Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 21:45
Il y a une heure, mon dizygote m'appelle pour me dire qu'il faut absolument que je regarde ce qui passe sur France 4, là tout de suite, maintenant. Comme je suis bonne pâte, je m'exécute, et je tombe donc sur un nouveau magazine de reportage intitulé Global resistance.
Il y a un petit reportage sur Alexandre Orion, un artiste qui pratique le street art le plus subversif qui soit : au lieu de faire du pochoir avec de la peinture sur des murs propres, il taggue en nettoyant des murs sales !
Ca s'appelle le reverse graffiti, ou le clean tag, et c'est donc à la fois futé car difficilement reprochable («mais m'sieur l'agent, je nettoyais !»), facile à faire, et subversif puisque ça s'applique par définition sur à des espaces urbains très négligés.
Vous pouvez en apprendre plus par ici (français) ou là (anglais), ou aller sur son site.
Dans le même genre, on voit aussi Pixelator, qui avec du carton et des gélatines de photo réussit à tranformer l'agression publicitaire en art minimaliste...


Une nouvelle émission sympathique qui me donnera peut-être envie de me mettre à regarder la télé, peut-être ? J'ai bien peur que non.
Parce que, quand on fait un reportage sur les groupes de samba militants, dont l'un s'appelle Breach of Peace Samba, traduire ce nom par «Paix par la Samba», ce n'est pas une bourde, c'est une trahison, vu que ça signifie en fait : «Trouble à l'ordre public».

Les reportages suivants entreprennent de me raboter les nerfs avec la voix off la plus pénible de la création, et je relève de mon oreille pourtant distraite encore deux erreurs de traduction tragiques : To fix qui donne «fixer» (au lieu de «réparer, soigner, régler») et epiphany qui donne «épiphanie» (au lieu de «révélation»).
C'est gentil de vouloir soutenir l'industrie du papier calque, mais ça sape vraiment la crédibilité du reste...

Et oui, je sais, je suis râleuse, pinailleuse et véhémente. Ne me dites pas que vous êtes surpris...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nimwendil 15/04/2009 15:29

Merci, j'ai passé mon début d'aprem à regarder ça, parfois d'un oeil/oreille distraits certes, au lieu de bosser :PLe sujet de l'émission est plutôt sympa quand même, mais c'est clair que ça fait cheap... Et tout à fait d'accord avec toi sur les erreurs qui plombent le tout (oué, pour le groupe de Samba, fallait le faire tout de même >_

Abie 15/04/2009 16:15


Oui, je sais, j'en rajoute ;-.p
Je fgarderai un oeil sur l'émission, et ça m'incitera peut-être même à me renseigner sur les programmes de France 4, dont je n'avais jamais vu une seule image. Mais on ne peut pas dire que ça me
réconcilie avec la télé...


Sandra 15/04/2009 11:42

Parce que, quand on fait un reportage sur les groupes de samba militants, dont l'un s'appelle Breach of Peace Samba, traduire ce nom par «Paix par la Samba», ce n'est pas une bourde, c'est une trahison, vu que ça signifie en fait : «Trouble à l'ordre public». Les reportages suivants entreprennent de me raboter les nerfs avec la voix off la plus pénible de la création, et je relève de mon oreille pourtant distraite encore deux erreurs de traduction tragiques : To fix qui donne «fixer» (au lieu de «réparer, soigner, régler») et epiphany qui donne «épiphanie» (au lieu de «révélation»).M'en parle pas, j'étais déjà assez pénible à vivre (comme chacun sait) pour Mon Cher Et Tendre à lui corriger sans cesse ses fautes d'accord du participe passé avec auxiliaire avoir, mais depuis que je suis dans la traduction, je suis devenue carrément monomaniaque. Impossible de lire la presse sans pousser des cris. Du coup, je crois que les voisins sont convaincus que je suis atteinte de Gilles de la Tourette.

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao