Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 13:51
En vérité, mes très chers frères, mes très chères soeurs, nous sommes des êtres de lumière.
La preuve : des chercheurs japonais ont montré que le corps humain émet non seulement des infrarouges (chaleur), mais aussi des quantités infimes de lumière, visible seulement par des caméras extrêmement sensibles.
Sur une plage ensoleillée, vous pouvez vous plaindre que votre voisin vous fait de l'ombre, mais dans une pièce complètement noire, il jouerait plutôt le rôle de (minuscule) source lumière. Pousse-toi, tu m'empêches de dormir !

Enfin, je veux bien être une créature de lumière (tant que je ne ressemble pas à un poisson lanterne...), mais ça ne veux pas dire que je dois être polie tout le temps. D'ailleurs, une équipe vient d'apporter une confirmation expérimentale de la sagesse populaire qui veut que jurer comme un charretier n'arrange peut-être pas le problème, mais que, au moins, ça soulage.
Il a donc été démontré que crier des gros mots augmentait la résistance à la douleur, comparé à crier des mots neutres, mais que l'effet est réduit si on est un homme et qu'on se plaint...
Evidemment, il y a plein d'interprétations à faire, en particulier physiologiques (le juron permettrait de passer en réponse agressive, avec libération d'adrénaline, dont l'un des effet est une diminution de la sensibilité à la douleur), mais une question intéressante serait de comparer les résultats en fonction du rapport entretenu par le sujet avec les jurons. Est-ce que proférer des chapelets de mots grossiers ne serait pas plus cathartique quand on est un gendre parfait que pour un punk à chier qui utilise fuck comme adjectif, substantif, et verbe ? L'effet analgésique est-il proportionnel au sentiment de transgression du sujet ?
Comme j'aimerais bien savoir, je suis prête à servir de cobaye : après tout, je fais le désespoir de mes vieux parents en m'exclamant régulièrement «Ah mais putain de nom de dieu de bordel à queue de mèèèèèrde !» ou équivalent, pour des prétextes aussi minces qu'une faute de frappe ou des clés égarées...
(Via le scienceblog Neurophilosophy.)

Pour autant, ne prenons pas pour argent comptant toutes les conceptions populaires : la vengeance, par exemple, ne semble pas être un plat si savoureux que ça, quelle que soit sa température. Elle semble correspondre à un mécanisme psychologique de rumination où l'on souffre plus de la faute initiale que ceux qui ne se vengent pas, y compris après que la démarche de vengeance ait été exécutée...
(Via Bad science, le blog de Ben Goldacre que j'aime d'amour tendre.)

Pour terminer, je voudrais conclure sur une photo de chat.
De chat mignon.
Soyons francs, il s'agit même d'une photo de chat en train de jouer mignonnement à s'enrouler dans du papier cadeau, car je n'ai aucune vergogne.
Mais je vous rassure avant que vous ne sortiez pas votre tromblon pour me faire passer le goût des lolcats, c'est pour la science, que je sers et c'est ma joie : la photo sera donc suivie d'une explication avec un vrai morceau de biologie dedans, et l'honneur sera sauf.
Il s'agit d'un chat aux yeux bleux tout à fait identiques au premier abord, mais bien différents quand on les prend en photo au flash :

Pour l'oeil droit, le tapetum lucidum (membrane réflectrice au fond de l'oeil de beaucoup d'animaux nocturnes) est normalement pigmenté et apparaît vert, Pour l'oeil gauche, le tapetum est décoloré, une caratéristique courante des siamois aux yeux bleux : il apparaît donc rouge comme ce serait le cas pour un humain.
Morale de l'histoire : rouge à babord, vert à tribord... on a trouvé un chat qui respecte les règles de signalisation nautique ! 
(Source : Messy beast).


C'est tout pour aujourd'hui !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao