Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 00:02
Voilà quelques temps, je vous entretenais des dichotomies qui divisent le monde en factions invisibles mais profondement significatives, comme par exemple les gens Larousse et les gens Robert.
Vous trouverez sans doute d'autres séparations binaires amusantes dans cette liste d'Abstruse Goose.
J'envisage de monter un site de rencontres, qui se baserait sur ces choix-là : au moins, le questionnaire serait stimulant, dans le genre de : «Préférez vous pi ou e ?»
 
Mais voilà vraiment très longtemps que je n'ai pas eu de guest post, ces articles écrits par des invités...
Or, je vous le demande, à quoi cela sert-il de connaître des gens passionnants,si on ne peut pas les exploiter un petit peu ?

Je laisse donc la parole à Sabine et Rodrigo, qui dans une louable volonté d'établir une paix durable à la surface du globe, ont décidé de résoudre le problème séculaire de l'opposition entre les petitboutiens et les grosboutiens. Ils y parviennent, et avec quel brio !



Ton récit ô combien pertinent de la guerre entre les Lilliputiens, opposant les partisans de l’oeuf à la coque par le petit bout et ceux de l’oeuf à la coque par le gros bout, nous a profondément marqués, Rodrigo et moi.
Nous avons donc décidé de procéder à une expérience.

L’expérience inédite : l’oeuf sur le côté (effet de bruit de tonnerre).

I Genèse de l’expérience


- C’est fou cette histoire.
- C’est vrai, par le petit bout ou le gros bout, n’importe quoi.
- Oui, pourquoi pas sur le côté ?
Silence.
- Tiens, oui, pourquoi pas ?


Il a donc été convenu de déguster chacun un oeuf à la coque sur le côté dès le lendemain. Rodrigo, qui est ingénieur, a trouvé un moyen de poser l’oeuf sans qu’il roule. Moi, qui ne manque pas de ressources, j’avais ce qu’il fallait.

II Réalisation de l’expérience


1. Cuisson

Le lendemain, nous nous sommes préparés à faire les oeufs à la coque.
Rodrigo a posé le dispositif sur l’assiette (un petit élastique de bureau)


et j’ai calculé le temps de cuisson des oeufs.

- C’est vraiment une bonne idée que tu as eu, comme c’est amusant !
- Non, c’est toi qui as eu l’idée.
- Hein ? Mais non, je m’en souviens bien, c’est toi.
- Ah non, je m’en souviens bien, c’est toi.
Silence.

Les trois minutes trente s’étaient écoulées. Nous avons donc abandonné ce délicat problème et sorti les oeufs de l’eau bouillante.



Quelques minutes plus tard, je répondais aux injonctions « oui, c’est bien, souris, regarde la caméra, baisse un peu le visage, oui, donne-nous envie d’en manger, comment ça se fait qu’il n’y ait aucun projecteur et pas de maquilleuse ici ? » parce qu’il fallait bien prendre des photos pour illustrer l’expérience.



2. Dégustation

La dégustation des oeufs à la coque sur le côté présente deux avantages majeurs :

a) disparition du coquetier ; deux élastiques de bureau suffisent et ils sont réutilisables pour d’autres applications,
b) l’oeuf est plus facile à affouiller à la cuiller. Oui, affouiller, regarde là si tu ne me crois pas.

Nous nous sommes régalés avec nos oeufs sur le côté, puis mutuellement congratulés de cette expérience puisque nous ne savions plus qui en avait eu l’idée en premier de toute façon, que nous avions chacun fait preuve de la même méticulosité, du même engagement et osons le mot, du même professionnalisme dans cette entreprise et que les oeufs à la coque, c’est bien bon.


Nous avons convenu de réitérer l’expérience à l’avenir et de te faire part de nos conclusions.

III Conclusion de l’expérience et dilemme


Avant de rédiger ce compte-rendu, j’étais joyeuse, confiante, pleine d’espoir pour l’avenir : nous avions trouvé une solution viable pour concilier les partisans des deux camps, la solution pour faire régner la paix dans le monde, en somme. Quel dommage que les Lilliputiens soient un peuple de fiction.


Mais, en écrivant, un doute m’a saisie : avec notre troisième voie, notre voie du milieu - si l’on tient à prendre un ton mystique - n’ouvrions-nous pas le champ à d’autres conflits, en réalité ?

N’étions-nous pas en train de créer une autre chapelle, potentiellement tout aussi intolérante que les deux autres ?

Alors que me revenaient des bribes du chaos provoqué par l’imposition brutale de l’anglicanisme sur un peuple déchiré entre catholicisme et protestantisme, mon coeur se serra en pensant à tous les âpres

conflits qui ne manqueraient pas de naître d’une telle révélation.

J’ai donc décidé de proposer la nouveauté de l’oeuf à la coque sur le côté en tant qu’ajout aux possibilités déjà existantes, et en tant
qu’enrichissement culturel du patrimoine déjà foisonnant de l’humanité, en espérant que cette trouvaille nous permette de garder en mémoire les valeurs de la tolérance, de la curiosité, de
l’évolution, et que l’oeuf à la coque, c’est bien bon (final aux violons).

Amicalement,
Sabine (et Rodrigo)




Je demande pour eux, mesdames et messieurs, rien moins qu'un tonnerre d'applaudissements !


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tororo 10/07/2009 04:02

Oui, mais qu'adviendra-t-il si en quelque rivage il se trouve des talapoins pour fulminer que tous les vrais croyants auront à entamer leurs oeufs par le côté gauche (car il sera anathème celui qui commettra l'abomination que font les impies avec le côté droit de la coque) - tandis que sur la rive opposée le Comité en son plenum dénoncera comme déviationniste une telle pratique gauchisante?

maurinier 10/07/2009 00:26

Bravo à Sabine d'avoir si bien raté la recette de ses oeufs au plat

bli 04/07/2009 19:23

Clap ! Clap ! Clap ! Clap !

Nimwendil 04/07/2009 11:35

Huhuhu, j'adore ce ton :)

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao