m'égare.
Je me devais donc d'en noter au moins un petit passage : je choisis le récit d'un bandit corse qui explique à notre héros ce qui lui vaut ce statut de hors-la-loi :


«Une soeur à moi qui avait fait des folies pendant que je dévorais les bouquins à l'université de Pise. Il me fallut retourner au pays pour la marier. Mais le futur, trop pressé, meurt de la fièvre trois jours avant mon arrivée. Je m'adresse alors, comme vous l'eussiez fait à ma place, au frère du défunt. On me dit qu'il était marié. Que faire ?
- En effet, cela est embarrassant. Que fîtes-vous ?
- Ce sont des cas où il faut en venir à la pierre à fusil1.
- C'est-à-dire que...
- Je lui ait mis une balle dans la tête, fit froidement le bandit.»

1. La scaglia, une expression très usitée

Mérimée était un vrai historien et géographe, mais dans ces cas-là, il est difficile de savoir s'il s'agit d'anecdotes véraces ou de couleur locale un peu over-the-top...


Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 00:00
J'ai trouvé sur IMDb, dans une discussion sur le film 28 semaines plus tard, cette remarquable caractérisation des stéréotypes cinématographiques, par vardhank1 :

Intelligence and overall personality in the US Army (or more or less any organisation, again generally American) is determined by rank.

If you're a General or CEO, you'll be a stubborn hardass who refuses to listen to anyone. You tend to say, "Security, get this man/woman/tentacled alien out of here" rather a lot. ORDERS ARE ORDERS UND YOU VILL OBEY!

If you're a mid-level officer, you'll be the only person in your organisation at that rank. (Exception: if there's another person at the same level, or preferably a level above you, he/she will hate your guts and do everything possible to undermine you.) You will also be the only person in your organisation who's right. You'll be the only person working in THAT SPECIFIC DEPARTMENT of your organisation that has anything to do with the problem at hand. And no one will listen to you. Your name is probably Cassandra.

If you're a lower-level officer (Something like a Sergeant), you'll be a bit dumb, totally unable to figure out the problem, but you'll be kind-hearted and pretty good with anything that goes BANG. You'll probably die.

If you're a security guard/bottom level operative, you'll have the intelligence of pond scum. You'll stop the good guy from getting where he needs to but lay out a red carpet for the baddie. You'll die - and you'll deserve to. And your family won't miss you.

Painfully accurate...
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 19:16
Je suis tombée, un peu par hasard (en partant de cet article amusant, et en passant par cette liste intéressante) sur le texte d'une conférence de Philip K. Dick intitulé Comment construire un univers qui ne s'écroule pas deux jours après.
On y apprend entre autre que Dick apprécie peut d'être pris pour un bout de gréement par un nain avec des oreilles noires, mais aussi d'autres choses, plus pertinentes, par exemple que nous ne sommes pas en Judée, en l'an 50 après J.-C. Si, si.

Je vous en donne ici quelques extraits :

Science fiction writers, I am sorry to say, really do not know anything. We can't talk about science, because our knowledge of it is limited and unofficial, and usually our fiction is dreadful.

En réalité, les auteurs de science-fiction
cela me peine de le dire  ne savent rien. Nous ne pouvons pas parler de science, nos connaissances scientifiques sont limitées et officieuses, et en général notre fiction est très mauvaise.

I can't claim to be an authority on anything, but I can honestly say that certain matters absolutely fascinate me, and that I write about them all the time.

Je ne peux pas prétendre être une autorité sur quoi que ce soit, mais je peux dire honnêtement que certains sujets me fascinent complètement, et que j'écris  dessus tout le temps.


But the problem [of the definition of reality] is a real one, not a mere intellectual game. Because today we live in a society in which spurious realities are manufactured by the media, by governments, by big corporations, by religious groups, political groups—and the electronic hardware exists by which to deliver these pseudo-worlds right into the heads of the reader, the viewer, the listener.

Mais le problème de la définition de la réalité est un vrai problème, pas un simple jeu intellectuel. Car aujourd'hui nous vivons dans une société où des réalités fabriquées par les médias, les gouvernements, les grandes entreprises, les groupes religieux et politique - et il existe le matériel électronique pour diffuser les pseudo-mondes directement dans la tête du lecteur du spectateur, ou de l'auditeur.


The pre-Socratic Greek philosopher Parmenides taught that the only things that are real are things which never change... and the pre-Socratic Greek philosopher Heraclitus taught that everything changes. If you superimpose their two views, you get this result: Nothing is real. There is a fascinating next step to this line of thinking: Parmenides could never have existed because he grew old and died and disappeared, so, according to his own philosophy, he did not exist.

Le philosophe grec présocratique Parménide professait que les seules choses réelles étaient celles qui ne changent jamais.... et
le philosophe grec présocratique Héraclite professait que tout change. Si vous superposez leurs deux points de vue, vous obtenez ce résultat : rien n'est réel. Le stade suivant dans ce raisonnement fascinant est  que  Parménide ne pouvait pas exister puisqu'il est devenu vieux, qu'il est mort et qu'il a disparu, donc, selon a propre philophie, il n'existait pas.

I offer this merely to show that as soon as you begin to ask what is ultimately real, you right away begin talk nonsense.

Je vous présente ceci simplement pour monter qu'aussitôt que vous commencez à demander ce qui est réel en fin de compte, vous vous mettez à dire des absurdités.

It is an eerie experience to write something into a novel, believing it is pure fiction, and to learn later on—perhaps years later—that it is true.

C'est une expérience étrange d'écrire quelquechose dans un roman en croyant que c'est de la pure fiction, et d'apprendre plus tard
parfois des années plus tard que c'est vrai.

En pratique, il donne des exemples beaucoup trop vagues ou coïncidentiels pour être intéressants. Je pensais plus pour ma part, aux exemples frappants d'auteurs d'anticipation "visionnaires", mais cela n'a rien de troublant : sur les centaines d'hypothèses formulées sur le future proche de l'humanité, on ne s'ébaubit que de celles qui se sont, d'une façon ou d'une autre, réalisées...

Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao