Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 00:00
Lu dans le Times du 10 janvier, un article  sur la passion du Sénégal pour le Scrabble francophone, qui leur a permis de dominer les dernières compétitions internationales :

There are two big events in the Senegalese sporting calendar this year: The African Nations football cup and the Scrabble championship.

Retraduit de l'anglais :
Il y a deux grands événements dans le calendrier sportif sénégalais cette année : la Coupe d'Afrique des Nations de football et le championnat de Scrabble.
Ndongo Sambala Sylla, 29 ans, économiste, premier Sénégalais champion  international de Scrabble.

Partager cet article

Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 00:00
Dans Le Monde daté du 10 janvier, on peut lire Bosc ou l'uppercut du gag (texte disponible ici), consacré au dessinateur Jean-Maurice Bosc, à l'occasion d'une expo qui lui est consacrée en Suisse.
On y trouve cette citation :
Le dessin d'humour exige la maîtrise du chirurgien, et la mentalité du boucher.
Le dessinateur anglais Ronald Searle
Et dire qu'il y a des gens pour rêver de devenir célèbre. L'obscurité, au moins, protège de la caricature... :-)

Partager cet article

Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 00:00
Un ami attentionné me fournit un article à peu de frais :

On marche vraiment sur n'importe quoi, à Bordeaux.
Trouvé dans la rue Gratiolet, quartier de St-Michel.

Pochoir-Bordeaux.jpg
© photo C. Langlois.
© pochoir : inconnu.

  

Partager cet article

10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 00:00
On trouve des choses zétranges dans mes cours d'économie*
Consacrer des crédits de l’université à la recherche scientifique est une irrégularité sur laquelle l’administration consent à fermer les yeux.
Un recteur d'académie, en 1933.
Cité par Luc Rouban dans  L’Etat et la science,la politique publique de la science et de la technologie, éditions du Cnrs, Paris, 1988.


* et pas seulement "Invention du feu : 15 octobre". Sic et à peu près verbatim...

Partager cet article

Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 00:00
Je vous parlais il y a peu des noms communs masculins se terminant en -ée. Ils viennent du grec (neutre en -eon ou, -eion -aion) en passant par le latin (neutre en -eum), et la liste n'en est pas si courte que cela :
- Androcée (terme botanique, symétrique de gynécée, il désigne l'ensemble des étamines -donc des organes mâles- d'une fleur)
- Apogée
- Athanée (funérarium)
- Athénée (lycée en Belgique)
- Caducée (le symbole d'Hermès et des médecins)
- Camée
- Chorée (synonyme de trochée, à ne pas confondre avec la chorée)
- Colisée
- Coryphée (chef du choeur dans la tragédie grecque)
Collection de scarabées au musée de Melbourne, Australie
- Dichorée (pied composé de deux chorées)
- Elysée
- Empyrée (le quatrième ciel -comptez-bien...-)
- Gynécée (appartement des femmes)
- Hyménée (festivités nuptiales, mariage)
- Hypogée (contraire d'apogée. Le mot hypogé est aussi un adjectif en botanique, mais son contraire est alors épigé)
- Lycée (là où vont les jeunes loups...)
- Mausolée (d'après la tombe du roi  Mausole)
- Musée
- Nymphée (la fontaine Wallace des Grecs)
- Périgée (astronomie)
- Périnée (anatomie, à ne pas confondre avec péroné, la confusion pouvant mener à bien des déconvenues... Permet à certains de faire remarquer qu'il n'y a pas si loin de la croupe aux lèvres.)
- Propylée (vestibule d'un temple)
- Prytanée
- Pygmée
- Scarabée (si cétoine c'est donc ton frère...)
- Spondée (le pote à Dactyle, toujours fourrés ensemble ces deux-là...)
- Trochée (à ne pas confondre avec la trochée)
- Trophée

Parmi les noms masculins en -ée ne rentrant pas strictement dans cette liste, on note le mot Sigisbée (chevalier servant), qui vient de l'italien cicisbeo et non du grec, ou plus simplement... rez-de-chaussée !
Les noms propres comme Orphée et Morphée ne comptent pas (à mon avis) du fait de leur terminaison en -eus, de genre masculin (comme Odysséus, Ulysse).
Macchabée, lui, vient de l'hébreu, d'après Judas Macchabée (Yéouda Hamakabi), l'un des neuf Preux médiévaux. Pas de doute : les voies de l'argot sont impénétrables...

On peut aussi discuter du statut du mot athée, qui n'est qu'un adjectif substantivé, du grec atheos. Je ne l'ai pas ajouté à la liste, mais son statut de "piège orthographique" lui mériterait peut-être une petite place.

Pour terminer, signalons quelques noms féminins éminemment trompeurs :
Panacée (qui guérit tout)
Chorée (de Hungtigton)
Trochée au sens forestier du terme
Voilà... Je crois avoir à peu près fait le tour de la question, entre autres grâce aux commentateurs de Langue sauce piquante. N'hésitez pas à me signaler un oubli !



Partager cet article

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 00:08
Aussi divers que variés, voici les résultats de butinages internautiques de ces derniers jours :

Insolite et invraisemblable :
À Miami, il pleut des iguanes frigorifiés... (Métro)

Le fils aîné de Nicolas Sarkozy est aussi compositeur et producteur de rap. (Libé)

Le sex-appeal du père fait des ravages chez les mannequins, et pas seulement Bruni : une chinoise lui fait des déclaration passionnées et ça ne plaît pas à tout le monde... (Aujourd'hui La Chine)
cafescience.pngIntéressant et instructif :
Catherine Kintzler entre dans mon panthéon personnel avec cette interview dans Marianne, où elle démonte le scandaleux discours sur -ou plutôt contre- la laïcité, tenu par Sarkozy au Vatican le mois dernier. La dame a même un blog, il faudra que j'aille voir...

Un blog qui parle de bactéries et d'évolution : que du bonheur... Et il y a même des quizz ! Que demande le peuple...

Je découvre du même coup C@fé Science, un site tenu par des blogueurs épris de vulgarisation...
Bravo les gars, keep up the good work !

C'est tout pour aujourd'hui...
  

Partager cet article

Published by Abie - dans Butinons
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 00:00
Entendu à l'autre bout de ma hotline personelle à 0,05 bière la minute :
Quand un matheux parle, c'est soit imbitable, soit tautologique.
Tout l'art des mathématiques, c'est de transformer l'imbitable en tautologique...

Steph', mon sysadmin préféré

Partager cet article

6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 00:00

Il y a quelques jours (et déjà l'année dernière...), je vous parlais des ambigrammes, avec un petit lien vers une page expliquant le concept d'ambigramme naturel.

Un exemple parmi d'autres, le prénom Anne : en choisissant bien la police (N majuscule, a=e...) il est parfait :
Anne.pngTournez-le dans tout les sens, c'est toujours le même prénom qui d'ailleurs, on l'oublie trop souvent, est à l'image de Dominique, Claude, Alix, et bien d'autres : c'est un prénom mixte...

Un peu de bidouillage de part et d'autreet j'obtiens l'ambigramme d'un autre ami :
Vianney.pngJ'aimerais bien réussir à faire des ambigrammes en miroir, mais c'est autrement difficile...
Tenez moi au courant si vous arrivez à des merveilles !



Partager cet article

Published by Abie - dans Ambigrammes
commenter cet article
4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 15:45
On m'a parlé aujourd'hui de quelque chose étant "comme les langues d'Ésope".
Le pluriel m'intrigué et je lui allée fouiller cette histoire. Ésope, le fabuliste phrygien, était l'esclave plein d'esprit du philosophe Xantus.

Un certain jour de marché, Xantus, qui avait dessein de régaler quelques-uns de ses amis, lui commanda d'acheter ce qu'il y aurait de meilleur, et rien autre chose. « Je t'apprendrai, dit en soi-même le Phrygien, à spécifier ce que tu souhaites, sans t'en remettre à la discrétion d'un esclave.» Il n'acheta donc que des langues, lesquelles il fit accommoder à toutes les sauces : l'entrée, le second, l'entremets, tout ne fut que langues. Les conviés louèrent d'abord le choix de ce mets ; à la fin ils s'en dégoûtèrent.  
« Ne t'ai-je pas commandé, dit Xantus, d'acheter ce qu'il y aurait de meilleur ?
- Eh ! qu'y a-t-il de meilleur que la langue ? reprit Ésope. C'est le lien de la vie civile, la clef des sciences, l'organe de la vérité et de la raison : par elle on bâtit les villes et on les police ; on instruit, on persuade, on règne dans les assemblées, on s'acquitte du premier de tous les devoirs, qui est de louer les Dieux.
- Eh bien ! dit Xantus qui prétendait l'attraper, achète-moi demain ce qui est de pire : ces mêmes personnes viendront chez moi ; et je veux diversifier.»

Le lendemain Ésope ne fit servir que le même mets, disant que la langue est la pire chose qui soit au monde : « C'est la mère de tous débats, la nourrice des procès, la source des divisions et des guerres. Si on dit qu'elle est l'organe de la vérité, c'est aussi celui de l'erreur, et, qui pis est, de la calomnie. Par elle on détruit les villes, on persuade de méchantes choses. Si d'un côté elle loue les Dieux, de l'autre elle profère des blasphèmes contre leur puissance.»
Les langues d'Ésope, c'est donc quelque chose qui peut être le pire ou le meilleur selon ce qu'on en fait.
Edit 14/10/2008 : Voir aussi une autre version de la même histoire dans le Dictionnaire du mensonge de Pio Rossi.

J'en ai profité pour lire  toute son histoire et je me suis bien amusée, en particulier en retrouvant des structures semblables à des histoires bien différentes, comme celle de la reconnaissance de dette qui se retrouve quasiment à l'identique chez Kalidasa, un poète indien antique.

Parmi les mots interessants à trouver dans ce récit, citons :
Escarbot, à ne confondre ni avec escabeau, ni avec escargot. Il s'agit en fait d'un scarabée, et les deux mots ont d'ailleurs la même racine : escarbot est populaire, scarabée est savant, comme la plupart des mots masculins en -ée (lycée, caducée...).
L'histoire de l'aigle, du lapin et de l'escarbot a été reprise par La Fontaine, et explique pourquoi les aigles pondent quand il fait encore froid (au cas vous vous seriez posé la question)...
Cédule (féminin) : Vieux terme pour une reconnaissance de dette, d'engagement...
De ce côté-ci de l'Altlantique, il n'est plus guère utilisé qu'en argot judiciaire français (cédule de citation) ou suisse (cédule hypothécaire).
Mais nos cousins québéquoués l'utilisent dans un autre sens, celui de programme, ou "schedule" en anglais (à prononcer skédoul' si vous êtes  Américain, chédioul' si vous vous sentez plutôt l'âme british). Maizalor, me direz-vous il s'agit donc d'un horrible anglicisme !
Oui et non...
Oui, parce que quand on construit le verbe céduler pour dire « programmer à un horaire donné », il s'agit d'un calque de l'anglais.
Non, parce que schedule vient lui-même du mot français cédule ! La boucle est bouclée.
Par ailleurs, j'ai trouvé trace d'un usage moderne de cédule pour remplacer post-it. N'est-pas charmant ? Adopté !

Partager cet article

3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 20:24
chevauxVous connaissez sans doute l'expression "Avec des si, on mettrait Paris en bouteille". Ça se dit en anglais :
If wishes were horses, beggars would ride.
Littéralement :
Si les souhaits étaient des chevaux, les mendiants iraient à cheval.

J'ai éclaté de rire aujourd'hui en lisant Andrew Dessler sur Grist :
If wishes were horses ... everyone would get trampled to death.
Si les souhaits étaient des chevaux,... tout le monde mourrait piétiné.
Pour les anglophones, allez le lire dans son contexte, ça vaut son pesant d'arachides...

PS : Apprendre quelque chose from the horse's mouth (de la bouche du cheval), c'est l'obtenir de première main. Je crois que l'origine est à chercher du côté des tuyaux de turfistes : un entraîneur peut se tromper, mais si c'est le cheval lui-même qui vous dit qu'il est en forme...

 

Partager cet article

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao