Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 00:35
Ah nom de nom... Qu'un gouvernement de droite veuille se débarrasser des 35 heures, et repasser à 39 (ou 40 ou 45... au point où on en est je ne serais pas surprise) c'est une chose au fond assez prévisible.
Mais qu'elle annonce sans état d'âme vouloir
faire disparaître la limitation du temps de travail elle-même, là pour le coup on a un vrai problème.

Jusqu'ici on se contentait de grignoter les acquis sociaux des 30, 40, 50 dernières années et c'était déjà remarquablement ahurissant. Mais du train où les choses avancent avec la remise en cause de choses aussi frivoles que  le droit de grève (racheté pour mille euros, avant que le tribunal ne vienne y mettre son nez) ou les indemnités de licenciements, je sens qu'on va tranquillement revenir sur des décisions finalement pas très sages de ces bolchéviques du Front Populaire comme, je sais pas moi, les congés payés.

palais de la decouverteUn autre patrimoine qui date du Front populaire et qui est en grand danger de disparaître pour de bon, c'est le Palais de la Découverte, un lieu d'une rare inventivité dans la didactique et la tranmission de l'émerveillement. Pour citer un ami qui sait apprécier les bonnes choses,
c'est un endroit cool pour avoir les cheveux qui se dressent sur la tête ou pour lancer des éclairs avec ses doigts. On ne saurait mieux dire...

Un conseil donc : dépêchez-vous d'en profiter, d'autant que l'expo du moment est consacrée à un thème passionnant (mais vous connaissez ces savants, des professeurs Nimbus toujours à parler de choses sans aucun lien avec l'
actualité ni les vraies préoccupations des gens) : rien moins que Volcans Séismes Tsunamis : Vivre avec le risque. Si vous avez de la chance, vous y croiserez peut-être un de mes amis, géologue de formation et pédagogue de vocation, et vous irez vous coucher moins bêtes.

Ceci fait, vous pourrez ensuite, en toute connaissance de cause, aller signer la
pétition de défense du palais...

En attendant de vous y voir, bonne nuit !

Repost 0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 14:08
FIn de la fournée du mois dernier, rue Trousseau (11e) : ce gangster plein de tatouages avait l'air déterminé à ne pas céder sa place.



Pour une illustration musicale vintage : Les Mauvais garçons et C'est un mauvais garçon.


Repost 0
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 12:16
Je regarde à l'occasion quelques séries américaines, parmi lesquelles, depuis que  des amies m'en ont  fait regarder quelques épisodes, Ugly Betty.
Vous en avez sans doute entendu parler récemment, vu que son arrivée sur les écrans français (prévue pour bientôt, si ce n'est déjà pas) a déclenché un déluge d'article facile sur le thème de "la laideur est à la mode".
(J'ai commencé cet article en février.. entre temps, la vague de fashion mocheté a bien eu lieu. Je devrais me reconvertir dans la divination)

Right. Je suis d'accord pour dire que beaucoup de choses considérées  comme  à la mode sont laides, mais  non,  franchement, être moche n'est et ne sera probablement jamais cool... sinon,  ils auraient engagé une fille vraiment laide pour jouer le rôle titre ;-)

Mais je digresse. Il se trouve que j'ai  récemment regardé un épisode (le 13e de la deuxième saison, oui, je sais c'est mal) où  un personnage de gentille doit servir de mère porteuse à la grande méchante (c'est une adaptation de télénovela hein, faut pas s'étonner du scénario...).

Voici donc la scène supposée correspondre au transfert d'embryon :



Tout ce qui est représenté là est faux à tellement de niveaux que je ne sais pas par où commencer.

1/ Aspects pratiques :
 
À ma connaissance, on ne filme pas le transfert d'embryon. On pourrait introduire une caméra à fibre optique pour suivre l'opération, mais elle ne permettrait de voir que l'endomètre utérin (en gros du rouge et du rose). Pour voir l'embryon il faudrait un microscope. Vous avez déjà vu la taille d'une optique de microscope ?
(Je vous laisse imaginer les allusions graveleuses que je me refuse à écrire...)

Or les images présentées à l'écran ont été prises par un microscope, avec un environnement extrêmement contrôlé (sinon, l'embryon serait très vite passé au dessus ou au dessous du plan de mise au point).

2/ Aspect biologique :


Dans la fécondation in vitro, comme son nom l'indique, la fécondation est faite hors du corps, et c'est hors du corps qu'ont lieu les première divisions. On implante un embryon, pas une cellule-oeuf !
Les images qui sont montrées n'ont donc rien à avoir avec une implantation.

3/ Aspect temporel :


Une cellule-oeuf se divise très vite par comparaison à une cellule normale (elle saute certaines étapes du cycle cellulaire qui prennent beaucoup de temps), soit, mais cela lui prend tout de même plus d'une demi-seconde par division...

Et puis il y a quelque chose de surréaliste à laisser imaginer au public qu'une cellule-oeuf attend le top-départ et l'arrivé des spectateurs retardataires pour commencer sa division. 5, 4, 3, 2, 1, Partez !

Enfin, les bruits... Bon sang, cet amas de cellule n'est pas en train de clapoter joyeusement dans un bidet, et quand bien même ce serait le cas, je doute qu'un micro puisse en capter le son !

Je précise que je suis loin d'être une obstétricienne spécialisée en FIVETE , donc je ne relève peut-être même pas toutes les erreurs. S'il y a un médecin dans la salle...
C'était ma diatribe profondément inutile du jour...

Repost 0
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 19:48
Je ne sais pas si vous avez  comme moi l'occasion d'admirer d'un oeil absent les affiches de films généreusement disposées par la RATP pour meubler nos attentes. La dernière fois que j'ai fais ça, j'ai été douloureusement ramenée à la conscience par mon incrédulité face à ce que je voyais.

Bien sûr, les films d'animations, plus encore que les autres, ont droit à la licence poétique.
Bien sûr, l'utilisation d'animaux parlants nécessite de petits arrangements avec la basse réalité anatomique.
Bien sûr, les poulets de Chicken Run ont une dentition à faire baver un cheval d'envie.
Mais cela n'excuse pas tout.

Cela n'excusait pas le pis qui pendouille de l'entrejambe d'Otis le taureau (ou le boeuf ?) héros de La Ferme en folie. La distinction entre les vaches filles et les vaches garçons est facile à faire, malgré cette uniformité anatomique : les vaches filles ont un noeunoeud rose sur la tête...

Et cela n'excuse pas les horreurs vue sur l'affiche des Aventures de Impy le petit dinosaure.

On peut pinailler sur beaucoup de choses : même sans pouvoir déterminer précisément son espèce, on peut voir que de nombreux traits sont au mieux superfétatoires.



Les oreilles à la Shrek, par exemple, sont un ajout absolument pas documenté par l'enregistrement fossile, qui donne pourtant des détails aussi précis que la présence de plumes ou le grain de la peau des dinosaures...

Il y a aussi la façon dont les pattes de devant sont transformées pour avoir des mains. Pour commencer, les dinosaures ont en général trois doigts aux membres antérieurs (ou moins, comme le T. rex qui en a deux). En mettre quatre n'est pas bien grave, mais la paume est vraiment choquante sur un thérapode. Le pire est bien sûr la présence parfaitement déplacée... d'un pouce opposable ! Mais encore une fois, passons...

Après tout, donner des mains au personnage principal est bien pratique, surtout quand, comme Denver le dernier dinosaure, il est destiné à devenir un guitar hero.



Non, ce qui me pose vraiment un  problème chez Impy ce ne sont pas ses bras primatoïdes ou ses grands  yeux  mammaliens.


Ce sont ses ailes. Dans le dos. Comme un petit démon ou un dragon.
Ce qui lui fait un total de six membres, chose peu courante chez les quadrupèdes en bonne santé...

Bon sang, mais si les producteur voulaient des ailes, il leur suffisait d'appeller le film Impy le petit dragon, et toutes les objections tombaient d'elles-même.
Mais non il a fallu prendre un dinosaure, et transformer l'entreprise en une insulte mortelle envers les personnes de bon sens en général et les paléontologues du Secondaire en particulier.
Snif.

PS
: en complément du beau commentaire de Torotoro, je vous incite à aller visiter ce fabuleux
Bestiaire médiéval où vous trouverez des images des ancêtres d'Impy. Moi, je trouve que ce prétendu dinsaure a defaux airs d'aspic...

Repost 0
Published by Abie - dans Diatribes
commenter cet article
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 18:31
Mon auguste géniteur garde sous son crâne chenu une matière grise en bon état de marche, et une bonne mémoire de ce qu'on lui a inculqué en cours de latin au début des années 1950.

Ce qui le fait tiquer lorsqu'il entend des pédants causer dans le poste pour dire ce genre de chose

Et dans ces différents corpus, ou plutôt ces corpi

Quand on veut rodomonter en latin, on révise ses
déclinaisons et on dit corpora, de corpus, corporis, screugneugneu.
C'
est un peu comme les fats qui veulent dire forii internet au lieu de forums, alors que le pluriel latin sera bien sûr fora...

Repost 0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 12:49
Un responsable de Système U explique, sur France Info, que les lois de "modernisation de l'économie" permettraient de
 relationner honnêtement et sincèrement avec les industriels.

Wahou. Pour solutionner, au moins, il y a l'excuse de la conjugaison un peu velue de résoudre.
Mais relationner ?
*
*  *

Il y a aussi le cas de Martin Hirsch, qui s'obstine à construire le verbe bénéficier avec un COD :  la prime bénéficie les gens, ce qui est un anglicisme (calque de construction) de la pire espèce. Trois points-faute !
*
*  *

Et ça continue... Un des des débatteurs de cet après-midi, des communicants qui discutaient de la communication de Sarkozy, a expliqué que le président était dans une démarche de réassurance.
Sauf que le mot n'est utilisé que dans un sens juridique :

Réassurance : Assurance de l'assureur qui se garantit lui-même contre le risque d'avoir à payer à ses assurés un sinistre trop important ou des sinistres en trop grand nombre. (TLFi)

C'est donc une affectation, car  le mot correct, si on tient absolument à conserver la structure, est 
rassurement. Et c'est aussi un anglicisme.


Allez, j'éteins la radio, sinon je en suis pas rendue...


Repost 0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 22:12
C'est un peu mort, par ici, ne trouvez-vous pas ?
Croyez bien que je trouve cela dommage, mais en ce moment ce petit blog ne remplit pas les critères nécessaires à l'affectation d'un budget de temps et d'énergie conséquent... Celà devrait changer à terme, si tout va bien...

En attendant, deux mots délicieux pour vous faire patienter :

Cacouac : nom masculin.
Selon Voltaire, D'Alembert est un cacouac.
Étymologie : « Cacouac est un mot grec qui signifie mauvais, avec une terminaison iroquoise qui ne signifie rien.» (Charles Nodier).
Vousn'y comprenez rien ? Allez lire toute l'histoire.

Nostoc
: nom masculin.
Aussi appellé vitriol végétal, crachat de lune, fleur de ciel, perce-terre, perce-pierre, vitriol végétal, salive de coucou, écume de terre, beurre magique, ou encore star jelly
en anglais.
Espèce de Cyanobactéries poussant en colonies gélatineuse et hygrophile, dont on a lontemps cru qu'elles tombaient du ciel pendant la pluie.

Si ça ne vous suffit pas, tentez d'aller voir sur
ma page del.icio.us, que je vais essayer d'apprendre à utiliser.

Et soyez sages !


Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 18:18
Je discutais tout à l'heure de génération spontanée, plus préciséement de l'expérience notoire de Van Helmont avec les souris qui émergent d'une chemise sale. Et j'ai eu droit à :

Y'avait des oeufs de souris dedans ?

Morale
:
Tous les hotliners ont raison : il importe de vérifier que les appareils que vous voulez utiliser sont branchés. Et cela vaut aussi pour le cerveau de votre interlocuteur :-)

Repost 0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 16:12
Fantôme entrevu samedi soir sous une porte cochère du début de la rue Godefroy Cavaignac, toujours dans le 11ème arrondissement.


Quelques centimètres de haut, guère plus.
Repost 0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 16:35
Après le mystère de la rue Dieu, voici une autre énigme dans le même style graphique :


Rue Trousseau aussi.

Repost 0

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao