Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 18:29
Le jour de la grande grève, j'ai eu l'occasion de me marcher un peu le boulevard Richard-Lenoir. Cet échassier avait l'air de bien s'y plaire...

Cigogne.JPG
Incidemment, L'Alsace à Paris est (fut ?) un restaurant- brasserie alsacien place Saint-André-des-Arts.

Repost 0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 18:15
Un peu d'inspiration pour supporter avec équanimité les contrariétés quotidiennes...
Il ne tient qu'à toi d'être invincible : tu n'as qu'à refuser toute lutte où il ne dépend pas de toi d'être vainqueur.

Si on te rapporte qu'Untel dit du mal de toi, ne te défends pas, réponds :  « Il faut croire qu'il ignorait mes autres défauts, sinon il ne s'en serait pas tenu là. »
Épictète, Manuel, Petite bibliothèque Payot, Rivages poches, 1994.
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 18:11
Passerelle du Collège à Lyon :

Unplugged.JPG
Original, le point d'implantation des ailes...

Repost 0
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 17:58
Les trouvailles du jour dans mon entreprise de transfert annuel d'agenda :
En première approximation, toutes les espèces sont des insectes.
Sir Robert May, cité par Dawkins (cf. Bribes biologiques).
Les meilleurs livres sont ceux que ceux qui les lisent croient qu'ils auraient pu faire.
Pascal, L'art de persuader, Mille et une nuits.
Le reste arrive bientôt.
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 17:50
À la hauteur du 66 cours Vitton (6ème) : 

Aveugles.JPG

Allons voir ailleurs
nous devenons aveugles.
Ouzbe
Repost 0
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 16:42
Liquidation avant fermeture : je fais la chasse aux bribes et citations notées dans mon agenda 2007 attendu que je vais devoir le mettre à la retraite d'office bientôt...

Je vous épargne les citations scientifiquement approximatives tirées de l'Échelle de Darwin de Greg Bear. Au final, ce n'est pas si abominable que ça considérant les efforts qu'il a fourni pour donner un contexte scientifique à son argument de départ.
Gardez juste à l'esprit que quand quelqu'un prétend que l'homme est plus complexe que la drosophile, la réaction la plus saine est de lui rire au nez...

Dawkins Dans la foulée, au printemps dernier, j'avais lu le fameux Gène égoïste de ce cher Richard Dawkins. (pour ceux qui n'ont aucune idée de ce dont je parle, un petit résumé).
Le livre a déjà plus de trente ans, mais il a remarquablement bien vieilli, à l'exception prévisible des comparaisons sur le pouvoir de calcul des ordinateurs... La traduction est parfois frustrante (Odile Jacob pourtant, mince!), mais le message passe sans problème.
Ce n'est sans doute pas le plus accessible de
ses livres -- pour ceux qui lisent l'anglais mais qui n'y connaissent rien en biologie, je recommande Climbing Mount Improbable, sur l'évolution de l'œil-- mais il a indubitablement marqué l'histoire de la génétique.

Caveat
: Comme d'habitude, mes extraits ne sont absolument pas représentatifs de l'ensemble du livre...
[L]'un des aspects positifs de cette théorie [de Medewar et Wilson], c'est qu'elle nous conduit à faire des spéculations assez intéressantes. Par exemple il s'en suit que si nous voulions augmenter la durée de la vie humaine, il existe deux manières générales de le faire. Nous pourrions d'abord interdire la reproduction avant un certain âge, disons 40 ans. Au bout de quelques siècles de cet âge minimal, on pourrait placer la barre à 50 ans, etc.
Eh oui, techniquement, ça marcherait : même avec un âge maximal identique, on aurait effectivement à assez court terme une disparition de maladies graves, héréditaires et précoces (mettons l'anémie falciforme, par exemple), puisque les malades ne pourraient pas la transmettre.
Cela ne règle bien sûr pas le problème des porteurs sains de maladies récessives (hémophilie, par exemple), ni les maladies graves et héréditaires mais ne se déclarant que tardivement (parmi d'autres, la tristement célèbre chorée de Hungtigton, dite danse de Saint-Gui).
Et soyons bien clairs : Dawkins ne défend pas le moins du monde un telle politique, qui de toute façon, ne ferait sans doute que créer des comportement encore plus nocifs...
Génétiquement parlant, votre cousin germain est équivalent à un arrière-petit-enfant.
Du moins en terme de poximité génétique avec vous, bien sûr, ne lui faites pas dire ce qu'il n'a pas dit...
Il est une vérité d'une logique implacable selon laquelle , s'il n'y a pas d'émigration massive dans l'espace (...), les taux de naissance incontrôlés vont mener à des taux de mortalité effroyablement importants. Il est difficile de croire que cette simple vérité ne soit pas comprise par les responsables qui interdident à leurs semblables d'utiliser des méthodes de contraceptions efficaces. Ils expriment une préférences pour les méthodes "naturelles" de de limitation de population, et c'est ce qu'ils vont justement finir par obtenir. Le nom de cette méthode est la famine.
(Encore un exemple de traduction bizarre, non-idiomatique. Un français dirait "Cette méthode s'appelle la famine".)

Dawkins expose aussi dans ce livre une notion nouvelle : le mème. Cette idée (ce mème ? :-p) a eu beaucoup de succès depuis, et l'on parle aujourd'hui de mémétique, la discipline qui étudie les mèmes.
Dieu existe, même s'il n'a que la valeur d'un mème ayant une valeur de survie élevée ou un pouvoir infectieux très virulent dans l'environnement fourni par la culture humaine.

Quand nous mourons, nous laissons derrière nous des gènes et des mèmes. (...)
Un ou deux gènes de Socrate peuvent ou non être vivants aujourd'hui, mais comme G.C. Williams l'a fait remarquer, cela n'intéresse personne. Par contre, les complexes de mèmes de Socrate, Léonard de Vinci, Copernic et Marconi sont toujours bien présents.
Nous sommes construits pour être des machines à gènes et élevés pour être des machines à mèmes, mais nous avons le pouvoir de nous retourner contre nos créateurs. Nous sommes les seuls sur terre à pouvoir nous rebeller contre la tyrannie des réplicateurs égoïstes.
Voilà matière à réflexion...
Et pour les courageux qui ont lu jusqu'ici, ce bon mot de Sir Robert May, cité par Dawkins :
En première approximation toutes les espèces sont des insectes.
Mes hommages à Madame et à bientôt, donc !
 
Repost 0
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 12:48
Je suis en générale assez circonspecte avec la notion de pétition, d'une part parce que  c'est souvent un moyen de se donner bonne conscience à peu de frais (sauvons les baleines !), d'autre part parce qu'on tend à les faire circuler pour tout et n'importe quoi.

Ces remarques liminaires énoncées, je m'apprête cependant à faire la publicité de deux d'entre elles. Pourquoi ? Parce que, punaise de nom de Dieu, les conneries dangereuses tombent comme à Gravelotte en ce moment.

Je me permets donc de suggérer aux personnes préoccupées par l'usage politique et judiciaire fait des techniques scientifiques tels de les empreintes ADN de signer la pétition lancée par Libé et  Charlie Hebdo contre le tristement célèbre, et désormais voté, amendement Mariani. Je m'adresse en particulier aux personnes de formation scientifique : nous ne somme pas responsables *en tant que scientifique* des mauvais usage politique de nos disciplines. Mais nous sommes responsables en tant que citoyens, et plus encore en tant que citoyens très informés dans le domaine.
Touche pas à mon ADN !

Le fait le plus frappant au vu de la liste des premiers signataires est leur diversité : on va bien au-delà des cercles habituels d'indignation gauchiste.


Au total, ce sont déjà 300 000 personnes, soit un demi pourcent de la population de France, qui ont signé cette pétition. Et si vous étiez le 300 001ème ?

La seconde pétition que je propose à vos stylos est plus récente, et pour l'instant plus confidentielle. Elle n'en est pas moins importante pour autant.
Il s'agit de l'Appel contre la statistique ethnique, à retrouver sur le site www.fichepasmonpote.com. Comme son nom le laisse entendre, la pétition a été lancée par SOS racisme contre le projet de mettre en place des statistiques prenant en compte l'origine ethnique des individus.
Je cite ici Samuel Thomas, vice-pésident de l'association, interviewé par Caroline Fourest dans le Charlie de cette semaine :
Comment des militants antiracistes pourraient-ils souhaiter le rétablissement de catégories ethno-raciales ? Comme dans l'Inde de l'époque des castes ou l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid...
Je refuse d'avoir à décider, ou voir décider pour moi, si je suis blanche, noire ou entre les deux, arabo-caucasienne ou aux yeux suffisemment en amande pour être classé Asiate.
Le plus amusant est peut-être l'argument avancé en faveur de ces statistiques : qu'elles aideraient les sociologues à mieux mesurer la population. Et pourtant, regardez la liste des premiers signataires : il y a une dizaine de sociologues, démographes, statisticiens éminents qui refusent de cautionner cette façon de faire.
Rejoignez-les en signant cette pétition.

Repost 0
27 octobre 2007 6 27 /10 /octobre /2007 00:18
Je me suis récemment posé des questions sur les mots-phrases, ou plus précisément les mots composés contenant un verbe conjugué.
Il s'agit en général d'une composition (verbe)-(nom), et la vaste majorité concerne des outils, comme par exemple tire-bouchon, abat-jour, abaisse-langue, ou chasse-neige.

Un petit  passage  au peigne fin du TLFI permet d'évaluer les verbes les plus fertiles en constructions de ce type, mais le comptage précis est problématique : faut-il prendre en compte les mots ultra-techniques ? ceux si viellis qu'ils ne sont plus du tout utilisés ? les mots rares, voire, (il y en a quelques uns) les hapax ?
Plutôt que de m'arracher les cheveux sur la question, je préfère vous donner une liste sans ordre particulier des verbes les plus représentés :
Abat- (jour)
Brise- (glace)
Brûle-(gueule)
Cache- (nez)
Casse- (pied)
Chasse- (neige)
Chauffe- (eau)
Coupe- (vent)
Garde- (chasse)
Lance- (flammes)
Lave- (linge)
Monte- (charge)
Pare- (balles)
Perce- (oreille)
Porte- (plume) : des dizaines !
Pousse- (café)
Rince- (doigts)
Serre- (tête)
Taille- (crayon)
Tire- (bouchon)
Tourne- (disque)
...

Bien évidement, les mots les plus courants ne sont pas nécéssairement les plus savoureux, loin s'en faut !

En voici quelques uns que je ne voudrais pas voir se perdre :
baise-en-ville (n.m) : Petit nécessaire de voyage (sac, petite valise) qui contient ce qu'il faut pour passer la nuit hors de chez soi.
Malgré les apparences, ce mot n'est absolument pas argotique, ce qui ne m'a pas empêchée de me poser des questions quand, préadolescente s'apprêtant pour la nuit chez une amie, je me suis vue demandé par mon père si j'avais bien mon baise-en-ville...

Dans la poésie involontaire, il y a aussi le fabuleux :

brise-brise (n.m.) Petit rideau tendu au bas d'une fenêtre pour empêcher l'air de passer
La listes des mots à sauver est longue :
cache-maille (n.m.) : Régional. Tirelire. (Tire-lire, d'ailleurs)
Ce joli mot vient de maille, petite monnaie, voir  aussi avoir maille à partir avec qqn et l'usage récent et argotique de maille (non comptable) pour argent.
chasse-galerie
(n.f) : Région. Ronde nocturne des sorciers ou des loups-garous; p. ext. tapage. Courir la chasse-galerie
fesse-mathieu (n.m.) : personne qui prête sur gage ; par extension personne avare. (Plus de détails chez le Mot du jour)
pleure-misère (n.) : personne qui se plaint sans cesse de manquer d'argent, qui feint d'être dans la gêne.
pousse-au-crime (n.m.) : dans l’argot populaire, vin rouge grossier à fort degré alcoolique.
pousse-cailloux (n.m.) :
- Fantassin (dans un langage argotique, populaire, vieilli)
- Enfant qui traîne dans les rues (mais c’est une acception rare).
revenez-y (n.m.) :
- action de revenir à une personne ou à une chose que l'on a aimée, appréciée.
- nouvelle manifestation d'un sentiment, retour de la pensée de quelqu'un à quelque chose.
- retour en arrière.
venez-y-voir (n.m.) :
-
par ironie, vx. : Chose sans importance, sujet d'intérêt médiocre.
- Objet par lequel on tente d'attirer l'attention. En particulier, vx. Garniture ornant, au XVIIIe s., le talon des chaussures afin d'attirer l'attention.

décrochez-moi-çà (n.m.) : Pop., vieilli 
Friperie, vêtement d'occasion.
par méton. Boutique de fripier.
Chapeau d'occasion pour femme,
ramasse-ton-bras, vx fam. Fanfaron.

Il y a aussi beaucoup de trouvailles dans le domaine  de la coiffure féminine :
suivez-moi-jeune-homme : ruban de chapeau féminin qui flotte dans la nuque.
accroche coeur Mèche de cheveux formant une boucle plate sur les tempes
cache-folie (n. m. ou f.) : vx. Fausses boucles de cheveux que les femmes ajoutaient à leur coiffure, souvent en toupet
cache-peigne (n.m.) Boucles de cheveux qui servent à cacher le peigne qui retient la coiffure d'une femme.
battant-l'oeil (n.m.) Ancienne coiffure féminine dont le bord retombe sur les yeux.
Gober est  bien pourvu en composés étranges :
gobe-goujons : homme faisant maigre chère.
gobe-or : avare.
gobe-prune : tailleur (allez comprendre!).
gobe-lune, gobe-la-lune : personne crédule.
Et ne parlons pas de trousser :
trousse-pet : vx, fam., péj. Petit garçon, petite fille; en particulier, enfant qui fait l'important. (Dict. XIXe et XXe s.). Synon. morveux..
trousse-galant : Vx, fam. Maladie foudroyante qui emporte le patient en peu de temps; en particulier, choléra.
trousse-jupon, trousse-jupe, trousse-cotte : coureur de jupons.

Le trousse-cotte trouvera un équivalent féminin plus moderne dans la
saute-au-paf Pop., vulg. Femme qui recherche activement des relations sexuelles avec les hommes.
Le verbe claquer donne lui aussi beaucoup de dérivés dotés d'une grande capacité d'évocation :
claque-bosse : bordel.
claque-merde : bouche.
claque-des-genoux : Homme sujet à la peur.
claque-patin, traîne-patin : gueux, miséreux.
Dans la liste des composés à caractères familiers ou argotiques servant à désigner peu charitablement certaines personnes, on notera :
pète-sec : Personne autoritaire, qui commande sèchement.
pisse-copie : Journaliste
pisse-froid : Homme ennuyeux, sinistre, glacial.
pisse-vinaigre : Personne avare. −Personne grincheuse, morose, triste.  (Quand ce n'est pas une île...)

Et puis il y a des mots qu'on ne trouve pas dans le TLFI : j'ai ainsi cherché en vain suce-pierre, un des noms usuels de la lamproie, presse-purée et décapite-oeuf. Dans un autre domaine, citons aussi
arrache gueule : tord-boyau (d'après mon pâpâ).
gratte-papier : employé administratif.
dort-en-chiant : personne lente, peu intelligente. (Merci à Siné pour ce joyau !)
pue-la-sueur : ouvrier
peine-à-jouir : bizarrement, pas moyen de trouver une définition autorisée de ce mot, qui devrait faire mériter une certaine compassion, mais reflète au contraire un profond mépris...
tue l'amour : mon voisin, se voyant réclamer une définition correcte de ce mot m'a répondu laconiquement "Chaussettes". Comme on dit aux Chiffres et les Lettres : pas mieux.
Je termine donc cet article par un appel à contribution : si vous avez des mots de ce type à caractère argotique, n'hésitez à me les envoyer...

Edit : Mes excellents lecteurs se sont fait un devoir de répondre à mon appel. La suite de ce billet est à lire par là !


Repost 0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 14:14
Ou plutôt : le  mystère de la rue Dieu, sur le canal Saint-Martin.

Ponttournant.JPG
Je n'ai vraiment aucune idée  de ce  ça représente. Je crois distinguer des téléobjectifs, ou des longues-vues, mais je ne suis même pas sûre de la perspective...
Des suggestions?

Repost 0
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 13:39
Toujours dans La Parole manipulée de Ph.Breton, cette citation :
Il ne changeait pas d’opinion, c’était l’opinion qui changeait en lui, imperceptiblement et à son insu. D’ailleurs il n’avait pas choisi ses opinions politiques, elles lui étaient venues automatiquement tout comme, loin de choisir un chapeau ou un vêtement, il prenait automatiquement ce que tout le monde portait. Ainsi le libéralisme était devenu pour lui une habitude et il aimait son journal tout comme il aimait son cigare après le dîner -  à cause de la légère brume qu'il produisait dans son cerveau.
Tolstoï, Anna Karénine.
Je remarque qu'elle est reprise en un seul endroit (d'après Google) : un article d'une revue de théologie. Peut-être, après tout, sont-ce les seuls à encore s'intéresser à la parole en tant que telle...
Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao