Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 02:13
Pour la première partie des mots ansés allez donc voir par là-bas si j'y suis.

Catharsis : Sans doute une des raisons pour lesquelles je pleure bien plus au cinéma, ou sur mes livres, que dans la vraie vie.

Catilinaire : Un peu comme une philippique, mais trois cents ans plus tard, et en latin. Oeuvre d'un pois-chiche célèbre.

Chalaze : Vous en avez déjà vu plein, même si vous n'avez jamais lu ce mot : voir image ci-contre.
Pour ce qui est du sens botanique, ben, c'est à l'opposé du micropyle.

Chèvrefeuille : Apparemment le nom est dû à ce que sa forme évoque effectivement des oreilles de chèvres, comme en témoigne son nom latin (caprifolium).

Chromaffine : Pour commencer, le mot est amusant (on dirait chromatine prononcé avec une dent cassée).
Et puis la chose est intéressante : les cellules chromaffines se trouvent dans la moelle des glandes surrénales et produisent la plus fameuse des hormones de stress : l'adrénaline. Elles sont capables de relarguer brusquement leur stock sous commande nerveuse (par exemple quand quelqu'un vous hurle dans les zoneilles), ce qui en fait, avec l'axe hypothalamo-hypophysaire, l'exemple type du concept de "synapse neuro-endocrinienne".


Chrysostome : C'est l'épithète non homérique associée au Saint Jean du quatrième siècle, par opposition à st Jean l'évangéliste, pour ne pas dire Saint-Jean-pas-celui-là-l'autre, ce qui la foutrait mal.
De Chryso- : doré et stoma : la bouche, il s'agit donc de Saint Jean Bouche d'Or, comme le chante Brassens :

Les Saint Jean Bouche-d'Or qui prêchent le martyre
Le plus souvent, d'ailleurs, s'attardent ici-bas
Mourir pour des idées, c'est le cas de le dire
C'est leur raison de vivre, ils ne s'en privent pas. (Mourir pour des idées)

Un peu difficile à caser dans la conversation, je vous l'accorde, si ce n'est pour complimenter un orateur brillant. A défaut, rabattez vous sur les statues  grecques chryséléphantines, c'est-à-dire faire d'or et d'ivoire.

Cinéraire : Juste une bête fleur, avec des corymbes. Doit son joli nom à un aspect supposément cendré. M'évoque irrépréssiblement la prière Miserere.

Cladode : Pousse sur le fragon. Porte une pointe vulnérante.

Cochlée : Limaçon confortablement lové au creux de votre capsule otique. On ne regrette généralement son existence qu'en cas de voisin bricoleur dominical et impénitent.

Coquecigrue : Oiseau imaginaire tenant du coq de la cigogne et de la grue, cher à Rabelais.
Rien de très original : c'est même devenu l'achétype du mot bizarre -si l'on peut dire - : il y a  des  blogs appellés coquecigrue.net et coquecigrue.over-blog.com, c'est pour dire!
A la venue des coquecigrues : quand les poules auront des dents.
Regarder voler des coquecigrues : bayer aux corneilles

Créosote : Ce pourrait être le nom d'un délicieux plat régional. Et ben pas du tout du tout, du tout. La créosote est un mélange complexe d'hydrocarbures polycycliques aromatiques et de composés phénoliques provenant de la distillation du goudron de houille. Et d'après le dictionnaire de l'Académie, ça pue, et ça a un goût dégueulasse..
D'ailleurs, c'est maintenant interdit
Des experts ont fini  par réaliser que  les polycycliques condensés, c'est cancérigène. Seulement trois cents ans après Percival Pott, bien joué les gars.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao