Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 00:00
Pas de doute, l'anglais est une langue qui se perd... Comment ça? Alors que tout le monde le parle?
Très bien, je précise : l'anglais natif se perd.
(Via The sharpener, dont j'adore la tagline : Trying to make a point)
Edit : pour répondre à la remarque de Dèm : oui, l'anglais est souvent une seconde langue, mais cette étude montre que les étudiants étrangers des facs anglaises maîtrisent mieux l'orthographe que les natifs...)

Les verbes irréguliers (j'ai failli dire "forts") souffrent aussi : j'ai lu récemment une remarque censée émuler le parler plouc, et qui orthographiait ait "qui l'eût cru?"  d'une façon fabuleuse  : who wudda thunk ? (who would have thought, avec une régularisation brutale variation fort originale, mais toujours irrégulière, de la forme passée de to think, ç-à-d thought)


Et la grammaire ne semble pas mieux en point que l'orthographe, comme le montre ce petit test  sur Google Fight :

Pour ceux qui sont un peu perdus, il s'agit d'un des rares cas où le subjonctif irréel anglais a une forme distincte du passé. Plus pour longtemps, on dirait...(une fiche de cours par ici)
Logiquement, les formules figées résistent un peu mieux : "If I were" domine sur "If I was", et les subjonctifs identiques à la forme du passé sont utilisés de façon correcte : how I wish you were here...

Remarque  suite aux critiques d'un éminent angliciste : il semblerait que la différence entre "I wish I were" et "I wish I was" relève plus de la nuance entre soutenu et courant au de l'erreur réelle, un peu comme Il eût fallu/Il aurait fallu. On m'aurait donc menti?

Les dernières exceptions de l'anglais, qui n'en a pourtant pas des masses, se font raboter pour en faire la lingua franca d'internet.  Mais peut-être, me direz-vous, que les règles importantes ne risquent rien? Bonne question, je vous remercie de l'avoir posée...
Pour y répondre, je me suis penchée sur le cas de LA règle ultime en anglais : le "s" à la troisième personne du singulier au présent, la seule chose qui ressemble de près ou de loin à une conjugaison dans la lanue courante. Eh bien c'est encore trop pour certains...

Résultats des comparaisons sur Google Fight
   n° he she it
does 1 86,800,000 37,100,000 435,000,000
do 2 9,780,000 3,740,000 25,700,000
% F/V 2/1 11% 10% 6%
doesn't 3 55,900,000 23,600,000 204,000,000
don't 4 2,350,000 2,420,000 12,500,000
 % F/V
4/3 4% 10% 6%
doesnt 5 3,490,000 2,310,000  10,600,000
dont 6 688,000 586,000 2,380,000
% F'/V' 6/5 20% 25% 39%
% V'/V 5/3 6% 10% 5%
% F'/F 6/4 29% 24% 19%
% F'/V 6/3 1% 2% 1%
%F+F'+V'/V   11% 22% 12%

(Légende : V = bleu/correct, F = fautif, V'= défaut d'apostrophe, F'= fautif + défaut d'apostrophe.)

Où l'on peut voir que pour dix cas où "she does" est correctement écrit, il  y a une occurence de "she don't", ce qui est tout de même beaucoup.
Mais les choses empirent quand on abaisse les standard : si je cherchent des formes de la négative sans apostophe, le rapport (forme sans s)/ (forme avec s) décolle...  Chez les oublieurs d'apostrophe, c'est un quart des cas qui omettent aussi le s de troisième personne! Pas de doute, la ponctuation, c'est fondamental : lâchez là-dessus et rien ne va plus...

Mes chiffres ne me satisfont pas vraiment (il faudrait calculer les pourcentage sur le nombre total), mais c'est assez pour aujourd'hui... Les lecteurs intéressés par une analyse rigoureuse et intéressante du langage iront plutôt voir chez le grand maître Jean Véronis d'Aixtal...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dém 08/04/2006 00:05

Dans le genre, en français:«on pourrait quand meme croire que c'est magasins on étaient bouclés car ils vendaient trop cher»

perlette, prépare le CAPES d'anglais 06/04/2006 14:17

Et oui, ce qu'on nous apprend dans les manuels de lycée et de collège est complètement HORS-SUJET, je suis bien placée pour le savoir: nous étudions ces manuels en cours de pédagogie-didactique (préparation au capes). J'ai pas d'exemple à l'esprit, mais c'est hallucinant... on a l'impression de complètement réapprendre l'anglais à partir de zéro en post-licence!
Autre exemple, la contraction "it's" pour "it is" tend à se mondialiser en "its", c'est-à-dire la même forme que l'adjectif possessif... Ma correspondante américaine (c'est du vécu), même quand elle y réfléchie (ce ne sont donc pas vraiment des fautes d'inattention...)  ne sait même plus à quoi correspondent respectivement it's et its, lequel est la forme verbale et lequel est l'adjectif possessif... bref bref bref...

Abie 07/04/2006 05:16

D'ou l'article cité au début de ma note : parmi les étudiants d'une fac anglaise (en science) les meilleurs en anglais formel sont les étrangers...un peu triste, je trouve.

Ruxor 02/04/2006 17:09

« If I was » peut être correct, par exemple dans une phrase comme : « If I was wrong about you, please accept my apologies. » Ce n'est qu'une raison de plus d'essayer de conserver la différence entre subjonctif et indicatif.  Pour ce qui est de « thunk », des informaticiens en ont fait un petit jeu de mot, cf. http://en.wikipedia.org/wiki/Thunk (a thunk is a computation which has already been thunk about).

Abie 02/04/2006 22:34

Oui, effectivement, le choix du du temps pour "If I..." dépend du sens voulu : il est donc d'autant plus étonnant d'observer que If I were dépasse If I was en fréquence. Un mystère sas doute.Quant à thunk, la question est : est-il quoique ce soit dont les informaticiens ne fassent pas "un petit jeu de mot"? :-)

Dém 01/04/2006 20:06

Amusant... Mais il ne faut pas oublier que beaucoup de gens écrivent en anglais alors que ce n'est pas leur langue maternelle, d'où des erreurs. Et puis, il est tellement facile d'oublier des touches quand on frappe vite. En plus le cerveau corrige automatiquement au moment de la (re)lecture, ça complique les choses. Pour les "raccourcis" syntaxiques on a la même chose en français, avec la détestable syntaxe parlé "que jé lu tré souven" (forme "respectueuse des forum" du "ke g lu tre souven").J'ai entendu une discussion au sujet des dangers d'internet sur l'écriture: il parait que c'est un peu l'équivalent de notre argo et autre verlan.... Ou l'évolution de notre langue tout simplement (je ne pleurerai pas sur la disparition de certaines conjugaisons françaises ou anglaises ;) )

Abie 01/04/2006 20:16

"une discussion au sujet des dangers d'internet sur l'écriture"Je me souviens avoir eu une discusion énergique il y a trois quatre ans sur ce thème : je refusais le défaitisme, et je maintenais que l'orthographe SMS était juste un code. Après avoir vu les copies de la génération SMS-IM, j''ai changé d'avis : les gosses écrivent/lisent comme ca depuis qu'ils ont huit ans, ne lisent ni bouquins ni journaux et vivent dans une culture infiniment plus oralisée que les plus de 20 ans  peuvent se l'imaginer...

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao