Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2005 1 19 /09 /septembre /2005 00:00
Suite à l'hommage discret mais sincère à l'un des jongleurs de mots les plus confirmés de ma connaissance, j'ai été récompensée par  un échantillon de ses talents linguistique, que je vous fais donc partager avec un orgueil non dissimulé...

Il y a beaucoup de blogs codés (*), beaucoup de pages qu'on hérite mais qui
restent vides, plein de hackers blonds et falots qui empilent des mots en en
perdant.

Il y a les lents aux histoires glaçantes, les rapides qui, dans les faits,
postent cinq fois par jour.

Il y a ceux qui montrent leur bile au petit matin, ceux qui sont toujours
contents car ils ont un compteur pour faire douiller les visiteurs, celles qui
étalent leurs photos et disent « Clic ! » avec un mauvais accent.

Il y a aussi les bloggueurs historiques qui peignent la girafe, les vieux
fossiles qui pratiquent la délation, les vicieux amateurs de détail qui boîte.
Mais rien ne ressemble au blog où Fabienne, avec humilité, s'intéresse à la
danse, aux élections, aux poires, et à l'art de décaler les sons.

Ouf !

(*) celle-ci permute beaucoup, mais quelle paix !

Après moult exercice méningé, je suis arrivée à cette solution (sélectionner le paragraphe pour la lire) :

 Il y a beaucoup de [blogs codés] (*), beaucoup de [pages qu'on hérite] mais qui restent vides, plein de [hackers blonds] et [falots qui empilent] des [mots en en perdant.]
Il y a les [lents aux histoires glaçantes], les rapides qui, dans les [f/aits,
po/stent cinq fois par jour].
Il y a ceux qui montrent leur [bile au petit matin], ceux qui sont toujours
contents car ils ont un [compteur pour faire douiller] les visiteurs, celles qui
étalent leurs [photos et disent « Clic ! »] avec un mauvais accent.
Il y a aussi les bloggueurs [historiques qui peignent] la girafe, les vieux
[fossiles qui pratiquent la délation], les vicieux amateurs de [détail qui boîte].
Mais rien ne ressemble au blog où Fabienne, avec [humilité, s'intéresse à la
danse], aux [élections, aux poires], et à l'art de [décaler les sons].
Ouf !
(*) celle-ci [permute beaucoup, mais quelle paix] !

Tout de même une vingtaine de couples de sons... je suis très impressionnée, une fois de plus, par la capacité de l'auteur à produire un texte parfaitement sensé, cohérent et souvent drôle : il faut avoir l'oeil entraîné pour y détecter le double jeu.
Merci encore!


Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
16 septembre 2005 5 16 /09 /septembre /2005 00:00
Aujourdhui, une petite sélection de liens ludiques...

* Découvrez un nouveau mot grâce à Jean Véronis : connaissez-vous les splogs?
flying spaghetti monster
* Dans les commentaires de cet articles, on parlait de la récente explosion d'une nouvelle foi : le pastafarianisme.
Le flux des convertis continue : maintenant, il y a même un jeu Flash pour vous entraîner à convertir les gens à coup d'appendice nouillesque!josip

* Via Mitternacht :
Je ne connais pas des masses la Croatie, mais l'émission de télé Stado, relevée par Libé, me donne envie d'y émigrer (lire ici).
À quand une adaptation sur M6? Loana pourra reprendre du service sans trop de problème...

* Et puis un petit snapshot éloquent déniché par ma traductrice favorite (ou presque) : eh oui, au cas où vous en doutiez encore, la ponctuation, c'est vraiment important...

Comme dirait Claude Piéplu, c'est tout pour aujourd'hui!



Digression 1 :
Au cas où le lecteur désinvolte ne l'aurait pas remarqué, le titre de cette article a une composante blaguesque.
Je le précise parce que j'ai récemment réalisé, avec étonnement, que l'expression "X,Y, et autres Z"  était souvent considérée, à tort, comme une formule d'énumération strictement équivalente à "X,Y et Z".
Ce qui amène des journalistes à sortir sans frémir des âneries du genre "Veaux, vaches, cochons et autres couvées". Mais bien sûr.
Alors je précise tout de même que ma formulation est délibérément fautive puisque ni X (blaireaux), ni Y (moutons) n'appartiennent à Z (buses).
Ah, mais.

blaireaux


Digression 2 :
Puisqu'on parle de blaireaux, laissez-moi vous  conseiller le groupe de chanson française Les Blaireaux : déjà trois albums, et toujours la pêche.
Et comme, par ailleurs, ça vaut vraiment la peine de les voir en concert, j'annonce aux Parisiens qu'ils seront à L'Européen le 14 novembre.



Repost 0
Published by Abie - dans Butinons
commenter cet article
15 septembre 2005 4 15 /09 /septembre /2005 00:00
Pour étendre votre culture musicale, prenez le métro!

Je ne parle bien sûr pas des sévices auxquels sont quotidiennement soumis Les yeux noirs et quelques autres standards, et encore moins des pénibles bourdonnements que nous infligent les baladeurs de nos voisins de rame.
Je pense plutôt au fait que la Ratp a considérablement diversifié les genres de musiques qu'elle autorise à être joué dans ses couloirs.
En une semaine, j'ai en effet eu l'occasion de voir deux instruments que je n'avais encore jamais rencontrés.

bandoura J'ai d'abord découvert ce qu'était la bandoura (ou bandura) : un instrument traditionnel ukrainien, très joli à voir, et qui évoque un improbable croisement entre une harpe et une mandoline doté d'un nombre de cordes proprement étourdissant. Et en plus, cela accompagne très bien le chant.

Quelques jours après je suis tombée sur une joueuse de dulcimer, avec un répertoire de chansons du XVIIème siècle tout à fait agréables.
dulcimer des AppalachesSuite à je ne sais plus quelle histoire lue dans ma jeunesse(**), je me l'imaginais comme une espèce de tympanon (c'est le hammer-dulcimer, qui se joue avec des mailloches très légères), tandis que j'étais en présence d'un dulcimer à cordes pincées, en forme de 8 très allongé, qui apparemment est aussi très appréciées des musiciens country et bluegrass dans les Appalaches.

vieille à roue Et tout ça m'a rappellé qu'il y a plusieurs mois déjà, vers minuit, j'étais restée bouche bée devant un joueur de vielle à roue dont le bourdon se percevait à des dizaines de mètres. À ma demande, il m'avait gentiment expliqué le fonctionnement de l'instrument (qui est à la fois à cordes frottées et à clavier, pas simple...), et quand je l'ai laissé il se lançait dans une grande démonstration à l'intention de la troupe de musiciens de rames (violon, accordéon, etc) rentrant manifestement de leur journée, et qui semblaient aussi ébaubis que moi...

Comme quoi on en apprend vraiment tous les jours!



* : Vous allez me demander : "Mais où est le psaltérion promis?"
Eh bien en attendant que j'en croise un dans le métro, je peux déjà vous dire que c'est comme un tympanon, mais joué avec des plectres. Si, si.
Ah, c'est quoi un plectre? ben euh... en très gros, un mediator!

** : On me confirme qu'il s'agit de L'Enfant au dulcimer, encore un roman Je Bouquine.
Comme quoi ça marque.



PS
: en cherchant des renseignements sur ces bidules et leurs cousins, je suis tombée sur une multitude de très jolis sites consacrés aux instruments médiévaux, dont celui-ci, décrivant les prouesses d'un luthier amateur.
C'est très impressionnant, et ça donne l'impression excessivement fausse que ce serait presque facile...
Repost 0
Published by Abie - dans Enthousiasmes
commenter cet article
14 septembre 2005 3 14 /09 /septembre /2005 00:00
orgie littéraireLu dans le Charlie Hebdo de la semaine dernière (n°690), dans un article de Cavanna qui vilipende la soi-disant rentrée littéraire :

Il me faut de le lecture, beaucoup de lecture, et de la bonne, et de n'importe quelle époque.

Je souscris avec énergie. (Traduction en forumeux : +1)

Pour rester dans la littérature, j'ai appris l'autre jour une triste nouvelle en passant aux Gobelins : un de mes dealers favoris dont je vous ai déjà parlé, et à qui je dois d'avoir gardé un semblant de santé mentale pendant deux éprouvantes années scolaires, est en liquidation totale avant fermeture.
J'en suis bien marrie.

Passez voir si vous avez le temps, il y a sans doute de bonnes affaires à dénicher à :
En Marge
10 bis avenue des Gobelins
Paris 13ème

Enfin, une nouvelle qui viens de m'arriver dans l'oreillette : le prochain biopic* hollywoodien portera sur la vie d'Edgar Allan Poe.
Et sera tourné par Sylvester Stallone. (C'est Imdb qui le dit)

Oui, moi aussi, ça m'a fait bizarre, mais après tout, s'il dit être fasciné depuis toujours par l'auteur, pourquoi pas?
Et je vous rassure tout de suite, en citant le Guardian (ici et) :

Unfortunately for posterity, Stallone will not play Poe.
Malheureusement pour la postérité, Stallone ne jouera pas le rôle de Poe.

C'est déjà ça de pris.


* : Biopic = biographic picture = film biographique.


PS : Pas grand'chose à voir avec la choucroute, mais si vous avez une image de la campagne de publicité faite il ya quelques années par Chapitre.com, sur le thème "Faites des orgies de livres", dites-le moi et vous gagnerez ma reconnaissance éternelle plus un carambar...
Repost 0
13 septembre 2005 2 13 /09 /septembre /2005 00:00

* Here's to you, signor Leone.*

Tiré d'un vieux numéro d'une célèbre revue scientifique française :

gélulesGrand frais génétique
Des spécialistes de La Paz connaissant bien les pectines ont découvert un exceptionnel génome en examinant un gueux. Ils ont initié une méthode -coûteuse, mais ils font appel aux dons- pour fabriquer des pilules pouvant déplier les gènes.
En agissant génétiquement, sans freiner son évolution, sur le code d'une souris allongée dans une gaze spéciale, ils on suivi en les reproduisant les pistes de la plupart des gènes.

Joël Martin
Solution :
Grand frais génétique
Des spécialistes de La Paz connaissant bien les pectines ont découvert un exceptionnel génome en examinant un gueux. Ils ont initié une méthode -coûteuse, mais ils font appel aux dons- pour fabriquer des pilules pouvant déplier les nes.
En agissant génétiquement, sans freiner son évolution, sur le code d'une souris allongée dans une gaze spéciale, ils ont suivi en les reproduisant les pistes de la plupart des nes.
Pour ceux qui ce demandent : par ici pour la définition de l'épectase, indéfectiblement liée à la mémoire de Félix Faure.
Et merci à mon papa pour la citation (déjà la deuxième note que je lui dois...).


Edit : J'ai reçu une réponse de celui à qui j'ai dédié cet article : c'est par ici et ça vaut le détour...
 
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
12 septembre 2005 1 12 /09 /septembre /2005 00:00

Je l'ai dit, et n'ayant qu'une parole (j'ai perdu les autres), je l'ai fait.

J'ai donc pris mon courage de mes dix doigts roses zé boudinés et je suis allée clamer mon admiration à quelques-uns des blogueurs en dédicace au farabuleux Festival du blog BD, ce dimanche.

J'en suis revenu avec nettement plus d'albums que prévu (on est shopoholic avec ce qu'on peut...) et un certain nombre de somptueuses dédicaces, dont un portrait éminemment flatteur, par Laurel.
Je n'en ai qu'une à vous proposer, au moins jusqu'à ce que
Nacara me laisse infliger les derniers outrages à son scanner, mais vous ne serez pas venus pour rien ...

Il s'agit de rien moins qu'une superbe Roxane de Boulet, qui, en parfaite conformité avec la publicité, se révèle être roux, grand, et tout à fait aimable (Boulet, pas Roxane! Comme le montre l'image qui suit, elle, c'est tout le contraire...).

Il paraîtrait que j'ai même réussi à lui adresser des phrases entières et grammaticalement correctes, mais je ne me souviens pas bien au sujet de quoi...

Vous bavez, hein?

Hé bien dites-vous que je l'ai payé dans ma chair : après mon heure de fille d'attente, mes pieds ont entrepris, au titre de représailles, d'émuler une éléphantiasis au stade terminal. Peu élégant, mais ludique.

Repost 0
Published by Abie - dans Blogosphères
commenter cet article
7 septembre 2005 3 07 /09 /septembre /2005 00:00
Je vous préviens tout de suite, il risque d'y en avoir d'autres...

La puberté est le moment où les organes reproducteurs deviennent fonctionnaires.
Un élève de quatrième.

En vérité, je vous le dis : ne parlez plus de pannes, mais de grèves....

 
Repost 0
6 septembre 2005 2 06 /09 /septembre /2005 00:00
Un personnage sceptique à un patriote enragé, pendant la Révolution :

J'ai l'amour de la raison, je n'en ai  pas le fanatisme, répondit Brotteaux.
La raison nous guide et nous éclaire; quand vous en aurez fait une divinité, elle vous aveuglera et vous persuadera de crimes.


Anatole France, Les dieux ont soif.
 
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
5 septembre 2005 1 05 /09 /septembre /2005 00:00
Et voilà, le compte y est : voici mon centième article, qui, malgré une étonnante absence de tout stratagème, tombe également le jour anniversaire de ce blog.
Eh oui, cela fait six mois déjà que j'ai commencé à bidouiller par ici...étonnant, non?
Ce qui nous amène à une  moyenne époustouflante (enfin je sais pas pour vous, mais moi je suis sérieusement ébouriffée) de trois articles tous les quatre jours, et ce, malgré les isolements cybernautiques et les pannes d'inspiration (j'évite en générale de mettre un article pour dire à quel point je n'ai rien à dire...)

Pour fêter ça, inauguration en fanfare d'une nouvelle section : Citations.
Have fun!



Noté au dos d'un flyer , que je vous aurais bien scanné, et qui annonce un concert de OINK! au Nouveau Casino le 8 septembre, orné d'une superbe hure de sanglier :

La linguistique a bouleversé la grammaire
comme le groin d
u sanglier un champ de pommes de terre.
Fernand Braudel, historien éminent, 1983.

Rien que ça...

Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
4 septembre 2005 7 04 /09 /septembre /2005 00:00
Ah!
Ce n'est pas tous les jours qu'on tombe, par le plus grand des hasards, sur une perle de petit spectacle qui vous met de bonne humeur pour la semaine.
En effet, et pour mon plus grand bonheur, la Mairie de Paris, en association avec une foultitude de partenaires, organise ce ouiquènnde une sorte de festival d'opéra populaire : des spectacles de rue, gratuits, originaux et plein de fraîcheur, sous le nom d'Opéra des rues.

C'est comme ça que je me suis retrouvée ce samedi, sur une obscure petite place du treizième arrondissement (1), à écouter un ensemble lyrique comme je n'en avais encore jamais rencontré.
Pour reprendre la présentation du prospectus : l'Ensemble Acide Lyrique, composé d'une diva sulfurique, d'un ténor vraiment léger, d'un baryton profond et d'un pianiste aqueux, est une solution astringente destinée à dissoudre les préjugés sur l'opéra.
Et par ma barbe,c'est bien ce qu'il font...

Commencer un récital, même parodique,  par une version lyrique à trois voix de La Pitchouli, je trouve que c'est une preuve d'auto-dérison du meilleur goût...
Les costumes étaient aussi un grand moment de poésie, allant de la satyre fine au loufoque le plus délirant.
Connaissant ma mémoire de musaraigne, j'ai même pris sur moi, dans un accès de conscience graphomaniaque (2), de noter le plus gros de leur répertoire, et ça en valait la peine.

Jugez plutôt :

- La Pitchouli donc,
- Quand le virage se met à chanter (!)
- J'ai encore rêvé d'elle
- Vertiges de l'amour
- L'air de Marguerite (mais si, je suis sûre que vous connaissez : "Ah! je ris, de me voir si belle en ce miroir"...)
- Love on the beat
- L'amour est enfant de bohème repris en
"Sa voix lui pose des problèmes, / Elle n'a jamais jamais connu de loi"
avec la cantatrice qui passe imprévisiblement de chant lyrique à la voix de chanson populaire d'avant guerre (bonjour les cordes vocales!) et qui boude "si tu ne l'aimes pas, moi, je l'aime!!"
- Donne Mobile transformé en hymne à la gloire du ténor, qui se termine par un mythique "Quand je pousse mon contre-ut,/ Le public est en rut..."
- Sauvez trente millions d'amis parce que l'opéra aussi peut être un art engagé,
- La Flûte enchantée, sérieusement mise à mal :  "J'ai amené mes plumes et mon boa,/ A Paris, on m'appelle Tata Gena"

Mais aussi : Alexandrie Alexandra, La Truite de Schubert en version Lili Marlène, et bien d'autres...

Je suis repartie en faisant des duos d'une efficacité douteuse avec mon père sur l'air de la Reine de la nuit, et La Truite version Francis Blanche, et ça, comme dirait une pub Mastercard, ça n'a pas de prix.



(1) Soyez francs, la place de l'Escadrille Normandie-Niemen, ça vous dit quelque chose?
(2) Pour quelques considérations sur la question, voir Le livre du rire et de l'oubli  de Kundera. Ici, un extrait qui a été beaucoup cité dans la blogosphère, et qui présente il est vrai une certaine pertinence.

Repost 0
Published by Abie - dans Enthousiasmes
commenter cet article

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao