Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 00:00
Je retombe sur les notes que j'avais prises voilà un an en lisant De profundis d'Oscar Wilde, écrit lorsqu'il purgeait sa peine de travaux forcés dans la geôle de Reading.
Il est difficile d'en extraire telle ou telle citation, puisque quasiment tout ce que cet auteur écrit aurait sa place dans un recueil d'aphorisme...
Néanmoins, en voici quelques unes. Par exemple, sur l'infâmie de la prison :

Two of the most perfect lives I have come across in my own experience are the lives of Verlaine and of Prince Kropotkin, both of them men who have passed years in prison.

Sur les règles à suivre pour mener sa vie :


Morality does not help me. I am a born antinomian. I am one of those who are born for exceptions not for laws. (...)
Religion does not help me.
The faith that others give to what is unseen, I give to what one can touch and look at. My gods dwell in temples made with hands; and within the circle of actual experience is my creed made perfect and complete. (...)
When I think about religion at all, I feel like I would like to found an order for those who cannot believe : the Confraternity of the Fatherless one might call it, where on an altar, on which no taper burned, a priest, in whose heart peace had no dwelling, might celebrate with unblessed bread and a chalice empty of wine.

Ecrit par un auteur irlandais à la toute fin du dix-neuvième, tout de même...
Il parle évidemment beaucoup de sentiments, vu les raisons de son séjour en prison.

Love is fed by the imagination, by which we become wiser than we know, better that we feel, nobler than we are : by which we can see Life as a whole : by which, ans by which alone, we can understand others in their real as in their ideal relaions.

But Love does not traffic in the marketplace, nor use a huckster's scales. Its joy, like the joy of the intellect, is to feel itself alive.

Et puis celle-ci, que j'aime beaucoup, et que j'aurais juré avoir déjà publiée ici :

A man whose desire is to be something separate from himself, to be a member of Parliement, or a successful grocer, or a prominent solicitor, or a juge, or something equally tedious, invariably succeeds in being what he wants to be. That is his punishment. Those who want to wear a mask have to wear it.

Je ne ferai pas à l'auteur l'insulte de le traduire, mais si l'anglais vous incommode je ne saurais trop vous encourager à le lire en français.


Partager cet article

Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article

commentaires

Nimwendil 11/02/2009 10:19

"puisque quasiment tout ce que cet auteur écrit aurait sa place dans un recueil d'aphorisme..."C'est clair, et d'ailleurs il fait depuis longtemps les choux gras de tous les éditeurs de "Dictionnaires de citations" & assimilés, qui pour le coup doivent forcément avoir un autel quelque part chez eux pour célébrer celui qui assure 50% de leur contenu ! Moi aussi je dirais bien que ce gars était un Dieu, mais il n'apprécierait pas :) N'empêche qu'il y a quelque chose de surnaturel dans sa largeur d'esprit et sa perception des sentiments humains...En tout cas merci beaucoup pour ces extraits que je ne connaissais pas, notamment le dernier, sublime (c'est marrant comment il peut faire penser à des gens...)Pour ce qui est de la lecture intégrale de De profundis, ça me donne envie, mais ayant lu Souvenirs de la Maison des Morts de Dostoievski y'a pas longtemps, j'attendrai un peu avant de me lancer dans un autre "récit carcéral" !

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao