Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2006 7 16 /04 /avril /2006 17:19
Pardon à vous, mais j'avais envie de faire ce jeu de mot naze :
Wikipédiens de tous les pays, unissez-vous! Vous avez tout à gagner de ces liens.
Maintenant que c'est fait, passons aux choses sérieuses.

Je n'apprendrai rien à personne en disant que Wikipédia est une encyclopédie libre en ligne que j'aime (je lui écris même des poèmes), que j'utilise (beaucoup), à laquelle je contribue (un peu) et dont je suis plus ou moins régulièrement l'évolution.
En un jour, en face de la page d'acceuil internationale, je me suis prise à réfléchir en comptant sur mes doigts.
Cette page, qui a à peu près la tête ci-dessous, met en évidence les langues qui comportent plus de cent mille articles. Et comme le résultat est un peu surprenant, j'ai essayé de mettre tout ça au clair.



Disclaimer

  • Oui, je sais, la valeur d 'une encyclopédie ne se mesure pas au nombre des ses articles. (Par ici pour d'intéressantes considérations sur la comparaison  de taille de corpus, et le rapport taille/qualité.)
  • Oui, je sais, il est toujours délicat de dénombrer les locuteurs d'une langue, même sans compter les locuteurs secondaires.
  • Oui, je suis bien consciente que pour participer à Wikipédia il faut une certaine maîtrise des outils informatiques et surtout un accès à Internet.
C'est bon? On peut commencer?


La première chose qu'on remarque devant cette page, c'est qu'elle n'a superficiellement rien de remarquable : LV1 : anglais, LV2: allemand, et puis bien sûr, un quart de million d'articles en français, youpi tralala, cocorico.
La suite est plus surprenante : la version polonaise? suédoise? et puis pourquoi la version espagnole est-elle si discrète?


Langue

Nombre d'articles Wikipédia

Nombre de locuteurs (millions)

Rang

(nombre de locuteurs)

Rapport articles/M. de locuteurs

= productivité globale

Anglais

1 064 000

450

1

2 364

Allemand

380 000

120

6

3 167

Français

266 000

285

3

933

Polonais

225 000

55

8

4 091

Japonais

199 000

127

5

1 567

Néerlandais

163 000

28

9

5 821

Suédois

150 000

9

10

16 667

Italien

149 000

70

7

2 129

Portugais

125 000

210

4

595

Espagnol

107 000

330

2

324


Le premier facteur à prendre en compte, c'est la taille de la population parlant une langue donnée.
Parce qu'après tout, on ne peut pas attendre de la population basque qu'elle réussisse à construire une version aussi vite que la communauté anglophone!
Basé là-dessus, on attendrait un podium du genre
1 Chinois, 2 Espagnol 3 Hindi 4 Anglais,
mais d'autres contingences s'imposent : les Chinois ont peu accès au net, et de façon très contrôlée, tandis que les hindophones sont plus susceptiles de participer à la version anglaise de Wikipédia...

Calculons donc un petit rapport qui donne le nombre d'articles en une langue par le nombre de (millions de) ses locuteurs (source : Wikipedia. 2000).
Appellons le "Productivité globale" et voyons comment les dix langues prises en compte s'en sortent :

Langue Productivité globale
(rang)
Suédois 1
Néerlandais 2
Polonais 3
Allemand 4
Anglais 5
Italien 6
Japonais 7
Français 8
Portugais 9
Espagnol 10

Le résultat est éloquent : le suédois, puis le  néerlandais et le polonais trônent loin devant les langues anglo-saxonnes (allemand et anglais), le japonais et surtout les langues latines. Le bonnet d'âne revient à l'espagnol, de façon sans doute biaisée par le fait que les habitants des pays sud-américains hispanophones sont en moyenne moins connectés au net que, par exemple, les Italiens (c'est une estimation à la louche, tombez-moi dessus si ça vous paraît un préjugé infondé).

Mais on peut essayer d'affiner cette première approche, en utilisant les statistiques  aimablement fournies par Wikipédia : on dispose, pour chaque version, du nombre de contributeurs, voire d'indices d'activité.
Je me suis basée sur les chiffres de novembre 2005, les plus récents à être disponible pour toutes les langues concernées. Voici les résultats :

Langue Nombre de contributeurs articles/contributeur
= productivité individuelle
contributeurs/ million locuteurs
= implication
Anglais 48 877 22 109
Allemand 18 344 21 153
Français 6 152 43 22
Polonais 2 444 92 44
Japonais 4 317 46 34
Néerlandais 2 505 65 89
Suédois 1 331 113 148
Italien 1 959 76 28
Portugais 1 503 83 7
Espagnol 2 881 37 9

On a donc gagné l'insigne privilège de calculer deux nouveaux rapports :
- le premier qui  évalue le nombre moyen d'articles par contributeur (productivité individuelle)
- et l'autre la proportion de contributeurs à Wikipédia dans la population en ppm, ce que j'appelle hardiment l'implication, à défaut d'une meilleure idée.

 Et bien sûr, le podium :


Langue Productivité
individuelle (rang)

Langue Implication
(rang)
Suédois 1
Allemand 1
Polonais 2
Suédois 2
Portugais 3
Anglais 3
Italien 4
Néerlandais 4
Néerlandais 5
Polonais 5
Japonais 6
Japonais 6
Français 7
Italien 7
Espagnol 8
Français 8
Anglais 9
Espagnol 9
Allemand 10
Portugais 10

Lorsque les deux rapports sont liés, on peut conclure à une population dingue de Wikipédia, avec une forte proportion de la population qui participe beaucoup, comme chez les Suédois.
Au contraire, quand les deux indicateurs ne se suivent pas, on a des situations plus contrastées : les locuteurs allemands sont très nombreux à participer à Wikipédia, mais  chacun d'entre eux ne fout, il faut bien le dire, pas grand'chose.

Et pour les coqs de clocher, j'ajouterai, chers compatriotes et camarades francophones, que la langue française est 7e en productivité individuelle et seulement 8e en implication...

Allez hop, au boulot!!
Repost 0
Published by Abie - dans Wikipédies
commenter cet article
15 avril 2006 6 15 /04 /avril /2006 00:00
sous l'étoile de la libertéSous l'étoile de la liberté, sous titré Six mille kilomètres à travers l'Eurasie sauvage, est ce qu'il est convenu d'appeller un "beau livre" parce que c'est un ouvrage de photographies grand format, donc cher.
Les textes qui légendent les photos de Thomas Goisque retracent le long parcours de Sylvain Tesson de la Sibérie à l'Inde, de Irkoutsk à Calcutta, sur les traces effacées des évadés du goulag, en particulier de Slamovir Rawicz, que personne ne crut lorsqu'il publia A marche forcée,  le récit de sa traversée cauchemardesque du continent entier.

L'auteur essaye de recueillir les histoires des habitants, souvent anciens déportés ayant fait souche, à défaut de pouvoir retourner, après vingt ou trente ans, vers un "chez eux" disparu, et j'imagine que les lecteurs intéressés trouverons plus de détails dans le récit du voyage (pas de photos cette fois-ci) l'Axe du Loup. Oui, Ce monsieur Besson a quelquechose avec les titres pompeux, et les photos de lui joliement composées, mais il a tout de même l'air bien sympathique...
Une interview de l'Express.

Parmi d'autres, j'ai tout de même retenu cette phrase, pour sa construction et sa lucidité :

Victor, vieux-croyant, retiré dans une isba de la taïga : « J'ai mon fusil pour n'avoir pas faim, ma hache pour n'avoir pas froid, et ma bible pour n'avoir pas peur.»

Comme quoi, des vieux-sages-sur-la-montagne, il y en a aussi dans la taïga.
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 00:00
Hé oui, les Cambodgiens sont formidables

Avec la détection de son sixième cas humain de grippe aviaire (enfin H5N1), le  pays commence à sérieusement s'inquiéter, et se lance dans une grande campagne pour encourager des règles simples de prophylaxie dans la population.
Vous imaginez ce que ça donnerait chez nous : de grands panneaux bleu-blanc-rouge avec éventuellement des petit pictogrammes très sobres pour nous expliquer que la situation est grave.

Chez eux , ça donne ça (piqué dans la rubrique "En Images" de Libé) :


Une jeune et jolie cambodgienne qui nous explique les bienfaits du masque en tissu (enfin, j'imagine, hein, je ne lis pas le khmer).

La charte graphique est pour le moins différente de ce qu'on pourrait trouver en France :
Pour le masque on peut encore pinailler en disant qu'il est saumon, mais pour la typo, pas de doute, c'est du rose.

Et voici le coup de grâce :
Ceci est un chat. Ressemblant suspicieusement à Hello Kitty, d'ailleurs.

Moralité : Même en pleine urgence sanitaire les cambodgien savent conserver cette valeur fondamentale : le kawaïi.
Repost 0
Published by Abie - dans Butinons
commenter cet article
12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 00:00
J'ai eu l'occasion de voir il y a quelques jours le journal de midi sur Canal+, avec un petit reportage sur une info d'un intérêt fort limité mais abondamment reprise par les spécialistes des brèves insolites (yahoo, aol, etc).
L'océanologue
Doron Nof a émis une hypothèse qui expliquerait météorologiquement le miracle néotestamentaire de Jésus marchant sur l'eau du lac Tibériade : ç'aurait été de la glace...
(Pour en savoir plus, La Libre ou le Nouvel Obs)

Pourquoi le mentionnè-je? Parce que le journaliste conculait en disant que le même Nof avait déjà défrayé la chronique il y a une dizaine d'années en fournissant une explication rationnelle de

l'ouverture des flots de la Mer Rouge devant les pas de Jésus Christ.

Mébiensur.
Jésus. Celui qui a mené les Hébreux hors d'Égypte.
D'ailleurs Louis Armstrong ne chantait pas du tout
  Go down, Moses,
  Way down in Egypt land,
  Tell old Pharao
  To let my people go!

Pour sûr, çà, ma bonne dame. Les dix plaies d'Égypte aussi.
Moïse, pendant ce temps-là, se tournait les pouces en ellipse et grommellait sur les p'tits jeunes qui viennent piquer votre boulot.
Mais puisqu'on parle de fendre les profondeurs des eaux, trouvera-t-on un jour le fond du puits de l'inculture journalistique?

Repost 0
10 avril 2006 1 10 /04 /avril /2006 10:53
Vous savez sans doute que les États-Unis  ont une politique très stricte d'embargo envers Cuba, pour le  plus grand désespoir des amateurs (américains) de cigares (cubains). Mais, me direz-vous, ils peuvent toujours aller en profiter à l'étranger, du moment qu'ils ne ramènent pas les barreaux de chaises interdits sur le sol des USA.
Eh ben non.

Depuis septembre 2004, il est interdit aux personnes relevant de l'autorité des USA (citoyens américains ou immigrés légaux) d'acheter ou de consommer des cigares cubains où que ce soit dans le monde.(via Wikipédia, entrée Tom Delay)

Je cite le Cuban Cigars Update émis le 30/09/04 par le Bureau de contrôle des ressources étrangères (OFAC) :

The question is often asked whether United States citizens or permanent resident aliens of the United States may legally purchase Cuban origin goods, including tobacco and alcohol products, in a third coutry for personal use outside the United States.The answer is no.

On demande souvent si les citoyens des États-Unis ou les résidents  permanents des États-Unis peuvent acheter  légalement des biens d'origine cubaine, tabac et alcool inclus, dans  un pays tiers pour usage personnel hors des États-Unis. La réponse est non.

Le contrevenant encourt jusqu'à 250 000 dolars d'amende et 10 ans de prison, de quoi faire réfléchir même en considérant l'improbabilité de se faire prendre sur le fait au beau milieu de, mettons, la jungle amazonienne.

J'imagine que la CIA a autre chose à faire en se moment que de se soucier des poumons des citoyens américains expatriés, mais le principe de cette loi me pose tout de mêm problème : voici un état qui prétend imposer sa juridiction sur ses citoyens au-delà de ses compétences territoriales.
Pour l'instant, le fait de ne pas pouvoir se mettre minable au Havana Club reste une contrainte assez négligeable pour le yankee en vadrouille, mais le précédent n'est pas sans conséquence.
Car qu'adviendra-til le jour où un pays décidera que ses citoyens sont soumis à une loi en contradiction avec celle d'un pays tiers?
Je ne sais pas, moi, un pays qui décide que rouler à gauche est à la racine de tous les maux et interdit à ses resortissants de le faire. Comment conduisent-ils en Angleterre?
Damn if you do, damn if you don't? On pourrait donc interdire l'accès de certains pays simplement en émettant des juridictions soigneusement choisie...

Serait-ce théoriquement possible? Y a-t-il des lois internationales sur la question? Est-ce pratiqué par d'autres pays?
J'appelle au secours les juristes internationaux compétents susceptibles de me lire, pour plus de détails sur la question.

Aha! J'ai au moins une réponse à cette dernière question : il existe bien d'autres pays pratiquant un contrôle législatif au-delà de leur juridiction territoriale... la France.

L'article 113-6 du Code Pénal nous dit :

   La loi pénale française est applicable à tout crime commis par un Français hors du territoire de la République.
   Elle est applicable aux délits commis par des Français hors du territoire de la République si les faits sont punis par la législation du pays où ils ont été commis. (C'est moi qui souligne)

C'est-à-dire qu'assassiner quelqu'un (crime) à l'étranger est toujours passible de procès en France lorsque l'assassin est français (1), mais qu'un délit ne sera poursuivi en France que s'il est contraire à la législation locale, à la condition que la victime (ou ses ayants droit) porte plainte, ou que le pays tiers dénonce officiellement le délit (2).
La seule dérogation à ces principe est le cas de la prostitution des mineurs à l'étranger (tourisme sexuel), auquel cas le ministère public peut prendre l'initiative sans plainte ni dénonciation officielle.

Donc pour l'instant, pas de risque pour les cigares même en cas d'embargo : ce n'est pas encore un crime...

(Et la compétence universelle en Belgique? Mince, je ne suis pas rendue...)


(1) Ou la victime, d'ailleurs (cf 113-7).

(2)  Article 113-8
Dans les cas prévus aux articles 113-6 et 113-7, la poursuite des délits ne peut être exercée qu'à la requête du ministère public. Elle doit être précédée d'une plainte de la victime ou de ses ayants droit ou d'une dénonciation officielle par l'autorité du pays où le fait a été commis.

Repost 0
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 00:30
Par ordre à peu près chronologique de relevage sur le net, une petite tournée de l'actualité biologique :

Ook?

L'hybride homard-orang-outan (ou pas) découvert par l'Ifremer (des français parfaitement, môôssieur!) a maintenant un nom. Cet étrange crustacé poilu et albinos des oasis abyssales s'appelle
Kiwa hirsuta.
Dit comme ça, c'est déjà funky, mais le nom français vaut son pesant de cacahuètes : la bébête à votre droite, qui rappelle étrangement un acarien géant, s'appelle une Galathée yéti...

Un nouveau "fossile vivant"!

Le terme est un oxymore de belle taille et semble plus adapté au contexte de l'insulte (Papa, t'es rien qu'un fossile vivant!) qu'à celui de la démarche scientifique. Expliquons-nous donc : on connaît des groupes d'animaux longtemps pensés exclusivement fossiles, l'exemple classique en étant les ammonites, céphalopodes à la coquille enroulée.
Pendant longtemps, donc , on les croit complètement éteints, et puis on tombe sur le Nautile, cousin tout ce qu'il y a de plus vivant quoique discret. Poum paf crack, il se retrouve baptisé "fossile vivant".
On retrouve sous ce terme idiot, outre notre nautile cher aux amateurs du nombre d'or, le coelacanthe, le métaséquoia,  et quelques autres.
Les anglophones font même une différence entre  les fossiles vivants au sens large (espèce actuelle sans famille proche, issue d'un groupe fossile important, comme le Gingko) et les "Lazarus species" c'est-à-dire les espèces Lazare, ou revenues d'entre les morts...
La nouvelle qui vous vaut cette explication, c'est qu'une espèce de rongeur atypique a été identifiée au Laos sous le doux nom de Diatomyidae, plus familièrement rat-écureuil : comme souvent (*), il n'est ni rat ni écureuil, mais membre d'un taxon bien connu et qu'on croyait jusque-là éteint.
Émouvante runion de famille après 11 millions d'années d'absence...
(Image Associated Press)

(*) Quelques exemples au hasard : le rat-taupe, ni rat, ni taupe, la chauve-souris et sûrement plein d'autres qui m'échappent présentement.

Epidémiologie et craintes pandémiques

Un bon article du Monde sur la question intitulé Les virus, champions hors norme de la mondialisation.

Une révolution en bio moléculaire?

Il y a environ un an, j'avais lu sur Slashdot (oui, bon, ça va, c'est pas charitable de se moquer) une brève au sujet d'une toute nouvelle entreprise qui annonçait une revolution de la PCR . Pour les néophytes : il s'agit de la Polymerase Chain Reaction, la manip' moléculaire effectuée en permanence pour amplifier l'ADN par tous les labos de génétique et beaucoup des autres.
Ils promettaient un support beaucoup plus portable (au lieu de la machine grosse comme un four micro-ondes utilisée pour le moment) et qui effectuerait les amplification d'ADN en quelques minutes au lieu de quelques heures. Sur le moment je me suis dit que c'était trop beau pour être vrai, et que je n'avais pas remarqué de procession de remerciement à la Sainte-Vierge dans les rues de Paris menée par les thésards en génèt', et qu'il y avait donc sans doute baleine sous coquillage, voir diplodocus sous gravier.
Le  manque d'articles sur la question (en dehors de celui cité par la brève) et le statut "en travaux" du site de la société m'avaient confortée dans mon scepticisme : on n'y trouvait guère que le communiqué de presse.
Mais il semblerait que j'aie péché par thomasisme, cynisme et suspicion imméritée, puisque mon dernier check-up de la situation  (oui, je ne lâche pas un mystère facilement...) montre que le site de Thermal Gradient s'est nettement étoffé.
Ils se présentent, s'expliquent et proposent même une jolie animation pour monter le principe de leur invention, qui utilise de façon ingénieuse les techniques de microflux mises au point pour d'autres objectifs. A vue de nez, ça a l'air de rentrer dans la (glorieuse) catégorie de l'oeuf de Colomb : c'est simple mais il fallait y penser.
J'attend avec curiosité de voir ce que donnera l'application pratique (rapport gain de temps/ spectre d'application/taux d'erreur/ prix), et je pense que je suis loin d'être la seule, le 
but annoncé étant de produire des tests en kit tout simples du type test de grossesse, qui pourraient être utilisés par un généraliste pour diagnostiquer telle ou telle infection (d'après l'article de Medical News today).
Pour l'instant ils annoncent le chiffre de 30 cycles en 5 minutes. Mighty cool, heh?

Jardins de Petri

Quand j'ai vu l'image ci-contre (via Pharyngula), tout ce que j'ai pu penser c'est "It's a thing o' beauty, boss..." parce que j'aime faire des citations obscures.
Non, ce n'est pas plus un flocon de neige qu'une fleur séchée : ce sont des bactéries qui se sont multipliées à partir du centre de la boîte de Pétri, et l'image vient d'un merveilleux site sur la croissance bactérienne sous stress environnemental

Outre le flocon, notre modèle "bactérie décorative" est aussi disponible en version feux d'artifice, et en version chirale avec ses jolies spirales.
Le nom de l'artiste? Oh, vous n'allez pas connaître : c'est Bacillus subtilis 168.
Merci pour lui.

Le maillon fort

Pour conclure, je voudrait célébrer l'arrivée d'un nouveau-venu au beau pays des fossiles transitionnels : vous savez, ces formes étranges et intermédiaires entre des plans d'organisation actuels, comme l'Archéoptéryx ou, d'ailleurs, le coelacanthe, ceux-là même qui, vous diront les créationnistes, n'existent pas.
On est toujours plus ou moins consciemment à la rechercher de l'introuvable chaînon manquant : on en trouve un entre A et B, et il ne nous reste plusqu'à chercher l'intermédiaire entre lui et A et lui et B. Il y a un paradoxe de Zénon dans le coin, cherchez bien...
Vous serez donc ravi d'apprendre l'arrivée, entre Panderictys et Ancanthostega, de Tiktaalik et sa superbe ceinture scapulaire, avec de faux airs batraciens et des nageoires bien en chair, pas comme ces vulgaires Téléostéens.
L'étude de l'exaptation est un bonheur toujours renouvelé, et certains n'ont pas hésité à laisser déborder leur enthousiasme, comme en témoigne l'illustration fournie (d'un certain ray Troll)...allons, pas de timidité, embrace your inner fish!

C'est tout pour cette fois!
Je me rend bien compte que j'aurais pu faire quatre ou cinq posts distincts, mais que voulez vous, j'aime garder une thématique.
Et si vous avez le coeur vraiment bien accroché, demandez à ce que je vous parle des hyènes, sur lesquelles j'en ai récemment appris de belles.
Enfin, de moches.



Repost 0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 00:00
Devinette : Saurez-vous deviner quel est l'auteur qui écrivit à un ami :

The sight of a feather in a peacock's tail, whenever I gaze at it, makes me sick!
La vue d'une plume de la queue d'un paon, dès que j'en regarde, me rend malade.

Il s'agissait d'un homme qui, manifestement, avait du mal à s'empêcher trois secondes de réfléchir pour profiter de la vie.
Il n'arrivait pas à comprendre la logique de la chose, et ça le travaillait...

Pas d'idée?

Solution : C'est lui.

Source : Descent of Man, Wikipedia (en). Image Wikicommons.
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 00:00
Comme vous devez le savoir depuis le temps, des fois, je me pose des questions à la con. Celle du jour (en fait, du mois dernier, l'article traînait dans un fond de tiroir numérique) est la suivante :
Les organisations scoutes liées à une religion donnée exigent-elles que leurs membres soient membres de cette religion?
Petit regard sur les pages ouèbes correspondantes...

Edit : Il y a eu un début de polémique dans les commentaires, les updates en vert en sont issues.

Pour les Scouts musulmans et les Eclaireurs israélites, je n'ai pas trouvé de déclaration d'intention sur la question. Quant au cas des Eclaireurs de France, la question ne se pose pas, vu qu'ils sont laïques (on peut  se reporter à leur Règle d'or)

Je me retrouve donc limitée aux organisations chrétiennes.
Ah non, je mens : je découvre grâce à l'article Scoutisme de Wikipedia les Eclaireurs Neutres de France, qui sont aussi laïcs, mais qui ont scissionné au motif que  :
Quels que soient les motifs qui ont fait venir à nous les filles et les garçons dont nous nous occupons, nous considérons que l'adhésion de chacun à un idéal spirituel ou religieux est indispensable .


Pour les Scouts de France (Catholiques) :
Indépendants de tout parti politique, les Scouts et Guides de France sont ouverts à tous, sans distinction d’origine, de culture ni de croyance.

Pour les Eclaireurs Unionistes (Protestants) : 
Les EEUdF ne sont pas un mouvement d’église et sont donc véritablement ouvert à tous.

Les Scouts d'Europe rigolent beaucoup beaucoup moins avec la question de l'appartenance religieuse : le baptême est obligatoire pour prononcer la promesse, et seules certaines confessions sont acceptées (catholique, orthodoxe, et certaines églises évangéliques). Soit.
Il est à noter que certaines meutes de louveteaux acceptent les non baptisés, mais je n'ai pas réussi à savoir si la catéchèse était obligatoire.
Au vu du peu que je connaissais des scouts d'Europe, le contraire m'aurais étonnée. Mais j'en ai profité pour jeter un coup d'oeil à leur site, et il y a tout de même des trucs marrants. Par exemple :

A l'âge de l'éducation, qui est celui de l'enfance et de l'adolescence, on ne peut, certes, mettre en contact habituel, sans nécessité, des jeunes de confessions différentes au risque de les mettre sur la voie du relativisme et du scepticisme. Aucun mélange intempestif ne doit donc se produire sous prétexte d’unité: il est indispensable, à cet âge, que chacun demeure, pleinement et totalement, dans la fidélité à son Église, rendant ainsi un témoignage véritable et sincère de la foi dont il est justement fier.

Ce que, dans ma grande mesquinerie, je traduis par :il faut attendre qu'ils soient suffisemment endoctrinés pour que la variété des religions ne les fassent pas trop réfléchir...
Et pour la dernière sonne d'une façon délicieusement surannée :

Au niveau des chefs, un tel dialogue est non seulement bienfaisant mais indispensable: face aux divers matérialismes ambiants qu'ils soient d'origine marxiste ou autre, au développement des sectes, à l'indifférence religieuse, ceux-ci ont le devoir de travailler activement à construire le réseau humain qui témoignera dans le monde de l'universalité de l'Eglise du Christ.

Tiens, un autre point qui me trouble ; on trouve sur la page de la fédération européenne le texte de la Promesse du scout d'Europe en fonction du pays.
Pour la Belgique on lit :
Je m'engage à servir de mon mieux Dieu, l'Eglise, le roi, ma patrie et l'Europe,

Alors que la version espagnole se contente de :

Prometo servir a Dios, a la Iglesia, a mi patria y a Europa,

Mais dîtes-moi, pourquoi mentionne-t-on le roi dans la promesse belge, mais pas dans la version espagnole? Les dynasties saxonnes auraient-elles plus de droit divin que celles des Bourbons? Encore un mystère insoluble...


Repost 0
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 08:17
Vous avez-vu comment qu'elle est chouette ma bannière strigiforme? Je l'ai vue (ici) et je suis tombée amoureuse au premier coup d'oeil.


Qui plus est, elle vient à point nommé pour faire contrepoint à la mode de la rémunération bloguesque, lancée récemment par entre autre par over-blog.
Si ça vous amuse, Fluctuat a même tout un dossier sur la question, intitulé Phénomène blog & dollars : état des lieux. Rien que ça.
Sur le principe, les gens font bien ce qu'ils veulent de leurs blogs, hein, et puis Over-blog est tout de même plus clean que d'autres : c'est gratuit et sans pub par défaut, contrairement à, par exemple, la plateforme remarquablement émulée ici.
Mais bon, quand on voit que dans 98% des cas les recettes vaudront peut-être deux cacahuètes par mois, est-ce vraiment la peine?

Je vous laisse sur cet aquoibonisme de bon aloi.

PS : je ne suis pas la seule à écouter les conversations des gens dans les lieux publics... Voici Overheard in New-York, qui contient quelques pépites. Même source que la chouette, avec le devoir d'informatique le plus cynique de ma connaissance.
Repost 0
Published by Abie - dans Blogosphères
commenter cet article
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 00:00
Pas de doute, l'anglais est une langue qui se perd... Comment ça? Alors que tout le monde le parle?
Très bien, je précise : l'anglais natif se perd.
(Via The sharpener, dont j'adore la tagline : Trying to make a point)
Edit : pour répondre à la remarque de Dèm : oui, l'anglais est souvent une seconde langue, mais cette étude montre que les étudiants étrangers des facs anglaises maîtrisent mieux l'orthographe que les natifs...)

Les verbes irréguliers (j'ai failli dire "forts") souffrent aussi : j'ai lu récemment une remarque censée émuler le parler plouc, et qui orthographiait ait "qui l'eût cru?"  d'une façon fabuleuse  : who wudda thunk ? (who would have thought, avec une régularisation brutale variation fort originale, mais toujours irrégulière, de la forme passée de to think, ç-à-d thought)


Et la grammaire ne semble pas mieux en point que l'orthographe, comme le montre ce petit test  sur Google Fight :

Pour ceux qui sont un peu perdus, il s'agit d'un des rares cas où le subjonctif irréel anglais a une forme distincte du passé. Plus pour longtemps, on dirait...(une fiche de cours par ici)
Logiquement, les formules figées résistent un peu mieux : "If I were" domine sur "If I was", et les subjonctifs identiques à la forme du passé sont utilisés de façon correcte : how I wish you were here...

Remarque  suite aux critiques d'un éminent angliciste : il semblerait que la différence entre "I wish I were" et "I wish I was" relève plus de la nuance entre soutenu et courant au de l'erreur réelle, un peu comme Il eût fallu/Il aurait fallu. On m'aurait donc menti?

Les dernières exceptions de l'anglais, qui n'en a pourtant pas des masses, se font raboter pour en faire la lingua franca d'internet.  Mais peut-être, me direz-vous, que les règles importantes ne risquent rien? Bonne question, je vous remercie de l'avoir posée...
Pour y répondre, je me suis penchée sur le cas de LA règle ultime en anglais : le "s" à la troisième personne du singulier au présent, la seule chose qui ressemble de près ou de loin à une conjugaison dans la lanue courante. Eh bien c'est encore trop pour certains...

Résultats des comparaisons sur Google Fight
   n° he she it
does 1 86,800,000 37,100,000 435,000,000
do 2 9,780,000 3,740,000 25,700,000
% F/V 2/1 11% 10% 6%
doesn't 3 55,900,000 23,600,000 204,000,000
don't 4 2,350,000 2,420,000 12,500,000
 % F/V
4/3 4% 10% 6%
doesnt 5 3,490,000 2,310,000  10,600,000
dont 6 688,000 586,000 2,380,000
% F'/V' 6/5 20% 25% 39%
% V'/V 5/3 6% 10% 5%
% F'/F 6/4 29% 24% 19%
% F'/V 6/3 1% 2% 1%
%F+F'+V'/V   11% 22% 12%

(Légende : V = bleu/correct, F = fautif, V'= défaut d'apostrophe, F'= fautif + défaut d'apostrophe.)

Où l'on peut voir que pour dix cas où "she does" est correctement écrit, il  y a une occurence de "she don't", ce qui est tout de même beaucoup.
Mais les choses empirent quand on abaisse les standard : si je cherchent des formes de la négative sans apostophe, le rapport (forme sans s)/ (forme avec s) décolle...  Chez les oublieurs d'apostrophe, c'est un quart des cas qui omettent aussi le s de troisième personne! Pas de doute, la ponctuation, c'est fondamental : lâchez là-dessus et rien ne va plus...

Mes chiffres ne me satisfont pas vraiment (il faudrait calculer les pourcentage sur le nombre total), mais c'est assez pour aujourd'hui... Les lecteurs intéressés par une analyse rigoureuse et intéressante du langage iront plutôt voir chez le grand maître Jean Véronis d'Aixtal...

Repost 0

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao