Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 22:10
Je découvre par hasard que les Presses universitaires de Lyon pratiquent la mise en ligne de certains de leurs livres sous licence Creative Commons. Et par la même occasion, je tombe sur un prologue de livre qui fait froid dans le dos en dévoilant un puits stupidité cosmique:
Vingt-huit jours après sa sortie, la diffusion du film L’Armée des douze singes a été interrompue par décision de justice parce qu’un artiste prétendait qu’une chaise du film ressemblait à une esquisse de mobilier qu’il avait dessinée. La diffusion du film Batman Forever a été menacée parce que la « batmobile » traversait une arrière-cour dont l’architecte prétendait qu’elle était couverte par un copyright : il réclamait de l’argent avant de laisser sortir le film. En 1998, un juge a suspendu la sortie de L’Avocat du diable pendant deux jours parce qu’un sculpteur affirmait qu’une de ses œuvres était visible dans le décor. C’est à cause de ce genre d’incidents que les juristes ont compris qu’il leur fallait superviser les réalisateurs. Ils ont convaincu les studios que la supervision artistique était d’abord une question juridique.

[...]
Jessica Litman, professeure de droit, écrivait que le droit de la propriété intellectuelle est rempli de règles qui susciteraient l’incrédulité des citoyens ordinaires. « Ce n’est pas possible qu’une loi dise ça. Ce serait stupide » . Pourtant, ces lois existent bel et bien, et elles disent exactement ça, et elles sont aussi stupides que le pensent avec raison les citoyens ordinaires.

[...]
« Tu es totalement libre de faire un film qui se passe dans une chambre vide en prenant pour acteurs tes deux meilleurs amis ».

Lawrence Lessig (site perso, W), L'Avenir des idées — Le sort des biens communs à l'heure des réseaux numériques, 2005, Presses universitaires de Lyon, disponible en ligne.
Ah, et Captain Copyright, ce n'est malheureusement pas une blague...


NB : Il y a clairement une confusion entre L'Associé du diable (1998) et L'Avocat du diable (1993).

NB 2
: Ceci est la centième citation que je blogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Abie - dans Guillemets
commenter cet article

commentaires

sieglind la dragonne 10/12/2007 08:31

Incroyable !! Je garde et balance à dragon, ça va bien lui plaire ça encore !Bonne semaine (j'ai du bol, je suis ni cinéaste, ni artiste, pas d'occasion de me prendre le chou donc)

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao