Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2005 4 08 /12 /décembre /2005 00:00
combustion *très* lenteÇa alors, encore une fois j'ai été visionnaire!
Notez bien que j'aurais aussi bien voulu que cela ne soit pas le cas, vu le sujet...

Le 26 mai 2005, ici même
, je vous parlais de diverses choses, entre autres référendaires, et j'en profitais pour évoque l'article 16 de la constitution et ses conséquences potentielles, en rappellant que certains pays (Égypte, Syrie et bien d'autres sans doute) sont en état d'urgence depuis des dizaines d'années...

Blâmez moi pour ma naïveté, mais le vote qui s'est tenu il y a trois semaines au Parlement sur le prolongement de l'état d'urgence pour trois mois, alors que le calme était déjà revenu, ne m'a pas inquiétée : il ne me paraissait pas concevable que le vote fût positif.
Voilà qui donne une mesure précise de mes illusions sur le monde politique.

Et c'est donc parti pour trois mois d'atténuation au principe de légalité, qui ne feront que renforcer les conséquences des plans Vigipirate.
Bientôt un Acte Patriote pour nous aussi?



Lire là dessus :
- L'article Wikipédia sur l'état d'urgence
- une explication sur les atténuations au principe de légalité
- un débat sur la question  avec la vice-présidente du Syndicat  de la Magistrature, des gens que j'aime bien pour des tas de raisons. (Le Monde)
- la loi de proclamation de l'état d'urgence
- le discours du Premier Ministre à l'Assemblée

Repost 0
2 décembre 2005 5 02 /12 /décembre /2005 00:42
Mais quelle buse!
Je n'ai vraiment pas le sens du timing : il y a un mois je vous parlais de la conquête du ouèbe par Firefox, et j'étais un peu toute seule.

J'aurais du attendre : voilà que c'est devenu le sujet de la semaine, pour cause d'anniversaire de ce beau bébé : un an et demi déjà (avouez que vous êtes habitués!) ou un an et demi seulement (déjà 15% des parts de marché) selon le point de vue, mais indubitablement un an et demi.

Que faire pour fêter ça?

- Pour ceux qui l'utilisent déjà : récupérez la dernière version (1point 5),
toute nouvelle, tout belle.
 
  - Pour ceux qui ne l'utilisent qu'à la maison, sachez que vous n'êtes pas seuls, comme en témoigne le graphique ci-contre (allez, on clique pour le voir en plus gros!). La comparaison entre les statistiques du week-end et celles des jours ouvrés ne trompe pas.
L'inertie des entreprises en matière de logiciels est proverbiale, même dans les domaine où il serait dans leur intérêt d'être dans l'avant-garde, comme la sécurité sur Internet.
Utilisez Firefox au bureau, parce qu'il y a encore du boulot...

 - Pour ceux qui n'utilisent pas firefox du tout, et qui ont accès au web (oui, toi, là!) je ne me lancerai pas dans un plaidoyer sur les qualités de Firefox, puisque les arguments ont déjà été rebattus et ressassés. Manifestement, l'approche rationnelle ne marche pas.
Je me contenterai donc d'en appeller à vos émotions les plus profondes. Pourquoi utiliser Firefox? Voici la réponse.
Comment résister au regard implorant de ce petit Firefox (c'est-à-dire Panda rouge ou petit panda en français)?
Il a le poil tout rifougnou, des yeux brillants, et il met tellement d'espoir en vous!

Pour être complètement honnête je ne comprend pas l'immense succès médiatique du Panda géant quand on le compare à cette espèce de concentré de mignonitude, issu du croisement contre-nature d'un chat, d'un ours et d'un raton-laveur. Ou pas.

Les photos, prises au zoo de Lille, sont de  Tristan Nitot, grand libriste devant l'éternel (par ici pour son compte Flickr) (volé sur Mitternacht).


Oui, c'est un néologisme, mais au moins ce n'est pas un barbarisme :
igneovulpinesque : igneus (igné, de feu) + vulpinus (de vulpus, le renard) : c'est garanti 100% latin de cuisine pour dire "de Firefox"...



En rab et parce que je vous aime bien, cette image tirée de l'article Wikipédia, qui nous explique un peu mieux le terme de rouge/feuPour être roux flamboyant, il l'est, le peutiot!







Repost 0
7 novembre 2005 1 07 /11 /novembre /2005 00:00
Par Gionale Nuovo, un incroyable blog bourré d'érudition et de curiosité, une images très intéressante, tirée du Livres des emblèmes d'Alciato (pour plus de détails, lisez par là) :

festina lente
Elle représente un javelot (la flèche), autour duquel s'enroule un poisson, et non un serpent comme je l'ai  d'abord cru, pensant y voir un lien avec le serpent-javelot de Lucain déjà évoqué.
Le javelot représente la hâte, la vitesse, et le poisson représente les obstacles et les contre-temps, l'ensemble délivrant un message simple et bien connu des fabulistes : Hâte-toi lentement. (voir l'emblème entier,  ici en latin, là en anglais)

Je ne sais pas pour vous, mais le lien entre poisson et lenteur ne frappe pas immédiatement : il est donc nécessaire de préciser qu'il ne s'agit pas de n'importe quel poisson, mais d'un rémora, dont la ventouse dorsale a la propriété d'adhérer solidement aux requins, aux cétacés, et même aux coques des navires.

remora avec bateau, miniature médiévale

Ce qui ne nous dit toujours pas le lien entre ce pasager clandestin et l'idée de lenteur...
La réponse ce trouve chez les anciens : le nom grec de Echeneis, donné maintenant à la famille systématique, vient de echein retenir, et naus navire, et Mora, en latin signifie retards, contre-temps..
Les anciens pensaient en effet que le rémora, pour petit qu'il soit, avait le pouvoir d'arrêter les bâteaux, même en pleine tempête!

gravure remora

Cela a été décrit, apprend-on dans ce superbe Bestiaire médiéval, par Lucain (encore lui), Pline l'Ancien et Isidore de Séville, et Pline le Jeune va jusqu'à lui attribuer la responsabilité de la défaite de Marc-Antoine à la bataille navale d'Actium!

*   *
*
Ce site consacré au bestiaire médiéval est vraiment fabuleux, ne serait-ce que pour la richesse de son iconographie.
amphisbene médiéval
Pour compléter mon dernier post, voici donc, à titre de démonstration, quelques bêbêtes enfin illustrées :

- un amphisbène (ceux qui on oublié ce que c'est ont gagné le droit d'aller voir par là)

aspic
- un aspic dans une pose très classique (il n'y a qu'à feuilleter Mandragore pour s'en rendre compte), où on le voit se défendre contre la musique d'un charmeur de serpents en collant une de ses oreilles au sol, et en bouchant l'autre avec sa queue.
J'apprend du même coup que c'est un symbole des riches et puissants, qui étouffent leur âme avec des plaisirs terrestres (le sol) et leurs péchés (la queue).
ceraste

- un céraste (vipère cornue), qui démontre que les critères de sélection pour être modèles d'illustrateurs n'étaient pas très strict : nous avons ici un serpent avec des pattes et une tête  très mammalienne... Mais comme l'aspic avait déjà des ailes en rab des pattes, ne faisons pas la fine bouche.



Et en bonus, vous trouverez par-là l'étymologie médiévale du nom du boa : peut-être pas vrai, mais tellement drôle!


Eh bien j'ai réussi mon coup : avec tout cela je n'ai plus qu'une envie, c'est d'aller voir l'exposition d'enluminures sur le Bestiaire médiéval à la Bnf.
En attendant, il y a toujours l'exposition en ligne, superbe.

Repost 0
6 novembre 2005 7 06 /11 /novembre /2005 00:00
La première fois que j'en ai vu, je devais avoir huit ans. Je suis tombée dessus en farfouillant dans l'armoire de salle de bain de ma mère. Sur le moment, je n'ai pas vraiment réalisé. Je n'en voyais pas l'intérêt, alors avec l'innocence de cet âge, je pensais que personne n'en utilisait.

bosch Et puis, plus tard, par curiosité, j'ai essayé. Et bien sûr, ça m'a tout de suite plu ; c'était une sensation nouvelle, que je n'aurais même pas pu imaginer avant de l'avoir expérimentée.
Je me suis mise à en utiliser de plus en plus souvent, et, lorsque j'ai enfin habité seule, à en acheter. Après tout, pourquoi pas? Cela m'apportait un plaisir unique, viscéral, comme le soulagement d'un besoin que je n'aurais jamais su avoir.

J'en parlai d'un air d'un détaché à des amis, qui me mirent tous en garde. Les dangers, argumentèrent-ils, étaient réels : une de mes amies les  plus proches me trouva même quantité d'articles médicaux décrivant les risques et les séquelles durables auxquelles je m'exposais.

Mais il était déjà trop tard pour moi : ma consommation était déjà passée à plusieurs prises par jour.
Mon approvisionnement ayant été interrompu dans une tentative de sevrage, je connus mes premières crises de manque. Une fois commencées, il s'avérait impossible de les arrêter : ni la lecture ni la conversation ni le traviail n'arrivaient à me distraire de l'abiminable sensation qu'une armée d'insectes était en train d'envahir mon crâne.
Je me retrouvais au plein milieu de la nuit, incapable de m'endormir, et je finissais par céder, et par utiliser des subtituts aux conséquences encore plus dramatiques mon la santé, et en particulier l'audition, mais la torture suie ma faisait mépriser les risques physiologiques.

Après cet épisode, je repris ma consommation, plus régulière que jamais. C'est désormais la première chose que j'empaquète lorsque je pars en voyage, ne serait-ce qu'un week-end, et leur place dans ma trousse de toilette passe loin avant celle du dentifrice ou du shampooing.
Un jour viendra sans doute où je me verrai forcée d'en emmener jusqu'au travail, où je devrai m'enfermer honteusement dans les toilettes pendant la journée pour repousser les vagues grouillantes et toujours renouvellées qui tentent de conquérir ma tête.

*   *
*

Je résiste tant que je peux.
Y'a pas à dire, les cotons-tiges sont vraiment une drogue!

Repost 0
18 octobre 2005 2 18 /10 /octobre /2005 00:00
Je vous ai abandonnés pendant  l'insoutenable durée de cinq jours. Vous avez survécu. Pour vous féliciter, voici un petit florilège de ce qui m'est passé par la tête entre-temps :

Séraphin est
vraiment un crétin

Tiens, tiens, tiens, il apparaît que le teasing non revendiqué et particulièrement idiot donc je vous parlais dans le post précédent est en fait une manoeuvre tout ce qu'il y a de sournois pour détourner l'interdiction de faire de la pub pour les nouveaux numéros payants avant le 2 novembre.
Mais si, vous savez bien, les numéros payants à what-mille chiffres qui remplacent le 12, feu le numéro efficace et gratuit en appelant des cabines publiques...
Cette modernisation du service était tellement nécessaire et dans l'intérêt du consommateur que ça me donne envie de chialer d'émotion dans mes nouilles chinoises, tiens!

Toute la découverte de cette supercherie est expliquée dans l'enquête du Flog de Séraphin le crétin, dont l'existence m'a été aimablement communiquée par l'auteur dans un commentaire. Conclusion : Rendez-nous Séraphin Lampion!

Le renard qui fout le feu

Il est devenu si familier qu'on en oublierait presque qu'il n'a pas toujours été là.
Et puis on tombe sur une étude XIti qui dit qu'il a conquis  près de 15% des utilisateurs d'internet sur l'ensemble de la population européenne...
On peut dire qu'il ne fait pas les choses à moitié, et je n'aurait donc qu'un mot : Bravo Fofox!

Ça me choque

Dans la campagne de pub pour la Rainbow expo qui a été assez controversée dernièrement, il y a quelque chose qui me dérange. Je ne parle pas du bisou, mais du slogan.
Suite à une protestation plus ou moins bien assumées en public de la société d'affichage du métro parisien, la prmeière campagne portant le slogan "Ça change quoi pour vous?" a été retirée. Suite au tollé provoqué, elle est ensuite revnue avec une nouvelle formulation, et c'est là mon souci....Quand on essaye d'avoir l'air crédible, on n'écrit pas "Ça change rien pour vous" mais "Ça NE change rien pour vous", bon sang de bois!
C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

(Hé oui, ma 6ème personnalité a un dentier, une canne, un caractère de cochon et de très mauvais goûts musicaux. Elle engueule tout le temps les autres, mais bon, c'est l'inconvénient de vivre en colocation dans ma tête.)

Le cunnilingus est une dialectique comme les autres.

Je n'invente rien, c'est Yung Hae-Chaung, un web-machineur coréen,  qui le dit par ici.
Attention, épileptiques s'abtenir!

Voilà voilà, c'est tout pour aujourd'hui!

Repost 0
23 septembre 2005 5 23 /09 /septembre /2005 00:00
Il est parfois amusant de constater à quel point le bizarre, l'étrange et le surréaliste est parfois à notre porte. À titre d'illustration et pour faire travailler vos méninges, voici une petite devinette en image.

Essayez de deviner ce que représente cette photo :



Des suggestions?
Ah non, mademoiselle, ce n'est pas un anneau de Saturne en fausses couleurs.
Allez, je vous aide, elle a été pris le 13 septembre dernier.

Non, Monsieur, pas une vue aérienne de la forêt amazonienne non plus...
Je suis bonne princesse, je vous donne plus d'indices : élargissons le champ...



Toujours pas d'idée?
Si ça peut vous aider j'ai trouvé la photo sur le site de Libé (copyright Reuteurs)
Vous donnez votre langue au chat?
Cliquez ici pour l'original, et là pour l'histoire complète...

Repost 0
31 août 2005 3 31 /08 /août /2005 00:00
Pendant ces vacances, j'ai appris beaucoup de choses. Dans ma grande générosité, je vous les fais partager, net d'impôt et franco de port.

sulcus¤ Si vos hôtes sont médecins, il est instamment déconseillé de fouiner dans leur bibliothèque : vous risqueriez d'y apprendre des choses que le vulgus pecum n'a pas à savoir.
Par exemple, c'est comme ça que j'ai découvert que mon test du sulcus est positif! Damn it...
Heureusement que ça n'est pas contagieux!

¤ Si vous vous lancez dans une lessive à la main, évitez de le faire sur des vêtements aux poches pleines.
Surtout si les-dites poches sont fourrées de carrés de chocolat.
Étonnant, non?

buccin ¤ Enfin, une recommandation que Nadine de Rothschild a totalement omis de faire : au restaurant, il n'est pas recommandé de piquer la nourritude de son voisin  pour se livrer à un exposé illustré sur l'anatomie des
bulots.
Il paraît que ça n'intéresse pas tout le monde, et que ça peut vous faire des ennemis.
D'autant que le voisin sus-cité est pour l'occasion, rappellons-le, armé d'une pique.

Pour continuer sur la biologie, j'ai appris hier la nouvelle suivante : les SVT ont révolutionné l'histoire de la musique.
Évidemment, j'ai été un peu décue en voyant qu'il ne s'agissait pas le moins du monde des Sciences-de-la-vie-et-de-la-terre TM, mais les amplis Super Valve Technology d'Ampeg, qui ont, paraît-il, transformé le rock-'n-roll en rock tout court, grâce à la basse.
C'est pas moi qui le dit, hein, alors si vous voulez flamer, restez polis....

ajax et achille jouant aux dés Encore un superbe exemple de choc des cultures :
Moi, quand on me parle de [aʒaks] et  de [ʒit
], je pense à Ajax (le Grand ou le Petit) et Giton, et j'en conclus un potentiel ragotique non-nul.
Le problème, c'est quand l'interlocuteur est un informaticien qui, les évidences n'étant pas les mêmes pour tout le monde, ne doute pas un seul instant que l'on maîtrise  AJAX et Jython...

Sur ce nouvel exemple de ce drame quotidien de l'incommunicabilité du langage, à vous les studios!

 
Repost 0
3 juillet 2005 7 03 /07 /juillet /2005 00:00
Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais l'alphabet et la ponctuation sont de plus en plus à la mode dans les bars, cafés, et autres lieux chics de Paris. (*)

Il y a très classique, par exemple l'Apostrophe (dans le 10ème),
mais aussi :

L'Accent, en face de chez moi,
Le Point-Virgule
(chépuhoù)
L'œ (Je n'invente rien, le o-e-dans-l'o, dans le 12ème)
Et plus récemment :
L'Esperluette (5ème), mais si vous savez bien "&", eh bien c'est une esperluette, rien à voir ni avec l'espérance ni avec la luette .
Trëma (10ème)
La Cédille (12ème)

Mais forcément, au bout d'un moment, on aura fait le tour des signes de ponctuation les plus courants. Voici donc quelques propositions de nom, à l'intention de ceux qui voudraient ouvrir une brasserie arty à côté de chez moi, entre le Trëma et l'Accent :
Les Astérisques (et périls)
L'astérisme : en astronomie, une constellation; en typographie, trois astérisques en triangle.
L'Interrobang, en français le point exclarrogatif (je n'invente rien), censé remplacer les répétitions dans des phrases comme : "Tu as payé ces chaussures combien ??!! "

Et imaginez-vous qu'il y a des noms de domaine internet avec des caractères comme ça (vive Unicode!)... Vous ne me croyez pas? Allez donc lire ce blog...
Éh oui, il y a même des gens pour les acheter, ces domaines...

Ceci dit, loin de moi l'idée de dénigrer l'importance de la ponctuation, et son rôle tant dans la grammaire (si, si) que dans le style. Je vous recommande à ce sujet un excellent article intitulé "PONCTUATION
¿ p (ou) r, q-uo-i !" de Laeticia Bianchi



(*)
Ca marche aussi pour les boutiques de vêtement, les galeries d'art, ou, de façon plus logique, pour les librairies.

Repost 0
9 juin 2005 4 09 /06 /juin /2005 00:00
Disclaimer : Mettons les choses au point : ceci n'est pas, je répète, pas une tentative d'augmenter la fréquentation de ce blog en utilisant des mots-clés licencieux. Si ça devait arriver, j'espère au moins que ce sera dans de moindres proportions que pour notre estimé Jean Véronis...

Commençons donc par le commencement.
Au commencement était Je bouquine, vous savez, le mensuel de lecture auquel on est abonné après Les Belles Histoires de Pommes d'Api et J'aime lire, et avant de passer à Phosphore (sans parler d'Astrapi, d'Okapi ou d'Images Doc) (1).
Je bouquine, c'était un mois d'attente pour quarante-cinq minutes de lecture, mais j'ai tellement relu tous les numéros que je me souviens encore du tout premier (j'avais 8 ans) : Mon ami Koumba, une fable engagée sur l'apartheid.
Je me souviens des débats passionnés avec mon frère pour élire le top five de la collection.
Je me rappelle mes premières confrontations au paradoxe temporel avec les enquêtes historiques des Détectives de l'espace.
Je me souviens des inventions du maître d'école tellement attachant de L'Idée du siècle.

Je me souviens aussi d'un numéro qui m'a particulièrement marquée. Le roman se passait en banlieue, et brodait sur le canevas (pas encore classique pour moi) de la déprime des cités HLM une histoire d'amour déchirante et lumineuse, illustrée avec beaucoup de sensibilité par Alain Korkos. Le titre était "Les yeux d'Antoine", d'un certain Jean Guilloré. En faisant une petite recherche sur ce monsieur, on apprendra facilement qu'il a été, en outre d'auteur pour enfants, journaliste dans la presse écrite, réalisateur, reporter de télévision et écrivain "tout court".

Mais j'ai aussi appris, par le plus grand hasard et à ma surprise plus grande encore, que les dernières réalisations de sa carrière s'éloignent considérablement de la ligne éditoriale de Bayard presse.
Sous le pseudonyme potache de John B. Root, Guilloré est devenu en 10 ans une figure emblématique de la production pornographique française...Étonnant, non? j'avoue que j'ai bien ri en apprenant la chose...
Il semble incarner une tendance "haut de gamme" du film X (scénarios moins étiques qu'ailleurs, capote obligatoire, respect professé des acteurs) et le coup d'oeil jeté à feu son "blog sexe" Inkorrekt, intitulé Carnet d'un porno-graphe (2), me le rendrait presque sympathique, malgré mon aversion viscérale du Hard.

Ceci dit, ne vous imaginez pas que je sois une grande supportrice de l'industrie du film porno. Et l'aurais-je été, que j'aurais bien vite changé d'avis après la lecture de cet article sur un documentaire suédois sur le milieu du Hard "Shocking Truth", que je recommande à tous de lire. Jusqu'au bout, et sans vomir.
Belle douche froide, que, sans trop plus y croire, on veut espérer salutaire.
(Pour équilibrer la discussion, voici une toute autre vue du même film, cette fois-ci comme un brulôt biaisé pro-censure).



(1) Tout cela est de l'édition de qualité, je n'en disconviens pas une seconde, mais cela me dérange tout de même que le quasi-monopole de la presse jeunesse soit détenu par un groupe à caractère confessionnel (Bayard presse). Que voulez-vous, on est bouffe-curé ou on ne l'est pas.
(2) Je ne mets pas le lien parce que je ne veux pas tenter les âme éventuellement innocentes ou mineures qui passeraient par là, et puis vous savez aussi bien que moi vous servir de Google, hein, bon, alors.
Repost 0
5 juin 2005 7 05 /06 /juin /2005 00:00
Il y quelque temps maintenant que la voix de philologues spécialisés dans l'arabo-syriaque (il faut de tout pour faire un monde) s'est élevée pour proposer des traductions très hétérodoxes des textes sacrés musulmans (Coran et Hadith). En particulier, ils contestent la version selon laquelle un martyr recevrait soixante-dix vierges célestes en récompense, et présentent une interprétation des textes qui les résumerait à une histoire de raisin blanc (je n'invente rien).

En même temps, ça sentait la fumisterie cette histoire : parce que, quand on y réfléchit, il y a aussi des filles susceptibles de se sacrifier.
Et imaginez une martyre, qui, une fois montée au ciel, reçoit soixante-dix puceaux comme récompense...
Ben oui : la pauvre.
Repost 0

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao