Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 00:00
On en apprend vraiment tous les jours, sur Wikipédia...

Aujourd'hui, j'ai par exemple appris l'existence du 30 février. Oh! il n'y a pas eu de 30 février 2007, bien sûr, mais la date a existé : douze fois chez les Romains, deux fois en URSS et une fois en Suède...

Cela me me rappelle une anecdote lue il y a fort longtemps, au sujet d'une dame (une sainte ?) qui avait bien choisie le moment de son départ : la nuit de l'ajustement au calendrier grégorien.
Sur sa tombe on lisait : "Morte dans la nuit du x au y", avec x et y non consécutif...
Si elle vivait en France (mais pas l'Alsace ni la Lorraine) et que ce site ne se trompe pas, cela devait correspondre à la nuit du 9 au 20 décembre 1582. (Si quelqu'un a des précisions à approter, je suis toute ouïe...)

Pour plus de détails, vous pouvez aller apprendre tout et le reste sur les calendriers grégorien, julien, et même maya (en anglais), ou encore des choses que vous ne saviez même pas ignorer sur les calendriers sumérien, babylonien ou copte...



calendrier republicain Pour rester dans les bizarreries calendaires, j'ai voulu vérifier ce que j'avais entendu sur le calendrier républicain, et effectivement, pas de doute, les jours ont chacun un nom bien à lui :
  • - racine (Pomme de terre, Panais, Topinambour),
  • - légume (Aubergine, Citrouille, Tomate),
  • - fleur (Colchique, Immortelle, Réséda),
  • - fruit (Coing, Pistache, Nèfle),
  • - arbre (Cyprès, Cormier, Érable), animal (Cheval, Chien, Chat, Boeuf, Faisan, Âne, Cochon),
  • - minéral (Grès, Soufre, Houille, Lave),
  • - et même outil ! (Cuve, Tonneau, Panier, Rouleau, Herse)
Pour ce qui était des dates d'anniversaire, tous n'étaient pas égaux : mieux valait naître le 1er Floréal (Rose) que le 25 Prairial (Tanche) ou Ventôse (Thon), ou encore le 27 Ventôse (Sylvie) que le 30 Prairial (Pelle) ou le 5 frimaire (Cochon).

Par curiosité, j'ai voulu savoir si j'étais plutôt Mandragore, Fumier ou Fléau (authentique !) et j'ai été bien surprise : mon anniversaire ne tombe ni au printemps, ni en été, ni en automne, ni en hiver!
Eh non : je suis née le jour de l'opinion, pendant les sans-culottides...
Voilà qui explique bien des choses...



Merci à Monsieur Pierre pour le titre.
Repost 0
Published by Abie - dans Wikipédies
commenter cet article
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 00:00
Oui, je précise bien qu'il s'agit d'un yacht hollandais, et non maltais....

Dans le Charlie Hebdo de cette semaine, ce cher Cavanna se lance dans une de ces digressions qui font son charme :
À propos,« yacht », voilà un mot qui m'emmerde, moi. Figurez-vous, j'étais un môme, pas plus con qu'un autre, l'instituteur -- on disait « le maître d'école », mais bon...--, à propos de je ne sais quelle dictée extraite de l'œuvre bien léchée de je ne sais quel barbu, nous mit en garde contre les traîtrises dissimulées dans ce mot d'alors encore fraîche importation.
« Surtout, nous exhortait cet homme intègre et soucieux de notre avenir, surtout, je vous en supplie, mes enfants, ne prononcez pas "yott", comme hélas le font trop de prétentieux ignorants. "Yacht" est un mot emprunté au néerlandais, qui est le langage des heureux habitants de la Hollande -- pays théoriquement neutre --, et n'a rien à voir avec cette prononciation vicieuse empruntée, crois-je, à l'anglo-saxon par des gens qui ne connaissent pas un mot d'anglo-saxon.»
Quelle ne fut pas ma surprise -- surprise indignée ! -- lorsque, parvenu dans les parages virils de l'âge adulte, je dus me résigner à constater que tout le monde -- enfin, tous ceux que les hasards de la conversation amenaient à se trouver nez à nez avec se mot --, prononcaient « yott » d'une voix haute et claire où se distinguait fort bien une nuance de hautain mépris. Jusqu'à ce jour d'hui, oncques n'entendis « yakt », ou « yak », ou « yatt », ou quoi que ce soit qui eût essayé de rendre hommage dû à la vertueuse Hollande. Dont acte.
Quel dommage que Cavanna ne m'ait pas rencontrée dans mes jeunes années ! Ayant lu le mot bien avant de l'entendre, j'ai longtemps traîné l'étrange idée  qu'il existait deux types de bateaux distincts : les yachts (à prononcer  "yach-te") et les yautes (à écrire dieu-sait comment).
Et il a raison : yacht vient bien du néerlandais (où il signifierait chasse) en passant par l'anglais, et la prononciation commune n'est, d'après l'oracle Tlfique, pas justifiée, sinon par l'usage récent :
Prononciation et Orthographe: [] et vieilli ou techn. [jak(t)]. (...)
La prononciation [jak] est justifiée par l'étymologie et c'est par confusion qu'on dit [] comme si le mot venait de l'anglais par lequel il a transité. Voir Dictionnaire de l'Académie , attesté depuis 1762 (1762-1835) "on prononce iaque" mais 1935 "on prononce à l'anglaise iote".
Vivement que je refasse de la voile ! Je vais pouvoir crâner à peu de frais (et si vous êtes sages, je vous parlerai peut-être des abîmes sans fond que cache pour moi le mot abbaye)...


Repost 0
17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 02:45
J'ai mis trois jour à trouver le temps d'aller chercher le paquet qui m'attendais chez ma gardienne, et j'ai eu une grosse surprise : un paquet d'Amazon, alors que je ne me souvenais pas avoir acheté quoi que ce soit récemment...

Avais-je encore fait les frais d'une perte de contrôle malencontreuse de mes pulsions livresques lors d'un moment d'insomnie internautique, pour l'oublier aussitôt?
Non, l'explication est bien plus simple : il y a parmi vous un lecteur1 d'une gentillesse sans borne, et qui, après avoir lu ma remarque sur l'intégrale de Quino, est allé me l'offrir !

mafalda.jpg

Je viens de passer trois heures et demi -d'où l'heure tardive- à (commencer de) le dévorer, et je commence tout juste à croire à ce cadeau tombé du ciel... Avec un lectorat pareil, ce n'est pas de sitôt que je vais me transformer en vieux bloggeur grincheux (via)...

Merci moultes fois donc, pour moi, pour mes colocataires, et même pour mon frère qui, passant là par hasard, a immédiatement mis une option d'emprunt dans un futur proche. Il faut dire que nous avons lu des millions de fois l'album de Mafalda qui était arrivé on ne sait comment dans notre bibliothèque, et que nous lui devons au moins un peu de notre conscience politique...

Mais il ne doute de rien, çui-là : je ne lâche pas ce bouquin avant de l'avoir lu en entier au moins trois fois de suite !


1 : En l'absence de consigne expresse de la part de mon généreux bienfaiteur, je prends pour l'instant le parti de préserver son anonymat ...
Repost 0
Published by Abie - dans Enthousiasmes
commenter cet article
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 12:48
Il semble que j'aie les pires difficultés à prendre le temps de parler de mes lectures de façon structurée : la dernière recension en date, sur Lemonnier et Chesterton, remonte à plus d'un an ! Comme le temps file...
Pour être sûre d'au moins mentionner les livres qui ont retenu mon intérêt, je fais donc un usage immodéré de la catégorie Guillemets.

caverne.jpgLe dernier bouquin que je voulais au moins évoquer ici est un titre que je voulais lire depuis plusieurs années, et qui n'avait donc pas de grandes chances de s'en sortir indemne lorsque je l'ai aperçu par hasard dans la librairie -fort agréable d'ailleurs- du MK2 Quai-de-Seine.
Il s'agit de La Caverne des Idées de José Carlos Somoza, dans la glorieuse collection Babel (éditions Actes Sud).
Et, non, on ne me paye même pas pour cette publicité, ça vient du coeur...

Comme son nom et sa couverture l'indiquent, l'action se situe dans l'Athènes antique, au temps de Platon, ce qui n'a pas empêché le roman d'être lauréat au Royaume-Uni du Prix Gold Dagger 2002, qui distingue les meilleur livres policiers...

Plutôt que de vous raconter l'histoire, ce qui serait un crime, ou de vous gâcher le plaisir en vous parlant des différents niveaux de lecture possible, je me contenterai de quelques citations qui, rassurez vous, ne sont absolument pas représentatives de l'ensemble du livre...

p. 99 :
- Vivre n'est absolument pas une théorie. Pour vivre, il suffit d'être vivant.
- Non : il faut apprendre à vivre.
p. 130 :
- Le Sphinx dévorait ceux qui ne répondaient pas correctement à ses questions, dit-il. Mais tu sais le plus terrible, Héraclès? Le plus terrible, c'était que le Sphinx avait des ailes, et un jour il s'est envolé et a disparu. Depuis, nous les hommes nous connaissons quelque chose de bien pire que d'être dévorés par lui : ne pas savoir si nos réponses sont correctes.
p.147 :
Écrire est étrange, mon ami : à mon avis, la première activité la plus étrange et terrible à laquelle un homme puisse se livrer est l'écriture, et il ajouta, en retrouvant son sourire parcimonieux : Lire est la deuxième.
Couldn't agree more.

sphinge.jpg


Quelques liens :
Site officiel de José Carlos Somoza
Page Wikipedia (en) 
Bibliographie de l'auteur en français
Son dernier roman sorti en français : La Théorie des Cordes chroniqué chez Cafard Cosmique

Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 00:00
En vrac quelques échantillons de terrain prélevés lors de mes périgrinations internautiques :



Courage Mafalda, encore un peu de patience... (via Laurel)

mafaldacomic.jpg

(Tiens, si quelqu'un veut m'offrir la compil'...
Edit : Plus la peine, c'est fait! Merci...)



En Australie, une femme politique en position de devenir premier (première?) ministre s'est vu reprocher le fait de ne pas avoir d'enfants...
L'argument du Sénateur
Bill Heffernan est simple : Julia Gillard a choisi délibérément de rester sans enfant (deliberately barren), ce qui la rend incapable de remplir une fonction politique.
Sommé de s'expliquer, il en rajoute :
If you're a leader you've got to understand your community, and one of the great understandings in a community is family and the relationship between mum, dad and a bucket of nappies.
Et pourtant j'ai comme l'impression qu'il n'aurait pas fait la même remarque à un homme qui n'aurait jamais eu d'enfant... Sans compter le fait que leur voisin néozélandais est dirigée par Helen Clark, une femme sans enfants!
(Via Feministing)



Dans la lignée de mes articles précédents sur le calcul des résultats électoraux, je viens de lire chez David Madore une compilation des résultats de touts les participants au deuxième tour d'une élection présidentielle de la Ve République, mais cette fois-ci en pourcentage des inscrits sur les listes électorales.



Jean Véronis, loué soit son nom et béni le sol qu'il a foulé, continue de nous sortir des trucs-de-ouf-guedinTM avec son analyse des données politiques. En compilant la presse nationale sur plusieurs mois, il a réussi a à extraire des taux de citation pour chaque candidats, qui, à la surprise générale, se sont révélés remarquablement proches des résultats électoraux, en tout cas, plus justes que les sondages. Parfois à la virgule près!
C'est assez incroyable. Courez-y.
2007: La presse a fait mieux que les sondeurs (premier tour)
2007: La presse fait à nouveau mieux que les sondeurs (deuxième tour)
Pour plus de détails, lire le pdf.



Une rédactrice du Huffington Post a écrit un article intitulé George W. Bush with Brains.
Non, ce n'est pas de la science-fiction, mais une comparaison. Avec qui? Je vous le donne en mille :
After the results of the French election came in, a friend of mine wrote me a note in which she called Sarkozy "George W. Bush with brains".
J'imagine qu'il va prendre ça comme un compliment...



J'ai failli oublier : quand j'ai écouté le mp3 qui circulait par mail (merci Maurinier), je me suis doutée de quelque chose.
Quand je l'ai vu une version illustrée avec des images d'archives sur Youtube, j'en ai eu le coeur net.
Il s'agit d'un épisode du faramibulifiant
Journal du Futur de Sousrealisme.org , que j'avais découvert à la fin de l'année dernière. Ils en sont déjà à la troisième saison que vous pouvez écouter en ligne.
Le journal qui traite de la mort de Sarkozy est traitée dans la première saison, que vous pouvez, comme moi, acheter en CD pour un prix modique.

PS : Ils sont trop forts : il y a même des épisodes sous-titrés en anglais.
PS2 : Ils sont *vraiment* trop forts : la traduction aussi est drôle (President Sarkozy the First passed on to the great ballot box in the sky last year...).


Cet article commence à devenir vraiment trop long, alors pour finir comme on a commencé, voici un comic qui m'a fait sourire... (cliquer pour le voir en entier, bien sûr).

mapofmeatthumb.gif

Volé sur le hautement geekesque Joy of Tech.


Repost 0
Published by Abie - dans Butinons
commenter cet article
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 00:00
Dans son extraordinaire Livre des êtres imaginaires, J.L. Borges recense, au milieu des monstres de légendes, des créatures fantaisistes des plus amusantes.
Faune des États-Unis
La joyeuse mythologie des campements de bûcherons du Wisconsin et du Minnesota comprend des créatures singulières, auxquelles, sûrement, personne n'a cru. (...)
Parmi les poissons de cette région, on retrouve les Upland Trouts qui nichent dans les arbres, volent très bien et ont peur de l'eau. (...)
Le Pinnacle Grouse avait seulement une aile qui lui permettait de voler en une seule direction, en faisant indéfiniment le tour d'une colline conique. La couleur du plumage variait selon les saisons et la condition de l'observateur.
Cet oiseau vient donc rejoindre au club des animaux supposément asymétriques le célèbre Dahu et, plus étonnament, le Blaireau!

               Edit du 10/05 :              

Tororoshiru, un nouveau lecteur, nous a déniché une autre occurence d'oiseau mi-gratteur dans la littérature : merci à lui !
De Chine sont venus les pihis longs et souples
Qui n'ont qu'une seule aile et qui volent par couples
Apollinaire, Zone, dans le recueil Alcools
Ces pihis ont aussi inspirés d'autres auteurs, ainsi que des peintres.
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 01:24
Plus ça va, plus mon empathie se développe à l'égard des étrangers qui tentent d'apprendre la langue française.
Bien sûr, ça pourrait être pire : nous n'avons que deux genres, pas de déclinaison du nom, et finalement pas tant de lettres que ça dans l'alphabet.
Dans l'autre plateau de la balance, on mettra les conjugaisons, qui ne manquent pas d'une certaine fantaisie et discordent à l'occasion, les accords de l'adjectif, les finesses sur l'accord du pronom possessif pluriel, sans parler du fait que le concept de cas n'est jamais explicite alors qu'il est fondamental, ne serait-ce que pour la déclinaison du pronom personnel.

Ma révélation du jour, elle, a trait à une autre particularité française : la disparité totale des adverbes grammaticaux.
En anglais par exemple, on les compose avec une particule de quantité (aucun, un peu, tous) et une racine qui spécifie ce dont on parle (de temps, de lieu...)
  where one (body) thing way time
no nowhere no one nothing ? never
some somewhere someone something someway sometime
every everywhere everyone everything everyway every time
any anywhere anyone anything anyway any time

Ça donne un tableau clair et complet, avec une exception dans le cas de never, et une case vide : je ne vois pas ce qui serait utilisé idiomatiquement.

Tentons maintenant la même démarche avec les mots français :

  lieu personne chose temps façon
no nulle part (ne) personne (ne) rien (ne) jamais ?
some quelque part quelqu'un quelque chose parfois d'une façon ou d'une autre
every partout tout le monde tout toujours de toute façon
any n'importe où n'importe qui n'importe quoi n'importe quand n'importe comment
  où que + subj qui que ce soit quoi que ce soit ? de quelque manière que ce soit

C'est tout de suite moins limpide, n'est-il pas? On remarque cependant :

1) Que notre rapport conflictuel à la négation rend les choses très compliquées.
Avec le temps, toutes sortes de mots à sens positif se sont associés avec le mot "ne" : pas, point, guère, rien (= chose), jamais et oncq 1(= un jour), personne, et avec la chute de la négation, on arrive au paradoxe d'utiliser les mots positif comme rien et personne pour signifier leur absence.
Signalons que des formes plus anciennes, comme nul (n'entre ici...), échappent à cette contradiction
Je ne sais pas si je me fais comprendre, alors n'hésitez pas à protester ou à me corriger si je suis vire trop cryptique.

2) Que le mot "tous" a perdu en force au point que nous ne l'utilisons plus seul. Pour donner dans l'universalité, on est obligé d'insister en diant "tout le monde", ce que je trouve vaguement ridicule, sans trop savoir pourquoi.

3) Que la fonction d'opérateur de parcours2 n'est en français pas dévolue à un simple mot grammatical, comme c'est le cas en anglais avec any (et ever). Elle est en fait remplie par un mode : le subjonctif, et par exemple Anywhere you go se traduira Où que tu ailles.

(Merci à mon prof de seconde pour le concept d'
opérateur de parcours et à Worthless de m'avoir clarifié les idées.)

Il y a beaucoup d'autres choses à dire sur le sujet, mais c'est tout pour aujourd'hui!


Je suis en train de tester la version 2.0 d'overblog, et il y a quelques... features, on va dire. Donc je n'ai brusquement plus le droit de mettre des liens. Alors il va falloir les copier à la main :

1 : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/fast.exe?mot=onc
2 :
http://edel.univ-poitiers.fr/corela/document.php?id=958
Repost 0
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 23:59
Contrairement à ce que je m'étais promis, je n'ai pas eu le courage de ne pas aller voir les estimations sur les sites de journaux étrangers vers 18h.

En conséquence, le principal intérêt que présentait pour moi la participation au dépouillement, nommément le divertissement pascalien, avait disparu. Après avoir vérifié auprès du directeur de mon bureau de vote qu'il ne manquait pas de volontaires au décompte citoyen, j'ai donc rejoint a 20h des amis au Cinéma du Panthéon, qui ressort en copie neuve The Wall, film remarquable, et remarquablement adapté aux menaces qui me semblent en gestation dans cette soiree électorale.
Pour les amateurs des Pink Floyd qui n'auraient vu ce film que sur petit écran (et plus encore pour les autres, bien sur), je recommande la sortie : les salles obscures ont leur magie propre.

Mais je m'égare. Je voulais simplement faire amende honorable sur ma diatribe quant à l'absence de décompte détaillé de votes blancs (séparé des nuls) dans les derniers résultats.
C'est tout simplement que la loi, bien que datant de janvier 2003, n'est pas passé au Journal Officiel : il n'y a jamais eu de décret d'application.
Après tout, quel intérêt de mettre en application une loi passée par les deux chambres démocratiquement élues, alors qu'on a tellement de lois à passer par ordonnance ou au 49.3 ?

Bon, je vous laisse pour retourner à mes amis : misery like company, à ce qu'on dit...
Repost 0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 20:46
Voilà un petit moment déjà, je vous avais parlé des mots qui changent de sens en changeant de genre, comme par exemple page, moule et voile.

Résumé de l'épisode précédent :
aide, solde, mode, manoeuvre, foudre, trompette, vase, aigle, crêpe, moule, page, manche, geste, voile, espace, couple, enseigne, critique, vapeur, relâche, tour, livre, mémoire, oeuvre, page, guide, physique, pendule, poêle, parallèle.

Après réflexion, j'y rajoute guide (au féminin, une rêne d'attelage) et légume (une grosse légume = une huile : un diététicien y perdrait son latin ! )



Pendant mon voyage en Russie -je commence seulement à trier mes notes de voyage- , je ne sais trop pourquoi, je me suis cette fois interrogée sur les mots féminins susceptibles d'être utilisés pour décrire un individu masculin.

Exemple canonique (c'est le cas de le dire) : la sentinelle.
Certe, rien n'empêche une femme de monter la garde, mais sans précision particulière, une sentinelle, c'est bien un homme...

Les mots que j'ai trouvés qui répondent à cette condition rentrent dans trois grandes catégories :
- le vocabulaire militaire
- le vocabulaire musical
- et l'argot de mauvais goût (tapette, fiotte, etc.)

Dans la première catégorie, on trouve :
sentinelle
ordonnance
enseigne
estafette
vigie
taupe
voire barbouze
ou fine lame

Dans la seconde, on a :
haute-contre
basse
contre-basse

En voyez-vous d'autres exemples?

Edit 06/05

On m'a proposé caution :
M. Machin est la caution morale du mouvement,
mon père s'est porté caution pour mon appartement...

J'ai aussi pensé à cloche au sens un peu vieilli de clochard; et balance au sens de délateur.
Il semble vraiment qu'en dehors du vocabulaire militaire le substantif féinin de l'individu masculin soit une caractéristique argotique.


PS : Je suis les conseils d'un fidèle lecteur et j'essaye de rendre plus visibles les ajouts a posteriori (edits).
Repost 0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 11:25

Lu  au fronton du blog No Capital :

The Invisible Hand is giving you the finger.

J'avoue, j'ai bêtement rigolu.
Certains articles, eux, ne font pas rigolou du tout.


Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao