Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2005 3 21 /12 /décembre /2005 02:36
Voici la suite tant attendue de mon article traitant de la littérature des mondes parallèles. Je vous y promettait, il y a deux mois déjà, de la medieval fantasy, et de l'authentique fantastique.
Les voici, les voilà.

Les lions d'Al-Rassan, de Guy Gavriel Kay
Traduit de l'anglais par Elisabeth Vonarburg, éditions J'ai Lu, 2005

Nous nous retrouvons ici non dans un univers moderne qui ressemble au notre, tout en ayant bifurqué à moment donné de l'histoire, comme dans l'Affaire Jane Eyre, mais dans un monde médiéval très loin de nous, où les différentes avec la réalité sont flagrantes et fondamentales. Un exemple parmi d'autre : ce monde possède deux lunes.

Pourtant, très vite, la similitude des choses saute aux yeux. Dans une péninsule méridionale appellée l'Espéragne, dont deux peuples aux religions opposées se disputent la souveraineté, on voit les rois se livrer à des guerres fratricides, tandis que des califes tentent de rescussiter la gloire moribonde du Royaume d'Al-Rassan, et qu'un peuple errant vit s'écrouler la précaire sécurité dont ils avaient bénéficié pendant la paix.
Autant vous dire que les sous-titres ne sont pas nécessaires pour voir dans ces Jaddites, Asharites et Kindrath les Chrétiens, Maures et Juifs d'une Reconquista d'autant plus saisissante qu'elle est parée des artifices de la fiction.
Les héros choisis par l'auteur, un dans chaque peuple, sont d'une étonnante profondeur pour des personnages archétypaux, et l'auteur excelle à décrire ce qu'une mauvaise quatrième de couverture appellerait des destinées flamboyantes prises dans la tourmente de l'histoire.
Il réserve d'aillleurs au lecteur quelques surprises bien ménagées, en le poussant à faire de lui-même de fausse inductions...

Après avoir lu ce livres et quelques remarques générales sur l'oeuvre de G.G.Kay, l'envie ne me manque pas d'aller voir si ses autres ouvrrages font preuve d ela même originalité. A suivre, donc!

Par ailleurs, il paraît  qu'un film est prévu sur la base de ce livre, mais l'annonce date de près d'un an et le projet semble en stand-by, avec une sortie préve pour 2007.
La qualité d'un livre ne prédit en rien celle du film subséquent, mais il y a sans doute plus d'espoir pour celui-ci que pour une adaptation d'un pur navet, non? J'essaye de rester optimiste, ne me découragez pas...

Pour en savoir plus :

De flammes et d'ombre, de Kurt Steiner

Malgré son pseudonyme, l'auteur est tout ce qu'il y a de plus franchouillard et s'appelle de son vrai nom André Ruellan, assez connu des amateurs de fantastique des années soixante et soixante-dix.

J'ai piqué le vieux poche à mon auguste géniteur, qui rentre indubitablement dans cette catégorie, et j'y ai trouvé un intérêt certain : ce roman décrit comment la vie d'un simple docteur de campagne (une campagne anglaise très convaincante d'ailleurs) se désagrère inéluctablement à partir d'un ou deux événements étranges.
Le caractère cauchemardesque de sentir que la réalité vous échappe prend des proportions dantesques lorsqu'au titre de médecin vous avez charge d'âmes, et que vos inexplicables erreurs entraînent des décès à répétition.
Je ne crois pas avoir l'estomac particulièrement fragile (à 15 ans, je taillais des cerveaux humains à joyeux coups de scalpel), et pourtant la description de son impuissance devant la mort en couches d'une patiente par une spectaculaire hémorrhagie m'aurait presque donné envie de pleurer.
Sans trop déflorer l'histoire, contentons-nous de dire que le cauchemar ne s'arrête pas là, et que la fin, qui relève autant du fantastique que de la parabole, ne manque pas d'élégance.

L'édition Fleuve noir que j'ai entre les mains doit être épuisée depuis vingt-cinq ans, mais le texte est disponible, avec un autre roman et une flopée de nouvelles, dans une édition plus récente (image ci-contre)

Ah, et mon père n'a pas aimé.

Repost 0
Published by Abie - dans Lectures
commenter cet article
20 décembre 2005 2 20 /12 /décembre /2005 07:08
J'ai toujours aimé les mots, parfois pour leur forme, parfois pour  leur sens, ou pour les souvenirs qui les connotent, et souvent juste pour eux-mêmes...

Au fil du temps, j'ai donc accumulé une liste non négligeable de mots mignons ou austères, drôles ou pédants, mais tous attachants. En voici quelques uns.

Acidalie
Aconit, attention, poison!
Acrostiche, les plus célèbres sont lestes... (edit : ou pire encore, voir plus bas)
Adamantin, du diamant
Adminicule, qui remplace avantageusement indice
Agouti, mot ridicule s'il en est, de même que la créature qu'il décrit
Anabase, pour le Thalatta, thalatta! des Grecs de Xénophon
Aphélie, pour le hiatus (on prononce Ap-hélie et non Afélie)
Aristoloche, encore un mot de botanique aux consonnances étranges. Rien à voir avec les aristos, encore moins avec les loches.
Atrabilaire, parfois amoureux, mais ça tourne vite à la scène
Attrition, un peu comme contrition, mais tellement plus joli

La suite pour plus tard


Edit On a trouvé un acrostiche fort surprenant dans un manuel d'anglais au Pakistan : les premières lettres de chaque vers du poème intitulé The Leader épellaient President George W Bush.
Les officiels ont eu la grâce d'avoir l'air embêté, et on demandé la réimpression des manuels.
Article de la BBC, via Brain Not Found.


Repost 0
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 00:00
Et oui, il m'arrive même de lire des livres sérieux qui ne racontent même pas des histoires inventées...Un peu de non-fiction, donc.

Réflexions sur la question juive
, de Jean-Paul Sartre
couv
Ce bouquin, lu un peu par hasard (je ne traîne pas de mon propre chef devant le rayon philo de mes bibliothèques, trop à faire ailleurs), s'est révélé très éclairant sur la situation de l'antisémitisme en France au sortir de la guerre (1946), et d'une grande lucidité sur l'aspect sociologique, voire psychologique du phénomène.
Il complète de façon pertinente une (assez vieille) enquête journalistique lue l'an dernier sur la Cagoule, qui présentait l'antisémitisme français latent d'une façon qui faisait froid dans le dos.
Au-delà de l'intérêt historique, l'analyse de ce livre assez court et plutôt facile d'accès pour du Sartre est utilement généralisable à beaucoup de préjugés hélas répandus.

“Le Juif est un homme que les autres hommes tiennent pour Juif : voilà la vérité simple d’où il faut partir.
En ce sens, le démocrate a raison contre l’antisémite : c’est l’antisémite qui
fait le Juif.”


Et vos enfants ne saurons pas lire...ni compter! de Marc Le Bris

couvEncore une fois en pleine actualité! (Ne vous arrêtez pas au titre)
Lu il a trois-quatre semaines, ce pamphlet d'un instit' extrêmement remonté contre la pédagogique moderne (ou ce qu'elle a été), en particulier la mathématique Bourbakiste au primaire, et la méthode globale d'apprentissage de la lecture.
Évidemment biaisé (ça va souvent avec pamphlet), il n'en reste pas moins, intéressant, convaincant au moins sur les points les plus importants, intructif, et, ce qui ne gâche rien, agréable à lire.
Par ailleurs Gilles de Robien arrive tout de même longtemps après la bataille sur la question, mais il faut bien remplir ses conférences de presse, et puis le mettre en place avant le début de l'année scolaire, ce serait vraiment trop facile.
Chez Stock, 2004.
Une présentation du bouquin par ici, une interviou par là.

Digression (je préfère prévenir)
Un passage annexe du livre m'a marquée qui raconte les réponses des enfants lorsqu'on leur demande ce qu'il feraient si, un beau matin, tous les adultes avaient disparu. Pas de parents, pas de voisins, pas de maîtresse, plus que des gosses. Que feraient-ils?
Faire la grasse ma', manger des gâteaux, jouer? Non.
Réponse unanime et reproductible d'une classe à l'autre :
Casser des choses.
Au premier abord, ça paraît logique, vu que casser le vase de grand'maman est la bêtise ultime, mais ça prend vite des proportion délirantes : ils veulent tout casser, des fenêtres au mobilier de leur chambre.
Quand les autres pulsions se réveillent, ils foncent à la boulangerie, mais la saccagent soigneusement avant la vider, se jettent sur les ordis non pas pour jouer (ou pour télécharger du porno), mais pour les casser... C'est assez effrayant, mais pas si surprenant que ça.
Et je dois avouer que j'apprécie quand des gens autorisés, et a priori peu soupçonnable de détester les gosses cassent un peu le mythe des petites tête blondes pleines d'innocence.
Mais c'est mon côté cynique qui parle, ne faites pas attention.



Remarque bibliographique
    J'ai eu droit à un commentaire désagréble, mais contenant, sous une bonne couche de mépris, une certaine vérité : je ne donne pas toujours les références complètes des bouquins dont je parle.
Cela vous a-t-il posé des problèmes? En général, les liens de l'articles proposent tout le nécessaire pour se procurer l'ouvrage, mais je veux bien faire un effort, surtout si ça intéresse des gens.
    Par ailleurs, et de façon beaucoup plus civile, il m'a été suggéré que le hotlinking des images n'était pas une pratique très recommandable.
C'est vrai. Je bats ma coulpe. Promis j'arrête... au prochain post!

Repost 0
Published by Abie - dans Lectures
commenter cet article
18 décembre 2005 7 18 /12 /décembre /2005 00:00
george canning
Give me the avowed, erect and manly foe;

Firm I can meet, perhaps may turn the blow;
But of all plagues, good heaven, thy wrath can send,
Save, save, oh! save me from the Candid Friend!
Je précise tout de même que ça ne vise personne, je trouve juste ça bien trouvé, comme variation sur le thème classique Seigneur, gardez-moi de mes amis; quant à mes ennemis, je m'en charge...
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
17 décembre 2005 6 17 /12 /décembre /2005 00:00
Ambligone : " du grec amblus, faible et gonia, angle. Se disait (jusqu'au Moyen-Age et à la Renaissance) d'un triangle qui possédait un angle obtus. On dit aujourd'hui triangle obtus ou triangle obtusangle."
Sur un site d'étymologie des maths.

Andrinople
: "Teinture rouge de garance, ou, par métonymie, tissu de coton bon marché généralement de couleur rouge.
D'Andrinople, ville qui avant son rattachement à la Turquie en 1923 connut sous les Grecs une florissante industrie textile".
(TLFi)
Par le dictionnaire des synonymes en ligne, en cherchant le champ lexical de rouge.



Et hop, une nouvelle catégoraie pour aider à l'archivage : Emois et mots
Repost 0
16 décembre 2005 5 16 /12 /décembre /2005 00:00
La citation obscure du jour, tirée de fortune, catégorie offensive (??):

An 11 is a 10 who doesn't have headaches.
Un 11 est un 10 qui n'a pas de migraines.

La traduction perd peut-être la blague, mais comme je n'arrive pas ) voir où elle est...
Si quelqu'un a une idée d'interprétation, je suis toute ouïe...



NB : Le titre de cette note vient d'une citation de Churchill au sujet de la Russie,  "a mystery inside an enigma", et non pas "a misery wrapped in an enema" (Pratchett, The Fifth Elephant).
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
15 décembre 2005 4 15 /12 /décembre /2005 00:00
Un petit goût de revenez-y... voici encore une petite exploration blogosphérique. Dans la joie, la bonne humeur, et le désordre le plus complet :

1. L'Oeil de mouche se pose la question fondamentale : Pourquoi bloguer? Sur le même site, quelques articles bien balancés sur la questions des blogs.
2. Pour tous ceux qui aiment leur satire frontale et efficace, voici un anti-skyblog, qui démonte point par point les différentes caractéristique de ce phénomène de société. Assez drôle, mais pas exempt de ce qu'il reproche aux autres, au moins en matière d'othographe...
(J'ai cru comprendre que que la faiblesse généralisée de la mise en page était due aux possibilités réduites offetes par la plate-forme skyblog. Ouf! on est bien chez soi...)

3. Le petit lexique de Stanislas Gros, pour compendre les abbréviations courantes dans les commentaires. J'ajouterais que pour moi PTDR , stricte traduction de ROTFL, signifie Par terre de rire. Mais bon, je ne prétend pas faire autorité, loin de là.

Oups! je crois bien que je me suis rendue coupable du péché n°4. Argh, et maintenant du n°6!

5. Autre blog, autres définitions : nous avons ici une liste des sept péchés mortels du bloggueur (en):
- L'article de liens. Ah, c'est si mal que ça, utilisé avec modération? Zut alors, une pleine catégorie promise au chaudron de Belzébuth...
- L'article de mots-clefs : ben par exemple, si je vous parle de films de cul, avec des femmes nues dedans qui font plein de sexe, il y a des chance que j'ai plus de visites, à cause des hits Google. Eh bien, comme vous le voyez, je ne le fais pas, c'est pas mon genre...
- L'article recyclé : oui, il a eu du succès, ce n'est pas une raison pour le resservir...
- L'article de blogroll, qui commente les addition à la liste de blogs liés. Oups, derechef...
- Le scoop : il y a statistiquement peu de chance que vous ayez vous même directement investigué les enlèvements en Irak. Donc, vous donnez vos sources.
- Le concours de légendage, qui consiste à donner une image aux lecteurs et à les encourager à preoposer un dialogue adapté. Une façon comme une autre de faire le boulot par les autres... Le meilleur de la chose est bien sûr quand le prix du concours est... un lien!
- L'article demandant des liens réciproques : tiens, tiens, tiens, on veut augmenter son rang dans l'écosystème TTLB?
Pour les exemples précis, voir l'article en anglais.

6. Passons maintenant aux conseils : dans l'ensemble, toujours les même: soignez la présentation, utilisez des titres clairs et facilitez le travail des moteurs de recherche, par exemple en mettant régulièrement à jour.
Ce conseil me paraissait très raisonnable: on se lasse de visiter un blog qui ne bouge pas pendant dix jours, tandis qu'un post tous les deux trois jours est plus sympathique.
Mais je me suis un peu étranglée en lisant dans cet article intitulé "Théorie unifiée du blog" (en) le conseil suivant :

Update Frequently.
There's a well-known dichotomy between "thinkers" and "linkers," and you should do what you like. But a guy who only updates five times a week (other things equal) will get less traffic than someone who updates several time per day. I know that Frank J. of IMAO, another genius, has done well with his "once on weekdays" frequency. Nonetheless, many readers are looking for blogs that have been updated within the past few hours.
Mise à jour fréquente
Il y a une dichotomie bien connue entre les penseurs et les lieurs (ceux qui mettent des liens), et choisissez ce qui vous convient. Mais un type qui ne met à jour que cinq fois par semaine aura moins de trafic que quelqu'un qui met à jour plusieurs fois par jour. Je sais que Frank J de IMAO, un autre génie, s'est débrouillé avec une fréquence de "une fois par jour de semaine". Néanmoins, de nombreux lecteurs
cherchent des blogs mis à jours dans les dernières heures.


Plusieurs fois par jour? Le jour où on me payera pour ça, peut-être, et encore...

7. Une métaphore intéressante : et si un blog fréquenté était un peu comme un bar? (en)

8. Le chiffre qui fait franchement froid dans le dos : entre 2 et 7% des utilisateurs d'Internet aux États -Unis bloguent. Bon. Hé ben il va s'agir de trouver ceux qui sont lisibles dans le tas...

9. Dans la catégorie "On y croit tous", je vous présente l'évaluation de la valeur de votre blog.


My blog Ceci est un test is worth $4,516.32.
How much is your blog worth?



Mon blog Ceci est un test vaut
4 516,32 dollars
.

Combien vaut votre blog?


Wah, vous rendez-vous compte, chers lecteurs, que vous valez collectivement 3 000 euros sur le papier? Enfin, sur l'écran...



Repost 0
Published by Abie - dans Blogosphères
commenter cet article
14 décembre 2005 3 14 /12 /décembre /2005 00:00
Je ne sais pas si vous avez suivi la fort peu passionnante polémique du doigt d'honneur des Miss France qui s'est retrouvée jusque sur le blog de Jean Véronis, mais le doigt dont je veux vous parler ici a une autre origine.

Pour des raisons qu'il serait trop long de détailler ici, mais relevant de la piété filiale la plus louable, il se trouve que j'ai acheté
cet été sur une aire d'autoroute un assortiment de comics de très bas niveau, qui était proposé à coté des paquets de FHM obsolètes sous plastique vendus à prix cassés aux routiers.
Et dans l'un  de ces petit bijoux de mauvais goût et de plagiat (il ya un faux Tarzan qui vaut son poids en noix de pécan), je trouve un encart éducatif qui avoue son âge (trente ans déjà), et qui détaille les priorités en présence d'un blessé :
1) d'abord vérifier si la personne est consciente,
2) observer sa respiration,
3) et enfin, examiner l'état du système circulatoire (pleine page ici)

Mais a-t-il vraiment besoin de compter jusqu'à trois de cette façon-ci?



À moins qu'il ne s'agisse d'un cinq en binaire...



Je ne savais pas trop où classer cet article.
C'est indubitablement une citation, mais suffisamment idiote pour mériter le statut de brève, voire, pour la négligence des relecteurs, celui de diatribe. Alors pour la peine, je mets tout le monde d'accord...

Élucubrons, élucubrons, il en restera toujours quelquechose!

Repost 0
13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 03:43
Si je vous dis que cette page a été intentionnellement laissée vierge, me croyez-vous? (en).
L'article détaille ce paradoxe moderne, digne d'Épiménide. Ah, les bonheurs de l'auto-référence...

Vous êtes vous déjà demandé quelle était la vraie destination d'ici? (en)
C'est-à-dire, quand le mot here (ici) est cliquable, où nous emmène-t-il?
Un moyen simple de le savoir : les moteurs de recherche, qui classent les liens en fonction des mots qui y mènent (ce qui permet le Google bombing).
En transposant la démarche de Abstract Dynamics en français, Google nous rend des résultats fortement similaires : ce sont presque toujours des liens de téléchargements.
En vrac :

Tout simplement parce que les gens proposent sur leur pages des fichiers nécessitant un certain logiciel et ajoutent  "Pour télécharger ce logiciel, cliquez ici".
C'est caractéristique d'habitudes rédactionnelles inadaptées à l'écriture en hypertexte.
On devrait écrire :
Découvrez Ceci est un test, le blog d'Abie
mais on écrit (moi la première, malgré mes efforts)
Pour découvrir le blog d'Abie, cliquez ici.
Ce qui est l'équivalent  de "Si vous tournez à droite, allez page 36", mais en moins explicite.
Pour l'exemple, et parce que j'aime bien prendre de l'avance pour les bonnes résolutions de la nouvelle année, je fais ici le voeu d'aider l'indexation de mes liens par un usage plus judicieux de l'hypertexte, et j'invite mes lecteurs à contrôler mon assiduité dans cette tâche. Rien que ça...

Et puis si vous êtes vraiment perdus, vous pouvez toujours aller voir perdu.com.

Repost 0
Published by Abie - dans Butinons
commenter cet article
12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 17:49
agliseTrouvé sur un site américain de rencontre pour chrétiens intitulé Bigchurch.com (je n'invente rien) où l'on peut chercher un partenaire de "bible study" ou un mari, cet incroyable questionnaire qui recense plus de 300 églises (sectes au sens B.1 de la définition) différentes. 

A la question Denomination, voici donc les réponses possibles :



Hé ben moi, ça me cloue.
Y'en a même une qui l'appelle Pillar of fire ! Et une dizaine de Brethrens, comme dans les mauvais romans de fantasy! Et une église appellée The Way, comme celle appellée The Truth dans The Algebraist!

Le mieux étant bien sûr qu'ils trouvent moyen de conclure par Other US Churches au cas où celles crées lundi dernier leur auraient échappé...

Et ça m'a appris à mettre un champ déroulant, mais c'est un autre sujet...



PS : On m'a fait remarquer la présence des Amish dans la liste, ce qui n'est pas un mince paradoxe...
Repost 0

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao