Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2005 1 07 /11 /novembre /2005 00:00
Par Gionale Nuovo, un incroyable blog bourré d'érudition et de curiosité, une images très intéressante, tirée du Livres des emblèmes d'Alciato (pour plus de détails, lisez par là) :

festina lente
Elle représente un javelot (la flèche), autour duquel s'enroule un poisson, et non un serpent comme je l'ai  d'abord cru, pensant y voir un lien avec le serpent-javelot de Lucain déjà évoqué.
Le javelot représente la hâte, la vitesse, et le poisson représente les obstacles et les contre-temps, l'ensemble délivrant un message simple et bien connu des fabulistes : Hâte-toi lentement. (voir l'emblème entier,  ici en latin, là en anglais)

Je ne sais pas pour vous, mais le lien entre poisson et lenteur ne frappe pas immédiatement : il est donc nécessaire de préciser qu'il ne s'agit pas de n'importe quel poisson, mais d'un rémora, dont la ventouse dorsale a la propriété d'adhérer solidement aux requins, aux cétacés, et même aux coques des navires.

remora avec bateau, miniature médiévale

Ce qui ne nous dit toujours pas le lien entre ce pasager clandestin et l'idée de lenteur...
La réponse ce trouve chez les anciens : le nom grec de Echeneis, donné maintenant à la famille systématique, vient de echein retenir, et naus navire, et Mora, en latin signifie retards, contre-temps..
Les anciens pensaient en effet que le rémora, pour petit qu'il soit, avait le pouvoir d'arrêter les bâteaux, même en pleine tempête!

gravure remora

Cela a été décrit, apprend-on dans ce superbe Bestiaire médiéval, par Lucain (encore lui), Pline l'Ancien et Isidore de Séville, et Pline le Jeune va jusqu'à lui attribuer la responsabilité de la défaite de Marc-Antoine à la bataille navale d'Actium!

*   *
*
Ce site consacré au bestiaire médiéval est vraiment fabuleux, ne serait-ce que pour la richesse de son iconographie.
amphisbene médiéval
Pour compléter mon dernier post, voici donc, à titre de démonstration, quelques bêbêtes enfin illustrées :

- un amphisbène (ceux qui on oublié ce que c'est ont gagné le droit d'aller voir par là)

aspic
- un aspic dans une pose très classique (il n'y a qu'à feuilleter Mandragore pour s'en rendre compte), où on le voit se défendre contre la musique d'un charmeur de serpents en collant une de ses oreilles au sol, et en bouchant l'autre avec sa queue.
J'apprend du même coup que c'est un symbole des riches et puissants, qui étouffent leur âme avec des plaisirs terrestres (le sol) et leurs péchés (la queue).
ceraste

- un céraste (vipère cornue), qui démontre que les critères de sélection pour être modèles d'illustrateurs n'étaient pas très strict : nous avons ici un serpent avec des pattes et une tête  très mammalienne... Mais comme l'aspic avait déjà des ailes en rab des pattes, ne faisons pas la fine bouche.



Et en bonus, vous trouverez par-là l'étymologie médiévale du nom du boa : peut-être pas vrai, mais tellement drôle!


Eh bien j'ai réussi mon coup : avec tout cela je n'ai plus qu'une envie, c'est d'aller voir l'exposition d'enluminures sur le Bestiaire médiéval à la Bnf.
En attendant, il y a toujours l'exposition en ligne, superbe.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sieglind 08/11/2005 07:46

Très intéressant, j'adore tout ce qui a trait aux animaux fabuleux, que du bonheur donc. Quelle documentation! Merci pour cet article qui nous apprend, ou nous remets pleins de choses en mémoire.
Bonne journée.

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao