Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2005 3 11 /05 /mai /2005 00:00
Il est presque déprimant de voir à quel point je suis à la merci de ma curiosité...
Suite à un article de Pascal Riché, sur le blog de Libé À l'heure américaine, je suis allée bidouiller sur BlogShares, qui se présente comme un fantasy blog shares market c'est-à-dire à peu près "Bourse imaginaire d'actions de blogs".
Alors, voilà où ça en est : pour l'instant, j'ai multiplié mes 500 B$ (Blogshares dollars) initiaux par près de 180 en quelques jours, et "Ceci est un test" a doublé de valeur... Achetez! Achetez, vous dis-je !

Comme beaucoup de sites de ce genre, Blogshares est chronophage, légèrement addictif, très amusant, et surtout, intriguant...
Les indices sont nombreux et parfois très mystérieux, et la valeur desblogs est calculée en fonction, entre autres, des liens entrants etsortants, ce qui m'a fait prendre conscience d'à quel point le (la?) "blogroll" fait partie intégrante du concept de blogosphère.
Le week-end dernier, des potes ont découvert, tout étonnés, que je blogguais sans l'avoir dit à personne, sans linker ni me faire linker... Une clandestine, quoi!

En tout cas, malgré les généralités déversées par les reportages sur l'air du temps, l'envolée des chiffres de la sus-dite blogosphère recouvre des choses extrêmement hétérogènes : quel point commun, au sein même des "photoblogs", entre les photos de voyage d'un globe-trotter amoureux de photographie, et les frimousses des cousines d'une lycéenne qui s'amuse avec son nouveau téléphone-appareil-photo-épluche-légume? Pas grand chose, on en conviendra.
J'essaye de ne pas jouer les veilles ganaches en regrettant que le deuxième choix couvre au moins trois quarts des création de blogs, parce qu'après tout, qui nous force à les lire?

Ça me rappelle l'anectode, apparemment antédiluvienne, racontée par un pote : au début des années 1990, un de ses amis toujours en avance d'une technologie lui montre tout excité, l'Internet!!
C'est-à-dire, quelques malheureuses pages de texte sur des sites d'universités avec trois liens qui pleurent dans un coin. Et imaginez seulement : pas de Google! Pas d'images! Aucun moyen de chercher une page dont on n'a pas l'adresse...
Réaction naturelle du narrateur : "Ben et alors? Je ne vois vraiment pas l'intérêt..." (Il est maintenant sysadmin, le coco.)
C'était il y a moins de 15 ans...(1)

Une poignée d'années plus tard, le web était submergé par les pages perso : laides, inintéressantes, surchargées, accessoirement beaufs, et surtout jamais mises à jour, elles étaient la preuve de la démocratisation d'Internet et de l'HTML.
Doit-on reconnaître aux Skyblogs d'être le signe de l'avancée suivante, puisque qu'aucune connaissance d'HTML n'est plus nécessaire pour être publié sur le net?
Il serait sans doute déplacé de ma part de m'en plaindre, moi qui berce l'espoir d'exaucer le voeu de ma mère au sujet de "tu sais, un truc où on peut ajouter des petites choses un peu quand on veut, là, comment est-ce qu'ils appellent ça, les bolbes...".
Alors arrêtons de grogner. Et "lâchez les com"...

Quant au domaine de l'information, les capacités de réactions à chaud et d'approfondissement de certains sujets (voir l'histoire du rapport américain) équilibrent-elles la répétition ad nauseaum des dépêches Insolite de Yahoo (2)? Je l'espère, mais je suis vraiment loin d'en être sûre.

Mais s'il y a un domaine auquel la forme bloguesque paraît constitutivement adaptée, bien que peu appliquée jusqu'ici, c'est celui de la fiction. Un média qui permet d'échelonner les parutions sans augmenter les coûts, qui permet de garder les lecteurs en haleine... On a déjà vu que les webcomics en avaient profité, devenant l'équivalent électronique du strip de trois cases à côté des mots croisés dans un journal quotidien. Mais il n'y a pas que ça...
Le roman feuilleton, ça vous dit quelque-chose? C'est à leur invention que l'on doit l'explosion de la presse quotidienne au dix-neuvième, avec le développement du journalisme qui lui fut associé. Rien que ça.
Peut-être le blog, nouveau média, va-t-il renvoyer l'ascenseur à une forme qui a quasiment disparu de la presse écrite pour se réfugier à la télévision dans les soap operas et telenovelas.

Je n'ai pour l'instant qu'un lien à vous proposer, mais je compte sur vous pour me transmettre ceux sur lesquels vous pourriez tomber...
Piece of cake, c'est le nom du blog fictionnel de Romuald, lycéen torturé par sa puberté parmi tant d'autres, et qui raconte ça sur le Net (en français, malgré le titre). Pour l'instant, on en est à une vigtaine d'épisodes, et l'on s'est déjà attaché aux personnages...
Les illustrations sont d'auteurs différents selon les épisodes, mais la variation de style n'empêche pas de chaque lecteur faire une idée personnelle dudit Romuald, au contraire.
Un conseil cependant : commencez par le début!

Voilà pour mes méditations du jour : contradicteurs de bonne foi comme toujours bienvenus ! (Les thuriféraires sans vergogne aussi, cela va sans dire...)



(1)
Si vous êtes sages, je vous raconterai d'autres belles histoires de l'Oncle Steph', au coin du feu...
Décidément, la vitesse d'obsolescence de la technologie informatique m'étonnera toujours! Il n'y a guère que la mode vestimentaire qui arrive à se maintenir à sa hauteur, mais sans l'augmentation des permormance...
Conclusion de l'évolutionniste qui sommeille en moi :
Informatique : Modèle de la Course aux armements
.
Mode : Modèle de la Reine Rouge (oui, c'est bien celle d'Alice...)
Je ne peux pas m'empêcher d'espérer que l'une est moins stérile que l'autre.

(2) À témoin l'histoire des crapauds explosifs, qui a suscité chez des milliers de blogueurs l'irrépressible besoin de consacrer une entrée de leur blog à dire des choses aussi passionnantes que "Trop fou!" ou "Vous croyez que c'est vrai?".


Repost 0

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao