Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2005 4 15 /09 /septembre /2005 00:00
Pour étendre votre culture musicale, prenez le métro!

Je ne parle bien sûr pas des sévices auxquels sont quotidiennement soumis Les yeux noirs et quelques autres standards, et encore moins des pénibles bourdonnements que nous infligent les baladeurs de nos voisins de rame.
Je pense plutôt au fait que la Ratp a considérablement diversifié les genres de musiques qu'elle autorise à être joué dans ses couloirs.
En une semaine, j'ai en effet eu l'occasion de voir deux instruments que je n'avais encore jamais rencontrés.

bandoura J'ai d'abord découvert ce qu'était la bandoura (ou bandura) : un instrument traditionnel ukrainien, très joli à voir, et qui évoque un improbable croisement entre une harpe et une mandoline doté d'un nombre de cordes proprement étourdissant. Et en plus, cela accompagne très bien le chant.

Quelques jours après je suis tombée sur une joueuse de dulcimer, avec un répertoire de chansons du XVIIème siècle tout à fait agréables.
dulcimer des AppalachesSuite à je ne sais plus quelle histoire lue dans ma jeunesse(**), je me l'imaginais comme une espèce de tympanon (c'est le hammer-dulcimer, qui se joue avec des mailloches très légères), tandis que j'étais en présence d'un dulcimer à cordes pincées, en forme de 8 très allongé, qui apparemment est aussi très appréciées des musiciens country et bluegrass dans les Appalaches.

vieille à roue Et tout ça m'a rappellé qu'il y a plusieurs mois déjà, vers minuit, j'étais restée bouche bée devant un joueur de vielle à roue dont le bourdon se percevait à des dizaines de mètres. À ma demande, il m'avait gentiment expliqué le fonctionnement de l'instrument (qui est à la fois à cordes frottées et à clavier, pas simple...), et quand je l'ai laissé il se lançait dans une grande démonstration à l'intention de la troupe de musiciens de rames (violon, accordéon, etc) rentrant manifestement de leur journée, et qui semblaient aussi ébaubis que moi...

Comme quoi on en apprend vraiment tous les jours!



* : Vous allez me demander : "Mais où est le psaltérion promis?"
Eh bien en attendant que j'en croise un dans le métro, je peux déjà vous dire que c'est comme un tympanon, mais joué avec des plectres. Si, si.
Ah, c'est quoi un plectre? ben euh... en très gros, un mediator!

** : On me confirme qu'il s'agit de L'Enfant au dulcimer, encore un roman Je Bouquine.
Comme quoi ça marque.



PS
: en cherchant des renseignements sur ces bidules et leurs cousins, je suis tombée sur une multitude de très jolis sites consacrés aux instruments médiévaux, dont celui-ci, décrivant les prouesses d'un luthier amateur.
C'est très impressionnant, et ça donne l'impression excessivement fausse que ce serait presque facile...
Repost 0
Published by Abie - dans Enthousiasmes
commenter cet article
4 septembre 2005 7 04 /09 /septembre /2005 00:00
Ah!
Ce n'est pas tous les jours qu'on tombe, par le plus grand des hasards, sur une perle de petit spectacle qui vous met de bonne humeur pour la semaine.
En effet, et pour mon plus grand bonheur, la Mairie de Paris, en association avec une foultitude de partenaires, organise ce ouiquènnde une sorte de festival d'opéra populaire : des spectacles de rue, gratuits, originaux et plein de fraîcheur, sous le nom d'Opéra des rues.

C'est comme ça que je me suis retrouvée ce samedi, sur une obscure petite place du treizième arrondissement (1), à écouter un ensemble lyrique comme je n'en avais encore jamais rencontré.
Pour reprendre la présentation du prospectus : l'Ensemble Acide Lyrique, composé d'une diva sulfurique, d'un ténor vraiment léger, d'un baryton profond et d'un pianiste aqueux, est une solution astringente destinée à dissoudre les préjugés sur l'opéra.
Et par ma barbe,c'est bien ce qu'il font...

Commencer un récital, même parodique,  par une version lyrique à trois voix de La Pitchouli, je trouve que c'est une preuve d'auto-dérison du meilleur goût...
Les costumes étaient aussi un grand moment de poésie, allant de la satyre fine au loufoque le plus délirant.
Connaissant ma mémoire de musaraigne, j'ai même pris sur moi, dans un accès de conscience graphomaniaque (2), de noter le plus gros de leur répertoire, et ça en valait la peine.

Jugez plutôt :

- La Pitchouli donc,
- Quand le virage se met à chanter (!)
- J'ai encore rêvé d'elle
- Vertiges de l'amour
- L'air de Marguerite (mais si, je suis sûre que vous connaissez : "Ah! je ris, de me voir si belle en ce miroir"...)
- Love on the beat
- L'amour est enfant de bohème repris en
"Sa voix lui pose des problèmes, / Elle n'a jamais jamais connu de loi"
avec la cantatrice qui passe imprévisiblement de chant lyrique à la voix de chanson populaire d'avant guerre (bonjour les cordes vocales!) et qui boude "si tu ne l'aimes pas, moi, je l'aime!!"
- Donne Mobile transformé en hymne à la gloire du ténor, qui se termine par un mythique "Quand je pousse mon contre-ut,/ Le public est en rut..."
- Sauvez trente millions d'amis parce que l'opéra aussi peut être un art engagé,
- La Flûte enchantée, sérieusement mise à mal :  "J'ai amené mes plumes et mon boa,/ A Paris, on m'appelle Tata Gena"

Mais aussi : Alexandrie Alexandra, La Truite de Schubert en version Lili Marlène, et bien d'autres...

Je suis repartie en faisant des duos d'une efficacité douteuse avec mon père sur l'air de la Reine de la nuit, et La Truite version Francis Blanche, et ça, comme dirait une pub Mastercard, ça n'a pas de prix.



(1) Soyez francs, la place de l'Escadrille Normandie-Niemen, ça vous dit quelque chose?
(2) Pour quelques considérations sur la question, voir Le livre du rire et de l'oubli  de Kundera. Ici, un extrait qui a été beaucoup cité dans la blogosphère, et qui présente il est vrai une certaine pertinence.

Repost 0
Published by Abie - dans Enthousiasmes
commenter cet article
11 juillet 2005 1 11 /07 /juillet /2005 00:00
Avisse à la population

suspendu

Les bacheliers bringuent, les juillettistes juillettent, et sous peu le Président présidera au défilement du défilé : en cette période de bals populaires et de flonflons, je vous propose une alternative à la sélection musicale du bal des pompiers...
 

Le Mercredi 13 juillet,
Sthita joue au Teddy's bar,
3 rue Thouin dans le 5ème.


Venez découvrir la musique de l'un et la vodkarambar de l'autre!

Si vous aimez le jazz, je vous recommande venir.
Si vous ne connaissez pas le jazz, je vous suggère de venir.
Si vous n'aimez pas le jazz, parce que c'est une musique snob incompréhensible, je vous ordonne de venir : c'est le moment où jamais de changer d'avis...

Repost 0
2 juin 2005 4 02 /06 /juin /2005 00:00
Continuons dans les coups de coeur bibliophiliques...

Shakespeare and Co

Si vous êtes parisiens ou de passage à Paris, il y a une librairie à ne rater sous aucun prétexte : c'est un monument historique à elle toute seule.
Shakespeare and Co. a été fondée il y a une quarantaine d'années par un Américain amoureux de Paris et petit-fils du poète Walt Whitman, et la petite librairie (principalement anglophone) est vite devenue le point de rendez-vous de tous les expatriés parisiens, vite suivis des étudiants de la Sorbonne.
L'atmosphère est unique : il y a des livres absolument partout, du sol au plafond (et jusque sous les escaliers!), les chats dorment sur les étagères, certains que personne n'osera les déranger, les badauds jettent de la menue monnaie dans un puits à voeux, tandis que d'autres d'absorbent dans leur lecture...
Il y a aussi des citations inscrites à des endroits improbables, comme un linteau de porte, ou une contremarche; la devise trône au-dessus de l'escalier :

Be not inhospitable to strangers, lest they be angels in disguise
Ne manquez pas d'hospitalité envers les étrangers, de peur qu'ils ne soient des anges déguisés.

C'est l'endroit rêvé pour vous faire votre culture à coup de Penguins Classics (par exemple : Complete Sonnets de Shakespeare, dix francs à l'époque), d'autant que les horaires d'ouvertures sont originaux, puisqu'on peut aller s'y balader de midi à minuit!
Et ma mère me raconte que lorsqu'elle était jeune, le propriétaire était connu pour fermer les yeux sur les étudiants désargentés qui s'endormaient sur les banquettes, et les laisser y passer la nuit....
Vous pouvez même faire une visite virtuelle, mais rien ne replacera cinq minutes à explorer les étagères, alors la prochaine fois que vous passerez dans le Quartier Latin, n'hésitez pas.
Skakespeare and Co, 37 Rue de la Bûcherie, juste à côté du parvis de Notre-Dame : vous ne pouvez pas vous tromper...

En Marge

Pendant que j'y suis, je tiens à vous parler d'une autre librairie, qui n'a, elle, rien de célèbre ni d'exotique.
C'est une librairie agréable, avec une ample sélection de livres de poche d'occasion à des prix modiques, ainsi que des livres rares ou anciens qui, s'ils ne sont pas tous à la portée des cordons de ma bourse, n'en valent pas moins le coup d'oeil.
Le libraire est jeune et très serviable, plein d'enthousisme pour son travail.
Mais quand j'ai fini par lui poser la question qui me titille depuis des années, c'est-à-dire le secret de l'équilibre financier d'une librairie de ce genre, il a souri très jaune, le pauvre... Il a fini par me dire sobrement que c'est un métier qu'on fait pour la passion, pas pour l'argent. Façon de dire que l'équilibre, il ne doit pas le voir souvent.
Allez donc jeter un oeil à ses étalages pleins de tentations à 2 ou 3 euros à
En Marge
10 bis avenue des Gobelins
Paris 13ème

Vous m'en direz des nouvelles!


Repost 0
1 juin 2005 3 01 /06 /juin /2005 00:00

Avisse à la population des mélomanes!

Si vous voulez découvrir un groupe de musique instrumentale originale et enthousiasmante, dépêchez-vous d'aller écouter les morceaux de Sthita disponibles gratuitement sur leur site.

Leur premier album "Suspendu " vient de sortir, tout plein de rythme clairs et légers, entre jazz et "musique du monde". L'occasion rêvée de découvrir le saxophone soprano, si vous ne savez pas à quoi ça ressemble...
 Attention! une fois que vous aurez écouté leurs mélodies, vous aurez du mal à vous les sortir de la tête.

Cerise sur le gâteau, le CD est produit par une association montée par des passionnés, qui reverse aux musiciens un pourcentage cinq fois plus élevé que ce que leur donnerait une grosse major. Que demander de plus?

Comment je les connais? Ben, je leur ai fait le café pendant l'enregistrement de l'album... (héhé)



Repost 0
31 mai 2005 2 31 /05 /mai /2005 00:00
Nacara, non seulement elle est belle, mais en plus est est gentille :

* Et de une, elle me met dans la blogroll de son blog, vieux-sage-sur-la-montagne de quatre ans (c'est très vieux pour un blog).

* Et de deux, je suis listée entre Boulet et Kek, rien que ça.
Snirf! Quel honneur! I'm not worthy...

* Et de trois, elle me refile ses bonnes adresses : par exemple le blog Mitternacht Reloaded, dont je voudrais bien avoir le temps de vous parler un de ces quatre.

Allez, juste pour le plaisir, voici la superbe bannière de son blog:



Qu'est-ce que je disais déjà? Ah oui... Nacara, non seulement elle est gentille, mais en plus, elle est belle.


Repost 0
15 mars 2005 2 15 /03 /mars /2005 00:00

Les Libanais m'étonneront toujours...
Pays incroyablement divers doté d'une culture foisonnante et d'une histoire pour le moins mouvementée, le Liban vient de faire sauter tous les records en matière de manifestations populaires.

En effet, on apprend qu'ils étaient un million de Libanais à manifester aujourd'hui place des Martyrs à Beyrouth, sachant que la population du Liban était estimée à 3 800 000 personnes à l'été 2004...

Un quart de la population a manifesté! Si j'étais syndicaliste, je serais jalouse...


Repost 0
Published by Abie - dans Enthousiasmes
commenter cet article
10 mars 2005 4 10 /03 /mars /2005 00:00
Oh my Gode...
En me baladant sur le site Stencil Revolution que je vous vantais il y a quelques jours là, je tombe sur cette photo.

Un pochoir de 10 micromètres de long! Pas de doute, la biologie moléculaire rend fou...
(Pour ceusses qui se demandent, ça fait un centième de millimètre)




[Edit: et il en a d'autres!!
Comme il le précise, le "Street 2k5 pourait tenir sur un de vos... globules rouges!]








Pendant que je suis à vous parler de pochoirs, l'image que j'ai mise en bannière en est un que j'ai bidouillé à partir de la couverture d'un livre d'anthropologie qui mérite d'être lu : Les Iks, de Colin Turnbull.
( Je préfère le mentionner, vu que je ne sais pas grand chose des aspects légaux de la modification d'image.)


Pour avoir une idée de la façon dont on peut arriver à ça, je vous renvoie au tutorial de Stencil Revolution (en anglais).
Repost 0
Published by Abie - dans Enthousiasmes
commenter cet article
6 mars 2005 7 06 /03 /mars /2005 00:00
Encore là?
Le post précédent ne vous a pas encore fait fuir? Bel effort...

Alors après avoir poussé cette saine gueulante,je vais essayer de vous parler de ma dernière lubie du moment (mais non, pas les jounées de 36h, non) : les pochoirs.

Rassurez-vous je ne parlerai pas des pochoirs de femme-au-foyer qui-refait-la-déco-en-attendant-le-petit-dernier comme on peut en trouver un peu partout...

Je pensais surtout aux oeuvres que l'on voit fleurir sur le pavé et les murs de Paris, et qui pour la plus part rivalisent d'originalité et de trouvailles graphiques. Il me faut toutefois mentionner que je fus, en mon jeune temps, initiée aux pratiques de bombage de tshirts par WhyNot?, qu'elle soit ici remerciée...
Pour moi, un pochoir est d'abord et avant tout fait pour se porter!

Mais trèves de tergiversations liminaires : puisque je n'ai pas d'images à vous proposer (ça viendra plus tard), laissez-moi vous introduire à quelques sites assez impressionnants sur le sujets.


  • Vous pouvez allez voir voir les oeuvres déjantées zé animalières de Banksy, un précurseur du stencil urbain, dont voici quelques saines recommandations :

First off, stencil anything. If you wait for the perfect idea you will be waiting for ever. Cleverness is never as entertaining as blatant stupidity, failure and public humiliation.

People look at an oil painting and admire the use of brushstrokes to convey meaning. People look at a graffiti painting and admire the use of a drainpipe to gain access.


  • Découvrez un autre parrain de cet art si urbain (à défaut d'être poli) avec Jef Aerosol, et pour donner dans la légende, n'oublions pas le site de Pigeon-Ernest, dont les oeuvres hantent notre inconscient collectif, comme son Rimbaud en veste en jean.
  • Si vous cherchez les lettres pour le dire, Dafont est fait pour vous.
  • Et enfin, et surtout je ne saurais trop vous recommander le site le plus éclectique, communautaire, exhaustif, et pédagogique que j'ai trouvé jusqu'ici, j'ai nommé Stencil Revolution : c'est tout plein de tutoriels, de zoulies zimages très inspirantes, et pour bientôt, un système d'échange de fichiers .eps ! Le bonheur, quoi.
Sur ces bonnes paroles, à vos bombes, rouleaux, et stencils : la ville est à vous!
Repost 0
Published by La Galère - dans Enthousiasmes
commenter cet article

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao