Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2006 2 03 /01 /janvier /2006 05:43
Il y a quelque temps déjà, un jour que je lisais Slashdot (ça m'arrive, héééé oui...), je suis tombée sur un article qui m'a franchement bluffée.
C'est une histoire presque trop belle pour être vraie, une caricature de conte de Noël : l'histoire d'un jeune inventeur de jouets (ça commence bien, hein ?) qui, un jour, a l'idée du siècle. Les bulles de savon, voilà un jouet universel et indémodable qui a amusé des générations d'enfants depuis des siècles. Comment faire du neuf avec un classique pareil ?
Hé bien en faisant des bulles de couleur !

Sitôt dit, sitôt entrepris, il fonce chez le droguiste le plus proche en pensant qu'il va devenir riche avec cette idée.
Mais le problème est moins simple qu'il n'y paraît. Quand on mélange du savon et de la couleur, plusieurs options se présentent.
  • Le mélange ne mousse plus. Pas de bulles. Fin de l'histoire.
  • Le mélange fait des bulles, mais transparentes : échec.
  • Le mélange fait des bulles, mais toute la couleur tombe au bas des bulles : échec.
Il faut imaginer l'aspirant millionnaire dans une cuisine défigurée par ses expériences, se ruinant avec enthousiasme en teinture pour cheveux, colorants alimentaires, encres et autres, pour un seul résultat : strictement rien.
Il se met donc à considérer la chimie de la bulle, les différents surfactants et les brevets déposés dans le domaine des colorants et réussit même à obtenir de jolies bulles...à base d'acide nitrique, qui bouffe les vêtements et le reste. Encore raté.

zubble bleueEnfin, un jour, après plus d'une centaine de prototypes, miracle : une bulle bleue. Eurêka!
Il fonce voir les sociétés de jouets pour envisager la production, et se voit répondre... que ça ne va pas être possible.
La teinture est à peine soluble dans l'eau, c'est à dire indélébile selon les moyens les plus courants, y compris et surtout sur la peau.
Invendable. Retour à la case départ.

Sérieusement déprimé, notre inventeur remise son obsession au placard, et s'occupe de continuer à gagner sa vie comme inventeur de  jouets, ce qui n'est pas de tout repos.
Et puis au bout de huit ans, la chance finit par lui sourire. Il trouve un investiteur, monte sa petite société, et décide de présenter ses bulles à ce monsieur qui croit en lui, et
rendez-vous est pris pour le lundi suivant.
Mais tout s'écroule : il lui est impossible de reproduire les résultats précédents, sans doute à cause d'une modification des produits vendus en magasin.
Dans un grand week-end de panique, il essaye tous les savons qu'il peut trouver, sans succès et décide donc de chercher, en catastrophe, une nouvelle teinture : il dévalise l'intégralité des magasins ouvert et se ruine en colorants vendus 30 dollars le petits flacon, qu'il n'avait encore jamais utilisé.

Et poum, paf, tralala, ça marche. Non seulement il a des bulles colorées, mais la couleur part à l'eau !
Euphorie générale. Bonheur !

En été 2004, les deux partenaires réunissent un panel de gosses et de parents pour tester ce fabuleux produit. Les cinq premières minutes sont fabuleuses : les gosses sont épatés, les parents attendris... jusqu'à ce que les bulles explosent.
Et là, rien à faire : que ça parte à l'eau ou pas, le volume sonore indique bien vite que s'il veut vendre des bulles colorées, il va falloir qu'elles ne tachent pas du tout.

La chimie organique ne connaissant pas, aux dernières nouvelles, de colorant hydrosoluble qui disparaisse par magie, à ce stade là, une personne normalement constituée abandonne (en se demandant pourquoi elle ne l'a pas fait avant). Lui, non.
Notre héros prend conscience de ses lacunes en chimie, et va chercher un chimiste compétent en matière de colorants (ça n'a pas l'air facile à trouver).
Pendant des mois, ils testent des centaines de molécules, et à la sueur de leurs fronts, trouvent leur Graal : un colorant dont le noyau lactone est instable : la chaîne se referme sur elle même à la moindre provocation.
Un peu de frottement, d'eau, de chaleur, ou un simple contact prolongé avec l'air, et pouf ! plus rien.
En termes profanes : ça c'est de la magie, Mieux-Aimée.

Et voilà. Après onze ans de persévérance, nous avons enfin des bulles colorées.
Elles s'appellent Zubbles, ont gagné un
Best of What's New Awards  de Popular Science, et devraient débarquer aux Etats-Unis cet hiver.
Je serai sans doute parmi les premiers à me jeter dessus dès qu'elles seront disponibles..
Amen.



Sources :
Edit : Elles ont même une entrée Wikipédia (but then again, what doesn't?)
Edit : Nous sommes le 28 décembre 2009. J'ai des Zubbles plein ma salle de bain. Je suis émue, un peu.


The title of this note is funny, on account of it being a pune, or play on words

Partager cet article

Repost 0
Published by Abie - dans Enthousiasmes
commenter cet article

commentaires

Dém 06/01/2006 11:20

Je n'aurai qu'un mor: «Ooooooooooh ! :)»

steph 04/01/2006 11:38

1 - c'est beau tant d'abnégation à la tâche2 - c'est beau tout court3 - en physique ou en chimie, la magie n'existe pas ;)

Abie 04/01/2006 12:19

Pour citer mon auteur fétiche, Pratchett, ce n'est pas parce qu'on sait comment ça marche que ce n'est pas de la magie...

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao