Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 19:48
Je ne sais pas si vous avez  comme moi l'occasion d'admirer d'un oeil absent les affiches de films généreusement disposées par la RATP pour meubler nos attentes. La dernière fois que j'ai fais ça, j'ai été douloureusement ramenée à la conscience par mon incrédulité face à ce que je voyais.

Bien sûr, les films d'animations, plus encore que les autres, ont droit à la licence poétique.
Bien sûr, l'utilisation d'animaux parlants nécessite de petits arrangements avec la basse réalité anatomique.
Bien sûr, les poulets de Chicken Run ont une dentition à faire baver un cheval d'envie.
Mais cela n'excuse pas tout.

Cela n'excusait pas le pis qui pendouille de l'entrejambe d'Otis le taureau (ou le boeuf ?) héros de La Ferme en folie. La distinction entre les vaches filles et les vaches garçons est facile à faire, malgré cette uniformité anatomique : les vaches filles ont un noeunoeud rose sur la tête...

Et cela n'excuse pas les horreurs vue sur l'affiche des Aventures de Impy le petit dinosaure.

On peut pinailler sur beaucoup de choses : même sans pouvoir déterminer précisément son espèce, on peut voir que de nombreux traits sont au mieux superfétatoires.



Les oreilles à la Shrek, par exemple, sont un ajout absolument pas documenté par l'enregistrement fossile, qui donne pourtant des détails aussi précis que la présence de plumes ou le grain de la peau des dinosaures...

Il y a aussi la façon dont les pattes de devant sont transformées pour avoir des mains. Pour commencer, les dinosaures ont en général trois doigts aux membres antérieurs (ou moins, comme le T. rex qui en a deux). En mettre quatre n'est pas bien grave, mais la paume est vraiment choquante sur un thérapode. Le pire est bien sûr la présence parfaitement déplacée... d'un pouce opposable ! Mais encore une fois, passons...

Après tout, donner des mains au personnage principal est bien pratique, surtout quand, comme Denver le dernier dinosaure, il est destiné à devenir un guitar hero.



Non, ce qui me pose vraiment un  problème chez Impy ce ne sont pas ses bras primatoïdes ou ses grands  yeux  mammaliens.


Ce sont ses ailes. Dans le dos. Comme un petit démon ou un dragon.
Ce qui lui fait un total de six membres, chose peu courante chez les quadrupèdes en bonne santé...

Bon sang, mais si les producteur voulaient des ailes, il leur suffisait d'appeller le film Impy le petit dragon, et toutes les objections tombaient d'elles-même.
Mais non il a fallu prendre un dinosaure, et transformer l'entreprise en une insulte mortelle envers les personnes de bon sens en général et les paléontologues du Secondaire en particulier.
Snif.

PS
: en complément du beau commentaire de Torotoro, je vous incite à aller visiter ce fabuleux
Bestiaire médiéval où vous trouverez des images des ancêtres d'Impy. Moi, je trouve que ce prétendu dinsaure a defaux airs d'aspic...

Partager cet article

Repost 0
Published by Abie - dans Diatribes
commenter cet article

commentaires

tibo 20/05/2008 16:49

cadeau : http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/us_and_americas/article3941545.ece

bli 10/05/2008 16:46

Je ne suis pas sûr que les enfants en savent plus que leurs parents sur les dinosaures: c'était très à la mode quand j'étais petit, enfin, je crois. En tout cas, mon frère savait plein de noms latins de dinosaures à la fin des années 80; j'ai peut-être une vision biaisée.

Cyril 04/05/2008 21:24

Le plus drôle dans cette "draco-anthropo-morphisation" du dinosaure (sur une vague base de théropode, quand même...), c'est qu'elle ne va même pas passer auprès des gamins, qui en savent souvent, aujourd'hui, autant sinon bien plus sur les dinosaures que leur parents :-PL'autre aspect un peu "positif" de cette banalisation du dinosaure, c'est qu'on verra peut-être moins d'étudiants s'orienter vers la paléontologie en rêvant de trouver des nonosses de dinosaures dans des contrées improbables et qui se retrouveront à ausculter les microfossiles dans un labo sans soleil (travail des plus honorables et absolument passionnant pour certains, si si ! Mais pas forcément pour tout le monde /-P ).

Tororo 04/05/2008 11:25


Ce serait amusant de faire - sur le modèle de ces raccourcis de l'évolution de l'humanité, du poisson à pattes jusquà l'otaku, auxquels ce site consacre une si passionnante galerie - un graphique de l'évolution de l'image du dinosaure dans la tête des gens. Les "premiers" dinosaures qui apparaissent dans les livres du siècle avant-dernier doivent encore tout à l'imagerie des bestiaires médiévaux, des "livres des monstres" à la façon de celui d'Ambroise Paré, des hybrides burlesques des Fanfreluches Antidotées: bosses de chameaux sur pattes de poules, têtes de veaux sur cous de tortues, écailles par-ci et pustules par-là, foisonnant de cornes et d'appendices bizarrement  disposés, avec des traits humanoïdes rappelant le Moine de Mer, il est clair que ceux qui les dessinent les pensent comme des brouillons un peu ratés, des erreurs de la nature dont l'apparence grotesque présage et justifie a posteriori l'extinction  (self-fulfilling prophecy at work!)... A mesure que les hypothèses sur leur anatomie se précisent, on se met à les profiler comme des Cadillac: ils deviennent de plus en plus "fonctionnels",  et, quand ils envahissent la littérature de masse, plus menaçants... L'humanisation à laquelle ils avaient pour un temps échappé les rattrape insidieusement, car il faut bien des hommes, sous les combinaisons de caoutchouc, pour les incarner à l'écran...
Dès lors qu'ils sont promus au grade de Grands Méchants de fiction, on s'intéresse à leur psychologie, et, leur exactitude anatomique supposée - abondamment documentée -  leur servant d'affidavit, ils deviennent aussi rusés et manipulateurs que des Spielberg à collerette; comme un histoire marche d'autant mieux que le méchant est plus réussi, ils conquièrent la sympathie du jeune public; l'étape suivante est leur merchandisingation, et il ne reste plus qu'à en faire des peluches... Impy le petit dinosaure en est à ce stade: la boucle est bouclée, et à son tour, il semble se diriger tout droit vers une impasse de l'évolution...

Sébi 04/05/2008 10:22

D'ailleurs il lui manque pas des mamelles dans l'entrejambe, à Impy ?

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao