Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 11:11
Pour ceux de mes lecteurs qui seraient résidents ou de passage à Paris, voici juste un petit mot signalant que je serai ce samedi, des premières lueurs de l'aube aux derniers rayons du couchant, à un vide-grenier organisé par des associations du treizième arrondissement.

Je devrais me trouver rue George Eastmann (à côté du dispensaire dentaire), le long du Parc de Choisy, au lot numéro 278 ou 287 ou quelque chose dans le genre, si je me souviens bien.

Paris-13th.png

J'y vendrai des livres et des babioles (dont certains cadeaux hideux ayant dépassé le délai de prescription, que j'ai fixé à une dizaine d'années), et j'y donnerai des trucs d'encore moins d'intérêt, si c'est imaginable (des équerres en plastique et des protège-cahier petit format, par exemple).

Si par hasard certains d'entre vous sont pris par la fantaisie de venir tailler le bout de gras avec moi pendant que je perfectionne mes escarres sur un coin de tabouret en priant pour qu'il ne pleuve pas, vous serez les bienvenus, et vous aurez l'occasion de mettre un visage sur les déblatérations ci-sises, et des images précises (quoiqu'insoutenables) sur ma conception du "cadeau hideux".

À demain peut-être !


Repost 0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 00:16
Bon.
Ça ne va pas vous passionner des masses, mais je viens de perdre six brouillons d'articles bourrés de liens mis de côté depuis des mois. En particulier Art et biologie (2) qui joue l'arlésienne depuis un moment.
Je ne sais pas si vous y comptiez encore, mais moi je continuais d'y réfléchir et de l'étoffer, alors c'est vous dire si je l'ai saumâtre...
Edit : Ah mais nom de dieu de marde, c'est un complot ou quoi ?!
Les trois quarts de l'article Art et Biologie (1) ont disparu !  Alors que j'étais allée corriger des fautes d'orthographe il y a peu... Arggggh Sono maldita !
Heureusement que le cache de Google est là....
Qui plus est, je me suis procuré un kit de deux cartouches HP noires n°339 C8767E, sauf que en fait, non ce ne sont pas du tout les bonnes.
Donc ma titine refuse toujours d'imprimer, j'ai claqué 45 euros pour que tchi et j'ai deux cartouches parfaitement neuves qui me restent sur les bras.
Si certains d'entre vous possèdent une HP Deskjet, ou Photosmart, je les refile au plus offrant.

Voila,  pour une fois, c'est un article purement égoïste, uniquement destiné à lâcher mon fiel personnel et sans coupable sur un lectorat innocent et désemparé. Désolée, mais ça soulage un peu.

On a lighter note
, j'en profite pour remercier la Dragonne, qui commente tous mes posts avec une régularité de métronome et une fidélité de vieux grognard. Je m'excuse ici de ne pas lui rendre plus souvent la pareille : je ne suis pas une grande commenteuse
 
Repost 0
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 20:34
En lisant la page Mon Web 2.0 de Jean Véronis, je me suis trouvée à voguer sur les fonctions proposées par Yahoo, dont la Yahoo Tool Bar.
Et comme une image vaut mieux qu'un long discours :

yahootoolbarhelp.png

Quand le plus gros des questions posées a trait à se débarrasser d'une fonctionnalité, c'est en général le moment que choisissent les concepteurs pour se remettre au boulot...
Repost 0
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 00:00
Tiens, vous commencez à en avoir marre des citations? hé bien on revient aux perles, alors!



Vu sur la page Yahoo du film Dangereuse séduction (avec un titre comme ça, il faudra me payer la place si on veut que je le voie...)

Au début, j'ai cru qu'il manquait un pronom : Pour se le faire...
Mais non, il s'agit simplement d'une grossière faute d'orthographe.
Le plus drôle est qu'il s'agit manifestement d'un copié-collé directement tiré du dossier de presse, puisque le paragraphe se retrouve texto dans le résumé d'Allociné : il y a une stagiaire attachée de presse qui va se faire chauffer les oreilles. Peut-être. Si quelqu'un s'en rend compte, un jour, ....

Sans parler du fait que les traducteurs du titre auraient pu se fouler un peu : ils ont réussi à traduire
Perfect stranger (parfait inconnu), qui est  manifestement censé être un thriller sensuel,  de la même façon que Whatever it takes, une comédie romantique datant de 2000.



Signalé par mon auguste géniteur à barbe chenue et tête fleurie, à moins que ce ne soit l'inverse, encore un usage approximatif de locution latine, cette fois-ci accroché au revers de Métro, dans un article intitulé Les miracles de la chirurgie in vitro.
Rappellons tout de suite que in vitro signifie littéralement dans le verre en latin, et s'emploie par opposition à in vivo, pour décrire des expériences ou des mesures effectuées en laboratoire, hors de l'organisme ou du milieu d'origine, "dans des éprouvettes". Même si de nos jours le plus gros du matériel, à commencer par les pipettes et les boîtes de Pétri, est en plastique, le terme est très classique et utilisé en particulier dans le cadre de la fécondation in vitro (FIV).

Mais revenons à notre article.

Les miracles de la chirurgie in vitro

“Envoyé spécial” s’intéresse à la médecine prénatale

Les ennuis commencent dès le titre : on pratique peu la chirurgie in vitro, parce qu'on a déjà bien du mal à faire "pousser" des tissus cellulaire in vitro, il n'y a donc guère d'organes à aller découper.
Le mystère s'épaissit avec le sous titre : quel lien peut-il bien  y avoir entre la médecine obstétrique et la chirurgie en tube à essai?
Comme de bien entendu, aucun puisqu'il s'agit de chirurgie in utero (dans l'utérus).
Je ne m'explique pas ce genre d'erreur : au moins les anglo-saxons ont-ils parfois des excuses à confondre les noms latins,  tandis que nous français avons le privilège de la transparence : vitro = verre, utero = utérus. Est-ce si difficile ?

Encore une fois, je soupçonne un craquage du service de presse, puisqu'on retrouve la même erreur sur le site de TV5 Canada. Et....Bingo!
C'est presque trop facile : en fouillant un peu sur le site de France 2, je tombe sur la présentation de l'émission du jeudi 29 mars :

Soigner un fœtus dans le ventre de sa mère n’est plus de la science-fiction. Les progrès du diagnostic et de la médecine prénatale permettent désormais de traiter de minuscules patients avant leur naissance, aux sources même de la vie.
Les techniques de chirurgie in vitro, nées de façon expérimentale au début des années 80, se développent. [...]

En vérité, je vous le dit, il y a du relâchement chez les pisseurs de copie...
C'est tout pour aujourd'hui !

Repost 0
23 mars 2007 5 23 /03 /mars /2007 16:51
La récolte de perles continue...



perlesVoilà quelques jour que j'ai manqué de m'étouffer en entendant sur France Info une interview d'un certain Jean-Claude Guillebaud, que j'aurais sensément dû connaître, mais dont le nom ne me disait rien du tout. C'est donc sans a priori, et d'une oreille distraite que je l'ai écouté faire la promotion de son dernier livre, Comment je suis redevenu chrétien.
(Je ne trouve pas références exactes, mais il s'agit peut-être d'un extrait de cette émission de France Culture)

Bon, mettons. Ce monsieur nous explique tout le bien qu'il pense du message des évangiles,  comment tout cela est très moderne, et rappelle (citation approximative, je ne retrouve plus le bout de papier où je l'avais notée).

que de nombreuses valeurs de la société actuelles comme l'individualisme, l'égalité entre l'homme et la femme [...] ont leur origine lointaine dans la religion judéo-chrétienne.

Il m'a fallu un moment pour débarasser la phase de toutes ses volutes et prendre conscience que ce monsieur très érudit et compétent et tout et tout vient de nous asséner la bouche en coeur que  l'égalité homme-femme vient de la religion judéo-chrétienne.
On parle vraiment de la même Bible, là?
Celle où les femmes sont considérées comme des possessions de valeur marginalement supérieure à celle des esclaves?
Celle de la polygynie quasi-systématique?
De l'obligation faite aux femmes de se couvrir les cheveux et de se vêtir modestement ? (un homme lui, même à poil il est modeste, faut croire... Ou plutôt si quelqu'un le voit en train de cuver dans le plus simple appareil, c'est de la faute du voyeur, et ça mérite bien une petite malédiction, confer Genèse 9:20-27. )
Ou bien parle-t-on du christianisme paulinien, où la femme est un être failli, qui a bien du mal à ne pas être un suppôt de Satan?

Je m'arrête là...
Tout ça pour dire que je ne comprend pas que l'intervieweur laisse passer ça sans battre un cil : si c'est effectivement la conviction de l'auteur, très bien, mais il est quasiment malhonnête de le glisser comme ça au milieu du reste. Une affirmation comme "le ciel est rouge à pois jaunes" demande plus qu'une simple mention en passant !
Mais j'aurais dû m'y attendre : dès qu'on parle de spiritualité et de sentiment religieux, tout devient guimauve et petits lapins roses parce que 1/ Dieu est amour et 2/ c'est pas gentil de critiquer les croyances de ses petits camarades.
Grumph.



Entendu hier, toujours sur France-Info, dans une interview sur le (vin) rosé :

Les raisins arrivent, et, in petto, ils passent à la cuve...

Dans le contexte, il est très clair que la locutrice voulait dire immédiatement et que l'expression adaptée aurait été illico presto ou simplement illico.
La locution in petto, elle, n'a vraiment rien à voir avec le schmilblick : elle est utilisée pour désigner une pensée, une décision prise en silence, à part soi, étymologiquement  dans sa poitrine, en son coeur.
Notons aussi que in petto est une explession assez soutenue, tandis que illico est clairement familière, et pour conclure, proposons une occurrence de celle-ci :

Si je publie des noms, combien de Pénélopes
Passeront illico pour de fieffées salopes,

et de celle-là :

Quand on n'est pas d'accord avec le fort en thème
Qui, chez les sorbonnards, fit ses humanités,
On murmure in petto : "C'est un vrai Nicodème,
Un balourd, un bélître, un bel âne bâté."

Il y en a d'autres, du même auteur...


Repost 0
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 14:57
Je ne sais pas si je suis la seule dans ce cas (et pour être honnête, j'en doute), mais je passe ma vie à m'étrangler en lisant la presse. À cause de la situation du monde en général et de la politique française en particulier, bien sûr, puisque même la lecture de Télérama me met au bord de la crise d'apoplexie, mais pas seulement.
Je tombe régulièrement sur des  conneries tellement énormes et des énormités tellement connes que pendant un instant je crois à la blague. Mais non, mais non, nous sommes juste cernés par des incompétents notoires et/ou des individus entièrement dénués de conscience professionnelle.

J'exagère?
Peut-être après tout. Je vous laisse donc juger :



Dans Libération, un article sur la "Life-Parade" intitulé Une croisade masquée contre l'homoparentalité nous apprend que :

Parmi les associations partenaires figurent par exemple les Associations familiales catholiques. Et, en soutien, la Fondation Jérôme Lejeune, découvreur du gène de la trisomie 21, militant antiavortement et catholique fervent, décédé en 1994, qui est en passe d'être béatifié.

Rien ne vous choque? Allez,  je vous aide :
Jérôme Lejeune, découvreur du gène de la trisomie 21

La trisomie 21, aussi appelée Syndrome de Down, comme son nom l'indique, est une maladie chromosomique qui consiste en une trisomie du chromosome 21, c'est-à-dire le fait de porter non pas deux mais trois versions de ce chromosome.
Il existe des trisomies qui concernent d'autres chromosomes (trisomie 13, trisomie 18) mais elle sont moins connues car, paradoxalement, beaucoup plus sévères : peu d'enfants dépassent les quelques semaines de vie.
Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce qu'il en ressort que  le syndrome de Down est lié à un chromosome, pas à un gène nom de non !
Vous me direz, c'est marginalement moins pire que la précédente énormité Libéresque...
(Via  Bakkhus)

Edit 23/03 : Quelques réflexions sur la question

Dans les commentaires, Ruxor me fait justement remarquer que :

le problème sémantique est plus subtil que ce que tu dis, parce que s'ils avaient écrit « découvreur de la cause de la trisomie 21 », ç'aurait aussi été idiot : le Monsieur a découvert la cause du syndrome de Down et a, justement, montré que c'était une trisomie. L'ennui c'est que si on dit ça les gens ne comprennent pas parce qu'ils ne savent pas ce que c'est que le syndrome de Down, et si on dit mongolisme ce n'est pas politiquement correct.

J'essayai donc, avec un succès mitigé, de résoudre le problème posé :

on pourrait dire que le Pr. Lejeune est  "le découvreur de la trisomie 21" (et non pas du syndrome de Down), mas des gens penseraient sans doute qu'il a découvert la maladie. Ou "le découvreur du caractère chromosomique de la trisomie 21" ? un peu redondant, mais correct.

Et v'là-t-y pas que je lis dans Le Canard Enchaîné de ce mercredi 21 mars, dans un article intitulé "Alors, bienheureux?" (p.5) :

le professeur de médecine Jérôme Lejeune, disparu en 1994, découvreur du chromosome fauteur de mongolisme, mais aussi chef de file des anti-avortements (sic).

Indépendamment du fait que je ne vois vraiment pas pourquoi il y a un "s" à anti-avortement, le palmipède semble avoir résolu notre quadrature du cercle, quoiqu'en faisant la nique au politiquement correct avec le terme "mongolisme".



Entendu il y a déjà une éternité sur Radio Franprix (aucune idée de la fréquence, mais je sais qu'elle m'encourage à faire mes courses vite, très vite...) une question de culture générale :
Le mot lycée a-t-il une origine
a) latine ?
b) allemande ?

Bien tenté, mais en fait lycée, comme l'indique d'ailleurs son i grec, vient non du latin mais du grec :
Du nom du Lycée «gymnase situé au nord-est d'Athènes où enseignait Aristote», 1568 (BL.-W.1-5), gr. «id.»; dès 1544 on rencontre la forme Lyceon.
Même que les allemands appellent le lycée Gymnasium (à prononcer Guime nazioume).



Aussi retrouvé dans mes notes (oui, je prends des notes sur des bouts de papier que je laisse s'accumuler dans un coin, et que je n'entreprends de trier que lorsque le volume dépasse significativement celui d'un nid de muscardin), une expression entendue sur France Info :

...des jeunes en déshérence d'objectifs, de repères...

J'imagine que le journaliste voulait dire que ces jeunes sont déboussolés parce qu'ils n'ont pas hérité de repères.
Sauf que être ou tomber en déshérence s'applique en fait aux biens qui ne peuvent pas être attribués faute d'héritiers, pas à des héritiers spoliés de leur héritage...
Encore un méfait de l'obsession jargonnesque des journalistes !

C'est un peu comme le contre-sens qui fait utiliser le terme "bien achalandé" pour "bien approvisionné" alors qu'un magasin achalandé est simplement bien pourvu en chalands, c'est à dire... en clients!
Les files d'attentes caricaturales des magasins soviétiques, par exemple, prouvent qu'ils étaient bien achalandés ; mais pour ce qui est de l'approvisionnement...



À propos du meurtrier en série qui a étranglé une demi-douzaine de dames aux affections négociables (copyright T. Pratchett) dans une petite ville d'Angleterre (*) il y a quelques mois déjà, j'ai eu la surprise de lire dans Le Monde, journal-de-référence sérieux-d'intellectuels tout ça tout ça, une comparaison avec le serial killer le plus légendaire de toute l'Angleterre, j'ai nommé... Jack l'étrangleur!
sauf que non...
Le Jack l'éventreur (The Ripper) en question, il les découpait en rondelles ses victimes : non content de leur trancher la gorge, il leur mettait joyeusement les tripes à l'air, et à l'occasion emmenait un souvenir charmant, comme un rein...

Sur le sujet, j'ai lu le petit livre éponyme de Robert Desnos, paru tout récemment aux faramubilifiantes éditions Allia. Croyez-moi, ça change de la fourmi de dix-huit mètres...

(*) qui n'est pas du tout un trou perdu, promis juré ! D'ailleurs son équipe de foot a gagné la coupe d'Angleterre en 1981! (ou alors on m'a menti :p)



Voici encore une coupure de presse qui dort depuis un moment sur une étagère : en décembre dernier, Métro nous annonçait des progrès extraordinaire dans la communication avec l'au-delà en titrant : Queen Mum en podcast!


Hélas!
À la déception générale, il ne s'agissait que d'une confusion infâmante entre la Reine Élisabeth II, vivante et chef du Commonwealth, et son auguste génitrice la Queen Mother (Reine Mère), qui jamais ne régna fut chef d'état, et que ses saines habitudes de boire du bourbon et de fumer des cigares ont conservée jusqu'à l'âge honorable de 101 printemps, mais pas au-delà : elle est morte il y a déjà cinq ans.
(Vous pourrez apprendre tout et le reste sur sa vie sur le site que lui consacre CNN)
Notez bien, que l'info que le podcast est une brève de l'AP : Métro n'avait ici qu'à lui donner un titre, et ils ont quand même réussi à se ramasser...



J'en ai sûrement plein d'autres, mais ce sera tout pour aujourd'hui!

Repost 0
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 11:22
Je te présente mes excuses pour l'incomplétude et l'éventuelle incorrection orthographique de ma note sur les jours de la semaine.

Après un nombre d'essais infructueux que je me refuse à dénombrer (pas envie d'enlever mes chaussettes pour pouvoir compter sur les orteils) il appert qu'Over-blog refuse catégoriquement de me laisse le manipuler à ma guise, ne serait-ce qu'un peu.

Je viens de passer une heure -une heure- pour réussir à en faire quelque chose de lisible, mais il semble que j'ai fait quelquechose pour offenser les dieux, et vu le résultat, ça devait être gratiné.
Quel dommage que je n'ai rien remarqué.

Ce qui est bien, c'est que cela vient après, là encore, un nombre de minutes nettement supérieur à soixante passé à me battre avec mon ordinateur en suivant des instructions même pas foutues de donner des lignes de commandes correctes !

De quoi me plains-je me direz vous, il ya a trois jours, ce n'est pas seulement quelques heures que j'avais perdues mais
aussi la capacité de mon ordinateur à booter. La raison en étant qu''une saloperie de package sûrement conçu pendant les règles a décidé de le débarrasser de l'intégralité de Gnome, on le comprend un peu.

Mais de toute façon, que  les choses soient claires : tout cela ne me touche pas le moins du monde. Parce qu'en ce moment, et c'est une excellente chose, je lis Épictète.
Qui a dit " Si tu utilises ton ordinateur, dis-toi que tu fais usage d'une machine , et quand il exploseras dans un nuage de fumée ricanante et mesquine, tu seras sans trouble."
Ou presque.


Remarquable.

Ce n'est manifestement pas un problème tempraire : l'article précédent doit être trop gros ou trop plein de tableaux, et même deux jours après, il est impossible d'y changer que pouic (comme dirait mon papa).
Le plus sournois, c'est que l'interface me laisse perdre mon temps tant que je veux, et se contente de ne pas enregistrer...
Dommage, j'avais plein de liens à vous donner : par exemple un qui vous permet d'entendre  un Hakouna  Matata qui n'a rien  à voir avec Disney.
Ou tout un tas de considérations sur la signification étymologique commune de Oumma, Église et Synagogue, tous trois veulent dire assemblée, communauté.

Ah oui, et puis aussi le lien vers l'article original de Skatje sur le sujet. 
Si ca vous a intéressé, dites- le moi : je me tâte pour tenter, comme Skatje,  le même genre de synthèse pour les noms de mois de l'année.

Et  vous savez ce qui manque à Over-blog? des lignes de commande, nom de Zeus!

Repost 0
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 12:20
Lu dans le Guardian :

One of the best TV moments ever came in the late 1990s when the host of one of the big American pageants asked a contestant to describe her perfect date. She thought long and hard, until finally looking up with a massive grin. "15th March," she trilled, "'cause that's my birthday!"

Un des meilleurs moments de toute l'histoire de la télévision eut lieu à la fin des années 90, quand  l'animateur d'un  des grands concours de beauté  américains demanda à une candidate de décrire son parfait rendez-vous amoureux (/date). Elle réfléchit dur un bon moment, puis leva les yeux avec un vaste sourire : "Le 15 mars", gazouilla-t-elle "pasque c'est mon anniversaire!".

Lu dans Wikipédia, cette précision pertinente :

À la grande joie des enfants, la dinde glougloute.
Repost 0
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 23:59
Mon dernier fou-rire en classe...

J'essaye de donner quelques notions d'étymologie à mes élèves de seconde avant de les lâcher dans le vocabulaire très helleniste de la bio cellulaire.
La bonne nouvelle : ça leur plait bien.
La mauvaise nouvelle : y'en a besoin.

Question : Qu'est-ce ça veut dire "chlorophylle" ?
Réponse : Heu.. menthe, madame?

Ceci dit, et après utilisation du vademecum que je leur ai fait, ils m'ont proposé plein de de trucs sioux et pas cons du tout,  par exemple d'appeller les Bactéries des Acaryotes : de justesse, en l'occurence le terme scientifique est Procaryotes, mais l'idée y est !

NB : rien à voir avec les Acariens (ils m'ont posé la question) : ce n'est pas le bon i.
Après recherche, le mot vient d'acarus (petit insecte) qui lui même vient de a-keirain : qui ne peut pas être coupé!
Conclusion : Un acarien, c'est un peu l'atome de la zoologie...
Repost 0
17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 01:25
Bonjour à tous, en particulier à ceusses de mes lecteurs qui seraient dans le périmètre de Toulon :

Si vous voulez voir ce qu'un artiste est capable de faire de votre bouille, participez au grand projet d'une galerie de 100 portraits à l'encre, qui sera exposée par les soins de la municipalité de La Garde.



Donc pour l'amour de l'art,ou simplement par curiosité, vous avez jusqu'au 31 décembre pour envoyer une photo  (N&B ou couleur) à 

Hôtel de Ville
Service culturel
BP 121
83957 La Garde cedex.


Tous les renseignements complémentaires chez l'artiste...

Repost 0

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao