Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 21:52
Pour être complètement honnête, je ne sais pas bien où va ce blog.

Bien sûr, il y a la sempiternelle question de la motivation, mais ce n'est pas le tout : je me pose aussi beaucoup de question sur le contenu de ce blog et son intérêt.
Après tout, quand je suis en phase maniaque1, je fais (ou essaye de faire) plein de trucs, je vois des gens, et je n'ai pas la disponibilité d'esprit pour bloguer de façon approfondie. En phase dépressive je n'en ai ni la force, ni le matériau nécessaire.
Maintenant que je mets mes citations plus ou moins littéraires sur mon tumblelog, et que beaucoup des liens que je découvre passent sur mon twitter au lieu de s'accumuler en listes susceptibles de devenir cohérentes et sujettes à blogation, la quantité et la variété de mes posts s'est considérablement réduite. Bien sûr il y a toujours des sujets qui m'intéressent ou qui me font bouillir, mais il faut croire que je vieillis puisque la nécessité de les partager avec le monde entier s'est faite moins impérieuse.
Ôtés les citations, les butinages de liens et les diatribes, reportés mes grands projets d'artisanat plus ou moins créatif, il reste donc plus guère que des compendiums de bons mots qui n'intéresseront que ceux présents à la profération, les brèves psychorigides sur le thème «haaaaan, le mec qui cause dans le poste a fait une faute de français», et les photos de jolies choses vues dans les rues de Paris, lesquelles sont souvent disponibles ailleurs, en bien mieux.

Vous admettrez que ce bilan n'est pas des plus folichons. Mais il n'y a pas de quoi déprimer non plus : tant que ça m'amuse, après tout, ça en vaut la peine, même si mon chat le chat que j'ai dans ma vie2 (et mes quelques potes expatriés) sont les seuls à me suivre3. La clé est bien sûr de ne pas céder à la tentation de la comparaison : quoiqu'ils portent tous deux le nom de blog, ce petit défouloir n'aura par exemple jamais vocation à atteindre l'époustouflante combinaison de fréquence, pertinence, style et contenu de merveilles telles que (par exemple) Bouphonia, dont la prose ne cesse de me réchauffer le coeur et l'esprit.

A priori, au moins à court terme, je maintiens ce blog ouvert, ne serait-ce que parce que la dernière fois que j'ai ouvert le cahier de brouillon à gros carreaux dans lequel je note ou j'agrafe, si j'y pense, les idées flottantes dont il me semblerait à propose de parler ici,
j'y ai trouvé des entrées non traitées remontant à 2006. Je ne suis peut-être pas tant dépourvue de choses à dire que cela, finalement...
Mais comme dit précédemment, attendez vous pour le moment à plus d'images que de longs discours.


1 : Un ami (qui sait de quoi il parle, de première main) applique le terme de maniaco-dépressif à toute personnne fonctionnant par phases d'hyperactivité enthousiaste et de stagnation introspective. Le comique de la chose est qu'il ne s'est toujours pas rendu compte que j'en suis le meilleur exemple parmi ses amis, simplement parce qu'il ne me voit que pendant mes phases maniaques.
2 : Parce que, pour citer la fille marrante croisée par hasard en débarquant chez elle à l'improviste, «je suis contre l'appropriation des corps». Bon, OK, et aussi parce qu'il n'est pas à moi, en vrai
, d'après la puce RFID qu'on peut lui sentir sous la peau.
3 : On the Internet, no one has to know you're a cat.


Partager cet article

Repost 0
Published by Abie - dans Blogosphères
commenter cet article

commentaires

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao