Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 03:02
Le Canard Enchaîné de cette semaine raille sur sa première page les expressions très imagées des économistes pour décrire les scénarios de sortie de crise : en V (ça s'écroule puis ça rebondit aussitôt), en U (ça s'écroule, ça reste très mauvais un moment, et ça repart), et puis, plus récemment, en racine carrée (ça plonge, ça remonte aussitôt, mais ça se rétablit à un niveau nettement inférieur à celui de départ).

Ce qui ne manque pas de m'intriguer : il me semble que dans les représentations les plus communes, la racine remonte au contraire plus haut que le niveau d'origine... Il faut que je remette la main sur le Canard et que je remonte aux sources, histoire de voir s'il y a eu confusion.

Or ce jeudi matin, Monsieur France Info m'a gratifiée d'un discours d'économiste éminent, dont je n'ai pas du tout retenu le nom, et que je cite d'ailleurs de mémoire. À la question de savoir si on pouvait encore espérer une reprise économique «en V», il répond que pas du tout, ce sera en fait «en W, en racine carrée, ou en saxophone».
L'imagination visuelle de ces grands bambins n'a décidément pas de limite.

Reprenons : on sait que la bourse a dégringolé très bas, donc on sait déjà que le schéma va commencer par une descente : \.
Fort bien.
Il semble y avoir un frémissement sur les marchés, qui prête à penser que la descente est enrayée, et qu'une remontée s'amorce. Ok. On peut donc prédire une forme en V-ou-presque, car alors trois possibilités s'offrent à nous (les coquines) :
- soit ça redescend sans se stabiliser
- soit ça se stabilise plus haut qu'au départ
- soit ça se stabilise plus  bas
Ce qui nous donne respectivement :
- Une reprise en W (parce que ça ne peut bas baisser longtemps voyons, ça finira bien par remonter mon bon monsieur !)
- une reprise en racine carrée standard (pas celle -que j'ai cru voir- décrite dans le Canard, la vraie)
- une reprise en saxophone, objet qui sous sa forme la plus connue a un tube qui remonte un peu, mais pas plus haut que la moitié du corps de l'instrument.

Donc ce cher expert viens de gâcher cinq minutes d'antenne, et pas mal d'activité de mon cortex visuel, pour nous dire qu'il n'a pas la moindre idée de ce que donnera la suite. Et ça me fait bien rigoler.

Entendons-nous cependant. Je n'ai rien contre la typologie, loin de là : après tout je suis biologiste de formation : je n'ai donc pas besoin d'être convaincue de l'utilité d'une classification.  Je n'ai pas non plus d'objection de principe à l'encontre de l'usage de symboles ou d'images évocatrices pour illustrer ces typologies : une vallée en V est bien différente d'une vallée en U et correspond à un mécanisme de formation distinct facile à expliquer.
Ma question est la suivante : à quoi sert cette typologie purement descriptive qui recouvre l'ensemble de l'univers des possibles ? 
Une fois qu'on aura dit «La reprise économique de 2009 s'effectua selon un schéma en saxophone», est-ce qu'on a fait avancer le schmilblick d'un iota ?
Est-ce qu'on a observer une différence de nature, de mécanisme, de développement subséquent entre ces jolies reprises en U, V, W ou digamma ? Cela permet-il d'élever le caractère prédictif de la science économique au-dessus de la nullité epsilonesque de sa valeur actuelle ?
À ces trois questions, je suis tentée de répondre par un non franc et massif.


Conclusion : Non seulement nos experts n'ont pas la moindre idée de ce qui nous attend, mais ils parasitent le débat avec des classifications qu'on peut croire informatives pendant à peu près une seconde et demi.
Après ce délai critique, j'ai un neurone qui s'excite et qui râle qu'on le prend pour un con.

C'est l'histoire d'un saxophone qu'est amoureux d'une racine carrée, mais leur amour est impossible : elle aime une clé à molette.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyril 13/07/2009 20:24

Ce qui me laisse rêveur quand je lis ça, c'est que les économistes affirment pratiquer une science...! Des scientifiques qui ne savent que forger des termes descriptifs et des concepts fumeux, ça existe, mais normalement, ce ne sont pas eux qui tiennent le haut du pavé. Enfin, pour l'instant...

Abie 14/07/2009 04:21


Je pense qu'il suffit simplement de s'entendre sur les mots : les «spécialistes de la conjoncture» ne sont pas des chercheurs en économie, et ne prétendent pas l'être...
Ça me fait penser que j'avais bien aimé l'Antimanuel d'économie de B. Maris, et qu'il faudrait que je me procure le tome 2.


Nimwendil 10/07/2009 10:10

Je pense qu'en ce moment ils sont trèèèèès fatigués par leur boulot con et chiant et qu'ils essayent de s'amuser comme ils peuvent. Doit y avoir un concours occulte parmi eux pour trouver la comparaison la plus originale ET qui détourne l'attention de leur incompétence.Mais attention de ne pas tomber dans la "uncanny valley" :) http://en.wikipedia.org/wiki/Uncanny_valley

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao