Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2005 3 21 /12 /décembre /2005 02:36
Voici la suite tant attendue de mon article traitant de la littérature des mondes parallèles. Je vous y promettait, il y a deux mois déjà, de la medieval fantasy, et de l'authentique fantastique.
Les voici, les voilà.

Les lions d'Al-Rassan, de Guy Gavriel Kay
Traduit de l'anglais par Elisabeth Vonarburg, éditions J'ai Lu, 2005

Nous nous retrouvons ici non dans un univers moderne qui ressemble au notre, tout en ayant bifurqué à moment donné de l'histoire, comme dans l'Affaire Jane Eyre, mais dans un monde médiéval très loin de nous, où les différentes avec la réalité sont flagrantes et fondamentales. Un exemple parmi d'autre : ce monde possède deux lunes.

Pourtant, très vite, la similitude des choses saute aux yeux. Dans une péninsule méridionale appellée l'Espéragne, dont deux peuples aux religions opposées se disputent la souveraineté, on voit les rois se livrer à des guerres fratricides, tandis que des califes tentent de rescussiter la gloire moribonde du Royaume d'Al-Rassan, et qu'un peuple errant vit s'écrouler la précaire sécurité dont ils avaient bénéficié pendant la paix.
Autant vous dire que les sous-titres ne sont pas nécessaires pour voir dans ces Jaddites, Asharites et Kindrath les Chrétiens, Maures et Juifs d'une Reconquista d'autant plus saisissante qu'elle est parée des artifices de la fiction.
Les héros choisis par l'auteur, un dans chaque peuple, sont d'une étonnante profondeur pour des personnages archétypaux, et l'auteur excelle à décrire ce qu'une mauvaise quatrième de couverture appellerait des destinées flamboyantes prises dans la tourmente de l'histoire.
Il réserve d'aillleurs au lecteur quelques surprises bien ménagées, en le poussant à faire de lui-même de fausse inductions...

Après avoir lu ce livres et quelques remarques générales sur l'oeuvre de G.G.Kay, l'envie ne me manque pas d'aller voir si ses autres ouvrrages font preuve d ela même originalité. A suivre, donc!

Par ailleurs, il paraît  qu'un film est prévu sur la base de ce livre, mais l'annonce date de près d'un an et le projet semble en stand-by, avec une sortie préve pour 2007.
La qualité d'un livre ne prédit en rien celle du film subséquent, mais il y a sans doute plus d'espoir pour celui-ci que pour une adaptation d'un pur navet, non? J'essaye de rester optimiste, ne me découragez pas...

Pour en savoir plus :

De flammes et d'ombre, de Kurt Steiner

Malgré son pseudonyme, l'auteur est tout ce qu'il y a de plus franchouillard et s'appelle de son vrai nom André Ruellan, assez connu des amateurs de fantastique des années soixante et soixante-dix.

J'ai piqué le vieux poche à mon auguste géniteur, qui rentre indubitablement dans cette catégorie, et j'y ai trouvé un intérêt certain : ce roman décrit comment la vie d'un simple docteur de campagne (une campagne anglaise très convaincante d'ailleurs) se désagrère inéluctablement à partir d'un ou deux événements étranges.
Le caractère cauchemardesque de sentir que la réalité vous échappe prend des proportions dantesques lorsqu'au titre de médecin vous avez charge d'âmes, et que vos inexplicables erreurs entraînent des décès à répétition.
Je ne crois pas avoir l'estomac particulièrement fragile (à 15 ans, je taillais des cerveaux humains à joyeux coups de scalpel), et pourtant la description de son impuissance devant la mort en couches d'une patiente par une spectaculaire hémorrhagie m'aurait presque donné envie de pleurer.
Sans trop déflorer l'histoire, contentons-nous de dire que le cauchemar ne s'arrête pas là, et que la fin, qui relève autant du fantastique que de la parabole, ne manque pas d'élégance.

L'édition Fleuve noir que j'ai entre les mains doit être épuisée depuis vingt-cinq ans, mais le texte est disponible, avec un autre roman et une flopée de nouvelles, dans une édition plus récente (image ci-contre)

Ah, et mon père n'a pas aimé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Abie - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

caro 31/12/2005 10:41

je te souhaite une trés bonne année et bravo pour ton super site !

 

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao