Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2006 7 29 /01 /janvier /2006 21:51
TrefleIrish contradictions:
their schools have classy latin mottos, but ancient languages are not taught any longer.
Repost 0
Published by Abie - dans Ireland
commenter cet article
28 janvier 2006 6 28 /01 /janvier /2006 00:00
TrefleWhat, you folks are still there?
But I told you I was going away! You really mean to stay?
Well then, I'll sent you a few words everytime I get the chance, but you'll have to wait for me to come back to have images: until then, just take my word for it...

And if someome feels like translating the said titbits to french, that would be welcome, but I myself don't have the time to do it...




Repost 0
Published by Abie - dans Ireland
commenter cet article
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 02:37
        Communication informative. stop.
Pars ce jour en Irlande. stop.
Rate la galette de Démiurge. stop. crotte. stop.
Updates remis sine die. stop.
Promesse démagogique d'articles intéressants à mon retour. stop. Voire avant. stop
Soyez sages. stop.


Ajoutons :
- que Mogore a répondu à mon questionnaire, de même que Fab, le Dr Dévo et Mr Mort.
- que Kns-1 a un imaginaire torturé (âmes sensibles s'abstenir)
- que je me demande bien quelle est l'origine de l'association de l'entonnoir et de la folie.


Repost 0
Published by Abie - dans Ireland
commenter cet article
19 janvier 2006 4 19 /01 /janvier /2006 05:17
Je rigole toujours à la lecture  de Non sequitur, l'excellent comic de Wiley Miller que je lis régulièrement sur ucomics.com.
Non sequitur, c'est du latin passé en anglais et ça veut dire "cela ne se suit pas"; c'est donc utilisé pour décrire une conclusion absurde ou fallacieuse, dans le genre  A+b=0,  et j'aime les champignons, donc Dieu existe.
Rien d'étonnant donc, à ce que le symbole de la BD soit un manchot volant...

Le strip qui justifie cette note, le voici donc: il prouve, si besoin en était, que le plaisir des mots n'a pas d'âge...



- PERPENDICULAIRE!
- Euh.. Qu'est-ce que c'est que ça?
- Oh, certains mots sont juste amusants à crier fort
- Mmm... Oui...
- ACCUSATION!
- RIBOFLAVINE!
- On ne mesure pas toute la bizarrerie de leurs conversations
 avant d'arriver au milieu de l'une d'entre elles.

Ribloflavine, riboflavine...
Pas de doute, elle a du flair, cette petite!

Repost 0
18 janvier 2006 3 18 /01 /janvier /2006 00:00
J'ai toujours des scrupules à mettre des liens directs lorsqu'il s'agit de pages en anglais : j'ai quelques fidèles lecteurs fâchés avec Shakespeare, et il me semblerait peu urbain de ne pas en tenir compte.
D'un autre côté, la traduction à la chaîne n'est pas une option possible. Reste le résumé : les gens intéressés pourrons toujours aller creuser, et même les angloallergique en tireront peut-être plus s'ils ont déjà l'idée générale...
Ca a marché pour l'article sur les Zubbles, voici donc le tour d'un classement (très à la mode fin décembre-début janvier) qui ne concerne pour une fois aucun chanteur, aucun footballeur, aucun Bill Gates et aucun Abbé Pierre.

En direct de Popular Science (site amériain), voici :


En partant des plus bas classements :
10e rang : Collecteur d'urine d'Orang-Outang
Ou "Etude non invasive des taux de stéroïdes par échantillonnage urinaire". Plus facile à dire qu'à faire...

9e rang : Ballerine pour la NASA
Ou plus précisément : danser avec un robot pourvu d'un revêtement censé capter les mouvements des humains autour de lui...
La vidéo de ce pas de deux  gagne en intérêt du fait de la forme disons.. suggestive du prototype.

8e rang : Bonne volonté
Il y a de généreux mécènes qui payent pour accompagner des scientifiques.
A Hawai, on comprendrait. Dans la steppe sibérienne pour étudier le permafrost en essayant de garder quelques gouttes de sang malgré les moustiques, moins.

7e rang : Laveur de sperme.
Il faut bien le préparer à la congélation, dans les banques de don.

6e rang : Vulcanologue
Lave, cailloux qui volent, gaz toxiques à très haute température.Vous voulez un dessin?

5e rang : Spécialiste du nucléaire militaire
Ils ont maîtrisé la fusion. Etape suivante : le classement des dossiers.
La paranoia du FBI sur le sujet leur rend apparemment la vie impossible.

4e rang : Excavateur d'extrémophile
On appelle extrémophiles les espèces de bactéries capables de survivre dans des milieux assez brutalement hostiles.
Par exemple, daans des boues putrides saturées en arsenic. Et devinez qui va les y chercher?

Passons au podium :

3e rang : Professeur de biologie au Texas
Si vous ne voyez pas de quoi on parle, je vous renvoie à une de mes diatribes et à environ 50% du contenu (anglophobe) de Pharyngula.

2e rang : Examinateur de fumier
Le fumier est utilisé comme engrais mais c'est aussi la source principale des bactéries qui refilent des saloperies par la nourriture.
Au mieux une bonne gastro, au pire une intoxication alimentaire brutale dans le genre de celle qui a condamné à la dialyse à vie une demi-douzaine de gosses qui avaient mangé des steacks hachés contaminés il y a quelques mois. D'où, centre d'étude.
Mais d'après le directeur, ce qui y sent le plus mauvais, ce sont finalement les contorsions administratives pour avoir des subventions...

Et le grand vainqueur :
1er rang : Cobaye humain
Hé oui, des étudiants désargentés se font payer 15 dollars de l'heure pour se faire vaporiser dans le nez et les yeux des gaz de combat reconvertis en pesticides



Alors, des vocations?
On est bien d'accord que tout cela compare des choses non comparables (la danseuse ne fait pas des entrechats avec le robot 8 heures par jour...) mais ça donne une assez bonne idée des critères utilisés : les excrétions et les sécrétions restent des grands classiques, de même que les jobs qui puent au sens strict du terme.
D'aucuns argueront que cette liste est très américano-centrée (en particulier la biologie au Texas, ou les chercheurs en physique nucléaire).  Peut-être aurez-vous des idées pour franciser le classement...
Ayons tout de même une pensée émue pour tous les Disciplus simplex, qu'ils soient scientifiques de terrain ou chair à paillasse,qui se dévouent âme (et, malheureusement, parfois corps, voir ici et) pour faire avancer la science de par le vaste monde.

Repost 0
17 janvier 2006 2 17 /01 /janvier /2006 00:00
Comment ça, je n'ai pas fait mes voeux pour 2006?
Je serais en retard? Moi??
j'ai peine à y croire, mais pour la peine, voici une mirifibolante carte de voeux faite en au moins 80 secondes sur Artpad.


Il est recommandé de passer de slow à fast dans replay speed control, mais les impatients pourront cliquer sur skip to end.
Et vous avez parfaitement le droit de vous moquer, mais uniquement après avoir essayé de faire mieux...
Repost 0
Published by Abie - dans Cribouillages
commenter cet article
16 janvier 2006 1 16 /01 /janvier /2006 00:40
Dans l'article du Monde daté du 15 et intitulé Ariel Sharon a subi une trachéotomie, on apprend la nouvelle suivante.

[U]n électro-encéphalogramme effectué vendredi avait montré "de l'activité dans les deux ventricules" du cerveau du premier ministre.

C'est un scoop. Un vrai.
Le cerveau du Premier ministre israélien n'aurait donc que deux ventricules. Contre quatre normalement : les deux ventricules latéraux, le troisième ventricule au milieu, et le quatrième à l'arrière.
Comme son crâne a des proportions normales, il faut en conclure que les ventricules manquants sont les plus petits, les troisième et quatrième ventricules.
Ce qui ne manque pas d'être étonnant, vu l'importance des structures concernées.
On notera que le V III, ou diencéphale contient, entre autre, les noyaux de la base, et le système limbique. Qui est le siège des -hum hum- émotions. Peur, affection, tout ça. Hum.
Une nouvelle perspective sur la carrière militaire de Sharon?

Ou alors, peut-être, je dis bien peut-être, comme d'habitude, les rédacteurs de l'AFP sont des buses, et ont cru parler du coeur, qui lui a bien deux ventricules, amoureusement accolés à leurs oreillettes respectives.
Mais notez bien que si on enlève "les" la phrase devient possible. Étonnante, parce que s'il n'a aucune activité au niveau du III et du IV ce n'est vraiment pas bon du tout, mais possible.



Morale de l'histoire : cerveau, encéphale, cervelet, hémisphère cérébral, et les autres sont des mots qui ont un sens précis.
Si vous avez un doute, dites cervelle, personne ne vous en voudra...

Repost 0
15 janvier 2006 7 15 /01 /janvier /2006 00:00
Les appréhensions sur la grippe aviaire, dont j'ai parlé à une ou deux reprises déjà, se précisent sérieusement. Le problème, c'est que les gens ont déjà eu bien peur en novembre, hein, une petite panique de temps en temps est bien suffisante, on ne va pas leur reparler de ça.

C'est dommage, l'OMS propose sur son site une page qui résume fort bien la situation : il date déjà du 14 octobre 2005 (hé oui), et s'appelle, fort à propos, Dix choses qu’il faut savoir sur la grippe pandémique.

Extraits choisis :

1. La grippe pandémique est à distinguer de la grippe aviaire

2. Les pandémies de grippe sont des événements récurrents

Une pandémie de grippe est un phénomène rare mais récurrent. On a observé trois pandémies au cours du siècle dernier, la grippe dite espagnole en 1918, la grippe dite asiatique en 1957 et la grippe dite de Hong Kong en 1968. La pandémie de 1918 a fait entre 40 et 50 millions de morts dans le monde selon les estimations. [...]
Le bilan des pandémies qui ont suivi était beaucoup plus léger puisque selon les estimations celle de 1957 a fait 2 millions de morts et celle de 1968 1 million de morts.

4. Tous les pays seront touchés

3. Une nouvelle pandémie est peut-être imminente
Dès son émergence, la propagation mondiale d’un virus pleinement contagieux est considérée comme inévitable. [...]
Les pandémies du siècle dernier ont fait le tour de la planète en six à neuf mois, à une époque où les voyages internationaux se faisaient avant tout par la voie maritime. Aujourd'hui, du fait de la rapidité et du volume du trafic aérien international, le virus pourrait se propager beaucoup plus rapidement et peut-être toucher l’ensemble des continents en moins de trois mois.

5. La maladie sera généralisée

[...] Rares sont les pays qui disposent du personnel, des installations, du matériel et du nombre de lits d’hôpitaux nécessaires pour faire face du jour au lendemain à un grand nombre de cas.

6. Les fournitures médicales seront insuffisantes

Les stocks de vaccins et d’antiviraux [...] seront insuffisants dans tous les pays au début de la pandémie et pendant de nombreux mois. [...]
Sur la base des tendances actuelles, de nombreux pays en développement n’auront pas accès aux vaccins pendant toute la durée d’une pandémie.

7. Le nombre de décès sera considérable

[...] Toutes les estimations relatives au nombre de décès qui lui seraient imputables sont purement spéculatives.
L’OMS a tablé sur une estimation relativement prudente – de 2 à 7,4 millions de décès – qui constitue une cible utile et plausible pour la planification. Cette estimation est fondée sur la pandémie relativement modérée de 1957. Les estimations fondées sur un virus plus virulent, plus proche de celui de 1918, sont beaucoup plus élevées.

8. Une importante désorganisation socio-économique est à prévoir

9. Tous les pays doivent être prêts

10. L’OMS alertera le monde en cas d’aggravation de la menace de pandémie

Six phases distinctes ont été définies pour faciliter la planification de la préparation à une pandémie, des rôles précis ayant été dévolus aux gouvernements, à l’industrie et à l’OMS. La situation actuelle relève de la phase 3 : un virus nouveau pour l'homme provoque des infections mais ne se transmet pas facilement d'une personne à l'autre.

Pas de doute 2006 promet de rester dans les mémoires.
En bien? ça reste à voir...


Repost 0
13 janvier 2006 5 13 /01 /janvier /2006 00:00
Des fois, j'ai des impressions étranges, des révélations qui me semblent évidentes et qui sont souvent difficiles à justifier.
L'autre jour, j'apprend que va bientôt sortir un ènième film hollywoodien adapté d'un dessin animé déjanté diffusé sur MTV au début des années 90. On y retrouve tous les classiques du genre,  avec les angoisses usuelles des forums de fans sur le thème bon, ça a l'air nul, mais peut-être que ce ne sera pas très nul? et la communication intensive sur la plastique de l'actrice principale (Charlize Theron, en l'occurence).

Le film s'appelle Aeon Flux, sortira sous peu sur nos écrans et promet d'être une bouse intergalactique, de même que le coffret DVD de la série, qui n'aurait sans doute jamais vu le jour sans le film, mais ce n'est pas pour ça que je vous en parle.

C'est pour vous dire que, je suis tout de même allée voir, par acquis de conscience, à quoi correspondait l'anime original, parfaitement inconnu en France. D'autant que je trouvais des sites pour me dire qu'il s'agissait d'un dessin animé anti-conformiste, avec une atmosphère très particulière.

Même si le principe des filles encore moins habillées que si elles étaient nues, avec des seins en lévitation, me laisse assez froide, j'ai eu une petite claque graphique.
Je ne parle pas de l'image de gauche, mais plutôt de celle de droite, où le personnage ressemble à un écorché à force d'être émaciée.
Ces images-là ne ressemblent vraiment à pas grand'chose de ce que j'avais pu voir avant en terme de dessin animé japonais ou occidental (mais je suis tout sauf spécialiste),

Par contre, elles m'ont rappelé des images qui n'ont vraiment rien à voir avec la choucroute :
Schiele.
Mais oui, vous savez, Egon Schiele, à l'affiche ces derniers mois au Grand Palais pour l'expo Vienne 1900 avec ses camarades Klimt, Moser et Kokoschka, ccelui qui est surtout connu pour ses nus maladifs au teint verdâtre.

Le lien semble ténu, je vous l'accorde, mais je me suis efforcée de le justifier. Voici le résultat, en cinq étapes :


Tableau tiré du Herbert F. Johnson Museum of Art de la Corwell University.


Frau mit grünen Strümpfen/Femme aux bas verts

Sitzender weiblicher Akt
Notez l'emphase sur les os et les tendons des articulations.

Les deux tableaux viennent de la banques d'images libres de droits Wikicommons, catégorie Egon Schiele.


Bien que le visage reprenne des codes classique de simplification dans les dessins animés, la ressemblance est troublante.
Mourning Woman, de l'expo du MoMA



  Les plis découpent les corps, les visages sont tendus, l'étreinte convulsive.
Schiele's Wife with her Little Nephew, mieux visible sur le site du Museum of Fine Arts, Boston.

La différence la plus marquante, c'est que quasiment tous les modèle de Schiele regardent vers le peintre, ce qui n'est bien sûr pas le cas des personnages du dessin animé.
Je ne sais pas si vous êtes convaincus, mais moi, oui. Cette petite démonstartion me prouve au moins que je ne suis pas folle : j'arrive encore à justifier mes intuitions.

Et puis tout de même, qu'est-ce que c'est bien, Schiele...



Le dessin animé :

La page wikipédia en anglais
La fiche Imdb en anglais

Le film :

Repost 0
11 janvier 2006 3 11 /01 /janvier /2006 00:20
C'est, paraît-il, lorsqu'on parle du loup qu'on en voit la queue. Pour les loups, je ne sais pas - bien que je vive avec une truc poilu qui boulotte régulièrement 600 grammes de barbaque presque crue en un seul repas - mais pour les mèmes, pas de doute possible.
Je venais tout juste de finir de démêler les fils du quizz psycho-killer, qu'on me demande de broder ma part de Toile, sur un autre questionnaire alternatif (et les courants alternatifs se doivent d'être branchés, c'est bien connus).

Je dois cette injonction à l'amicale attention de Nacara, qui ne m'a apparemment pas encore rayée de son carnet d'adresse après que j'ai soumis son charmant bambin de frère au supplice euphémiquement intitulé "lui faire la conversation". Ce qui me connaissent frémiront, les autres se contenteront d'extrapoler à partir du contenu de ce blog.
À moins que ce ne soit une vengeance.

Or donc, me voici face à la tâche sisyphéenne de répondre au questionnaire déjà célèbre sous le nom des Sept Trucs qui, comme son nom l'indique, demande sept fois sept réponses.

Sept choses que vous voulez faire avant de mourir

Je me défilerais bien en citant le poète :

Quand j's'rais grande j'veux être heureuse,
Savoir dessiner un peu,
Savoir m'servir d'une perceuse,
Savoir allumer un feu,
Jouer peut-être du violoncelle,
Avoir une belle écriture...

Mais ça ne fais que six, et puis après, Naque va vraiment me rayer de son carnet d'adresses.

Je remarque toutefois avec satisfaction que, contre toute attente, je sais allumer un feu.
Non, pas de forêt! Bizarrement, ma poliotise tend à s'effacer en milieu sauvage (ou du moins tendait, voilà  longtemps que je n'ai pu la mettre à l'épreuve). Au bout de trois semaines à cuisiner exclusivement sur feu de bois, les gens nous appelaient Mowgli.
Pour les autres items, par contre, y'a  encore méchamment du boulot.

Alors voyons. Avant de mourir, je voudrais :
- vivre,
- lire tous les livres, (ne vous inquiétez donc pas pour la chair...),
- savoir jouer d'un instrument de musique, de préférence à vent, ou à cordes frottées. J'inclus, bien entendu, la voix dans la première catégorie. La difficulté vient du fait qu'il est compliqué d'arriver à la caser "savoir" sans passer par "apprendre". La vie est injuste.
- trouver ma voie (on ne rit pas au fond)
- ouvrir une librairie-salon de thé-bar.
- voyager un peu partout, avec des notions raisonnables de la langue locale. C'est vrai quoi, il n'y a pas que les paysages dans la vie! (Il y a aussi la gastronomie locale)

Décidément, l'inspiration m'abandonne déjà.
Je m'en vais donc voir chez d'autres plus compétents que moi :

Je voudrais pas crever
Avant d'avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les singes à cul nu
Dévoreurs de tropiques
Les araignées d'argent
Au nid truffé de bulles
Je voudrais pas crever
Sans savoir si la lune
Sous son faux air de thune
A un coté pointu
Si le soleil est froid
Si les quatre saisons
Ne sont vraiment que quatre
...
Boris Vian Je voudrais pas crever

- Alors pour conclure, on va dire : venir à bout de ma lâcheté.

Sept choses que vous faites bien

- froid. Vous n'imaginez pas la quantité de gens à qui je fais froid. Le monde est rempli de chochottes frileuses, susceptible d'attrapper un rhume à la seule vue de mon nombril.
- gaver les gens. Au sens propre comme au figuré, bien sûr. Je soupçonne les lois de Mendel.
- rire. Bon d'accord, je ne le fais peut-être pas bien, mais au moins je le fais fort. Beaucoup. Souvent. Ça compense?
- dormir. Quinze heures d'affilée? Pas de problème. Et me recoucher trois heures après.
- les massages, d'après la moitié de la population mondiale
- l'imbécile quand je me sens bien, la morte quand je me sens trop minable pour voir qui que ce soit, la fête souvent, le bordel toujours.
- des vagues avec mon ventre, et autres prouesses interpellantes.

Sept choses que vous ne pouvez/savez pas faire

Extrait de la réponse de Nacara :
Arriver à l'heure (j'ai toujours douze minutes de retard, pas plus, pas moins), mentir (ça se voit tout de suite), parler russe (et pourtant j'y aurais passé du temps), cuisiner autre chose que le minimum vital (mais c'est en projet d'amélioration), [...] me coucher à une heure raisonnable (ce qui expliquerait ma fatigue)

À cette lecture, je ne vois qu'une alternative : ou elle a utilisé mes réponses à l'avance rien que pour m'embêter, ou, dans l'hypothèse délirante où tout le monde ne serait pas contre moi, nous sommes soeurs cosmiques, ce qui est fort bien mais qui ne remplit pas le questionnaire.
Je m'y mets donc.
Parmi les choses que je ne sais pas faire, il y a :

- bouger mes oreilles
- pisser debout (mais il paraît que c'est possible)
- me contrôler en présence de nourriture tout court si j'ai faim, de nourriture appétissante sinon.
- m'acheter une paire de chaussures. Ça se termine par un choix au pif entre les options les moins ridicules d'un magasin à prix raisonnables, payé sans regarder, sinon je n'en achèterais jamais. Si la mode est une aberration, la mode pédestre est une abomination à la face du bon sens et du bon goût réunis.
- me tenir correctement au pestacle. Je ris, je pleure, c'est tout juste si je ne crie pas "Guignol! Derrière toi!"
- les massages, d'après l'autre moitié de la population mondiale.
- construire un heptagone à la règle et au compas. Mais je ne suis pas la seule.

Sept choses qui vous attirent dans le sexe opposé

Wah. C'teu question.
Par principe, je m'associe à la protestation de Nacara sur le fait que l'énoncé est restrictif, mais bon, c'est aussi le principe de l'exercice.
Et pour tout dire, ce n'est pas évident du tout, vu que le seul critère de choix que je suis consciente d'appliquer dans la vie, c'est la présence de chocolat, et cela concerne plus les étalages de patisserie que les vendeurs de ladite patisserie.

Le problème, c'est la difficulté de faire des statistiques significatives sur un échantillon 1/ restreint 2/ assez méchamment dépareillé. J'irais jusqu'à "diamétralement opposé" s'il était possible de trouver plusieurs diamètres sur un cercle.
Et on va me dire que la réponse "je suis attirée uniquement par ceux qui me plaisent" est interdite par la convention de Geneviève. Damn.

Alors, on commence par le physique : en essayant de lancer une analyse de variance sur les mecs susceptibles de me faire me retourner dans la rue, j'obtiens, dans le désordre le plus complet :

- la pilosité céphalique (c'est-à-dire cuir chevelu + visage). A priori, plutôt plein (demandez-moi de vous parler du rasta blond, un jour), mais pas que, tous les extrêmes ayant leurs charmes.
Pour ce qui est de la pilosité extra-céphalique, par contre, on a essayer de rester raisonnables.
- les lèvres. J'en connais qui rendraient jaloux Liv Taylor, si elle savait. Sans dec'.
- l'ossature du visage. Les pommettes, c'est bien. Les arcades sourcilières, aussi.
- une charte graphique intéressante (très constrastée, ou au contraire en camaieu. Je peux faire un dessin si ce n'est pas clair.)
- les paupières. Hé oui, je suis comme qui dirait blépharophile.
Parce que quand les gens disent "les yeux", ils pensent rarement aux globes oculaires, petites choses gélatineuses assez peu glamour, quand on y pense vraiment. Et certains types de paupières donnent, à mon sens, un regard scotchant, mais sont assez compliqués à décrire sans tomber dans les détails techniques nécessitant diagrammes et numérotation des abattis. Mais si la paupière supérieure disparaît presque complètement sous l'arcade sourcillière quand les yeux sont ouverts, il y a de bonne chances pour que ce soit très, très bien, dans le genre de Takeshi Kaneshiro, par exemple (voir plus loin).
(Je laisse deux minutes à mon lectorat masculin pour aller se regarder dans la glace, tenter un regard à la Clint Eastwood, et revenir.)
- et dire que j'ai failli oublier : un Diplôme de l'École Internationale des Bouillotes, avec une température de surface garantie supérieure à 40°C at any time. Très rare.

(Mon colocataire suggère des réponses : Ce qui m'attire dans le sexes opposé? Ben d'abord la taille...
Et commente les items numéro 2 et 6 : En fait l'homme de ta vie, c'est un Néanderthal qui a la fièvre! )

Maintenant que j'ai bien couvert le domaine physique, mon plan machiavélique est révélé : il ne me reste plus qu'une seule caractéristique à mentionner pour tout le reste, j'ai bien fait de la jouer fine.
Les diverses idées qui me sont venues à l'esprit se sont immédiatement vues ridiculisées par des contre-exemples "blatants", parce que décidément j'ai des goûts éclectiques. La seule qui tienne à peu près la route :
- l'enthousiasme. Il ne s'agit pas d'hystérie permanente, ou de monomanie, bien au contraire, ni d'être enthousiamé par tout, ce qui doit être usant à la longue. Je parle de quelque chose qui se trouve aussi souvent chez les taciturne qu'ailleurs.  Regarder/écouter quelqu'un parler de quelquechose qui lui tient à coeur, c'est cool.
Surtout s'il a de belles lèvres (Damn it, démasquée).

Sept choses que vous dites souvent

- Et meeeerde. La dernière fois que je l'ai pensée très fort : quand mes jambes ont arrêté de fonctionner au milieu d'un escalier du métro aérien. Avec encore beaucoup de marches à descendre. Ça va faire deux semaines, mes bleus ont pris des colorations psychédéliques et mon tibia devrait passer au stade " douleur seulement à la palpation" d'ici quelques jours.   
- Dans la même série, le Mais quelle conne! proféré avec conviction dans les circonstances les plus variées, souvent accompagné d'une violente envie de me taper la tête contre les murs.
(dans le genre : je pars en camping sans mon duvet, en Islande sans mon manteau, à un anniversaire sans les cadeaux, je perd mon passeport à New-York en été 2001...)
- C'est pas vrai, quant à lui, accompagne quotidiennement la recherche désespérée de divers ustensiles utiles à la vie civilisée : portefeuille, carte bleue, clé... Notons que la recherche n'est pas systématiqueement infructueuse, sauf lorsqu'il s'agit d'un cerveau.
- (Nom de Dieu de) Putain de bordel de merde, et variantes. Les molles protestations de mon père face à mes chapelet de jurons quand j'avais une quinzaine d'années pâtissaient beaucoup de ce que je les tenais  de lui, et de la complète mauvaise foi qui lui est nécessaire pour dire des trucs comme "oh, dans la bouche d'une jeune fille de bonne famille..." Personne n'y croit.
- Nanméjeurève!, le plus souvent lors de la lecture de la presse.
- "...!!", quand le désespoir me rend muette. Souvent accompagné d'un mouvement en direction de la copie en cours de correction.
- Silence! face aux auteurs desdites copies.

Sept béguins pour des célébrités

- Kenneth Brannagh, comme je le répète (depuis 1993)
- Ewan McGregor, depuis Petits meurtres entre amis tout de même ; je ne tolèrerai donc pas de me faire traiter d'opportuniste moutonnière sous prétexte qu'il est entre-temps devenu Obiwan Kenobi.
- Takeshi Kaneshiro, dans l'espoir de le voler à Mittenacht
- Johnny Depp, malgré la banalité de la chose, parce qu'il a quand même une classe folle, (exception faite de ses apparitions dans les médias ces dernières années, avec lunettes à verres jaunes et autres horreurs).
- Simon MacCorkindale, parce que dans Mort sur le Nil il ressemble de façon terriblement frappante au tout premier garçon dont je sois tombée amoureuse.
Les photos qui trainent sur le Net sont affreuses, et je dois dire que j'ai vu le film il y a dix ans, mais bon.

- Orson Welles (jeune). Il n'est pas du tout mon type, mais bordel quel charisme!
- Bon je sèche.
Impossible de retrouver le nom du mannequin indien à barbe blond platine, alors je vais dire Romain-Duris-Tomasi-dans-Le-péril-jeune, mais j'étais jeune.
Ou alors Anthony Stewart Head, spécifiquement dans le rôle de Rupert Giles, et mon complexe d'Électre va très bien, merci.
Et je signale à Nacara que j'ai demandé Boulet en mariage avant elle (comment ça, ce n'est pas un argument?).
Sinon Shakespeare, je l'ai déjà dit Shakespeare?

Allez, j'arrête, ça vaut mieux...

Sept personnes dont vous aimeriez qu'elles répondent aussi à ce questionnaire

- Mogore,
- Siegling / Walsong
- la Juvéniste,
- Je dirais bien le Dr Dévo, mais il va me répondre que son blog n'est pas fait pour ce genre d'enfantillages ...
- Fab, qui vient de nous revenir
- Je ne connais pas tant de blogueurs que ça, en fait, donc malgré l'aversion naturelle des geeks envers les processus exponentiels, on va dire GroTsen, dans l'hypothèse où il me lit.
- J'ai vérifié trois fois : Boulet ne l'a pas encore fait, mais au vu du nombre de gens qui lui ont proposé, je suppose que c'est délibéré. Dommage, je l'aurais bien mis, juste pour crâner... Pour la peine, je réserve la dernière place à toute personne qui me demandera gentiment!

Voilà, c'est fini, et ce n'est pas plus mal. Attendez cinq minutes avant de m'envoyer un autre questionnaire, vous serez gentils!

Repost 0
Published by Abie - dans Mèmes
commenter cet article

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao