Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 00:02
Bon.
Je me baladais tranquillement sur le net, quand j'ai soudain découvert que je connaissais personellement une candidate aux législatives dans la 2e circonscription de Paris, Marine Roussillon. Je me suis empressée d'aller voir sur son site ce qu'elle y raconte, et d'écouter l'enregistrement de son débat sur RFI avec une candidate socialiste, Sylvie Faucheux, au sujet de l'autonomie des universités.

Il est toujours intéressant d'écouter une voix familière causer dans le poste, mais j'y ai surtout gagné un énorme sursaut quand j'ai entendu Sylvie Faucheux énoncer avec une confiance sans faille que :
Il ne faut pas se voiler la face, le système français de l'enseignement supérieur est le plus inégalitaire qui existe.
Hein? La suite du discours évoque les différences de traitement entre grandes écoles et universités. Certes.
Cela justifie-t-il le moins du monde d'émettre une énormité pareille?
Croit-elle vraiment que la France a le supérieur le plus inégalitaire au monde? Je peux citer sans réfléchir deux ou trois pays occidentaux où une année universitaire à 200 euros est un rêve d'idéaliste, sans même parler des pays du tiers-monde.
(Tiens, j'ai même trouvé un soutien de l'étranger pour mon point de vue...)
Cette dame est président d'université tout de même, elle est censée savoir de quoi elle parle! J'avoue ne pas bien comprendre sa démarche. Mais bon.

Vers la fin de l'émission, elle dit aussi :
Nous sommes quand même le pays développé qui a le moins de diplômés du supérieur
Sans mon étranglement précédent, j'aurais été prête à la croire sur parole, mais maintenant, je doute.
L'un d'entre vous, fidèles lecteurs, saurait-il où se procurer ce genre de statistiques?



Asmani.jpgMon autre motif de gueulante contre une candidate aux législatives m'a été fourni par un ami qui a trouvé dans Libé une histoire ahurissante sur la candidate UMP de mon quartier, Lynda Asmani.

J'avais été surprise de trouver dans sa profession de foi (dont la couleur dominante est un robe bonbon un peu étrange pour un parti de droite) des témoignagnes de soutien dithyrambiques de la part de Bernard Kouchner et Martin Hirsch.
J'ai ensuite raisonné que, le 10e arrondissement étant un bastion de la gauche, elle avait dû aller chercher des cautions aussi peu de droite que possible pour espérer aveoir une chance.
Mais d'après l'article de Libération, l'histoire est encore plus simple :
Kouchner indique n'avoir «jamais adressé de message d'encouragement» à cette candidate, Hirsch ajoutant qu'il « ne la connaît même pas» ... Fort de ces désaveux, Dreyfus, qui a siégé aux côtés de Kouchner dans le gouvernement Rocard, a «fait sommation», par avis d'huissier, à son adversaire de «supprimer toute référence» à ces soutiens mensongers. Asmani n'en a tenu aucun compte : sa profession de foi parvenue vendredi chez les électeurs reprend les faux propos de Kouchner et Hirsch.
C'est tout de même ballot.
J'ai cherché sa profession de foi sur le net pour vous la montrer mais son site est un peu vide. Il y a plus de choses sur son blog mais j'ai des soucis avec le lien vers sa profession de foi (il commence par c:Program FilesWanadoo, ce qui est plutôt mauvais signe).
Mais comme je suis prête à tout pour vous, je fournis l'immense effort d'en passer le bout incriminant au scanner. Pfiou. Épuisant.

Asmani.jpeg

Comme vous pouvez le voir, le bleu layette le dispute au rose bonbon, et elle n'y est pas allée avec le dos de la main morte
Lynda Asmani est emblématique de cette nouvelle génération de politiques qui combat pour les Droits de l'Homme...
Et le rédacteur a réussi à faire une faute d'orthographe au nom de Martin Hirsch. Doux Jésus.

Je suis très curieuse de savoir comment cela a pu se passer. A-t-elle tenté de les contacter ? Ont-ils au moins ne serait-ce qu'entendu parler d'elle ? Avait-elle l'autorisation du bureau de l'UMP ?
Bystère et moule de gomme.



Le journalisme d'investigation étant chez moi une seconde nature (hum hum), et partant du bon principe qu'il vaut mieux s'adresser à Dieu qu'à ses saints, je suis allée poser mes question à Mme (Mlle? who cares...) Asmani directement par mail.

Elle a eu la grâce de me répondre immédiatement malgré l'heure ava
ncée, ce qui me permet de vous apporter ce scoop en extra-exclusivité. Je reproduis ici sa réponse (les ajouts entre crochets sont de moi)
Je vous remercie pour votre mail et je vais vous répondre aussi sincèrement que vous m'avez écrit. je suis en effet bien soutenue par la majorité Présidentielle à laquelle (cela ne vous a pas échappé) Messieurs Hirs[c]h et Kouchner appartiennent désormais et ceci de leur propre chef. Ils mènent une action gouvernementale qu'ils ne souhaitent pas voir s'arrêter demain et c'est pourquoi, ils soutiennent les candidats de la majorité pour pouvoir faire appliquer leur politique à l'Assemblée le 17 juin.
La kabbale montée de toute pièce par Monsieur Tony Dreyfus [lien], ami personnel des deux ministres vient juste illustrer son intolérance à constater l'ouverture et la révolution culturelle faite par l'actuelle majorité présidentielle.
Je suis bien soutenue et je le dirai aussi publiquement par voix [de presse] dans les prochains jours, mais je crois plus utile de proposer des projets aux habitants du 10ème que de polémiquer avec Monsieur Dreyfus qui n'est ni habitant, ni électeur et qui se moque profondément du 10ème et de ceux qui y vivent.
je suis sereine et la vérité sera faite devant les électeurs.
Mon analyse ? D'abord que cette dame est polie.
Ensuite qu'elle est manifestement douée en damage control (le second ne va pas sans le premier).
En gros, on peut résumer ainsi son argumentation :
1/Kouchner et Hirsch (re-faute d'ailleurs) sont au gouvernement et le soutiennent
2/ ils veulent que ce gouvernement puisse continuer à gouverner
3/ donc ils soutiennent implicitement tous les candidats de l'UMP aux législatives
4/ ergo Mme Asmani était dans son droit de se targuer de ces soutiens dans sa profession de foi.
Ma bonne volonté achoppe entre l'étape 2 et 3. Après tout, on pourrait considérer que M. Kouchner est susceptible de "soutenir" à égalité tous les candidats suscptibles d'être d'accord avec sa politique étrangère, mettons, à titre d'exemple : UMP et Modem.
Mais admettons quand même ce point, pour  pouvoir passer au suivant : Selon sa rhétorique, elle peut mettre n'importe quelles louanges à sa personne dans la bouche de n'importe quel ministre, et considérer ça fair play.
Or, à mes yeux, il y a une grosse différence entre mettre dans ses tracts un paragraphe du type
"Les ministres du gouvernement viennent tout juste de prendre leurs fonctions; pour qu'ils puissent développer leur politique de réformes, donnez leur une assemblée coopérative en élisant les candidats UMP, comme moi"
et prétendre que lesdits ministres se consument d'admiration pour ma personne.
Notons d'ailleurs, histoire de finasser, que M. Hirsch n'est pas ministre mais Haut-commissaire, terme qui ne s'appliquait jusque-là que pour la sorte de préfet des territoires d'outre-mer.  

Pour terminer, elle passe à l'attaque ad hominem sur son concurrent direct, le maire PS du 10e arrondissement Tony Dreyfus. Le fait qu'il s
e moque ou pas des habitants de l'arrondissement est complètement à côté de la plaque.
Ce n'est pas parce que l'adversaire est un vilain-pas-beau qu'on est autorisé à faire n'importe quoi.
Et surtout, ce n'est pas parce que le vilain-pas-beau dénonce ledit n'importe quoi que la démarche devient soudainement honorable.

J'attend de voir son communiqué de presse. Les dénégations de Kouchner et Hirsch datent du 29 mai (probablement le moment où les professions de fois sont arrivées dans les chaumières), il y a presque déjà une semaine. J'ai l'impression qu'elle retarde au maximum, en espérant que les grands médias ne reprendront pas l'histoire et qu'elle pourra faire la sourde oreille jusqu'à dimanche, jour du premier tour.

Pour l'instant, l'histoire a été détaillée dans Libération (article daté du 2 juin) et le Nouvel Obs (31 mai), mais c'est à peu près tout, sauf à compter les blogs des opposants de Mme Asmani, comme celui de Véronique Dubarry (Les Verts).
J'ai toutefois noté qu'elle avait été rapportée, en anglais s'il-vous-plaît, par le blog French Politics de Arthur Goldhammer.
Wait and see...

Complément : L'histoire est reprise par 20 minutes (03/06)  et Orange Actualités (29/05), ainsi que par les Verts du 10e.


Partager cet article

Repost 0
Published by Abie - dans Diatribes
commenter cet article

commentaires

Maurinier 07/06/2007 15:12

Le Canard en rajoute une couche dans son édition du 6 juin (dernière page)Voilà un parti où règne l’émulation : l’élève veut suivre le chemin du maître en matière d’esbroufe et de contrevérités. Et puis, vu l’enjeu, la fin justifie les moyens. Soyons pragmatiques !

sieglind la dragonne 06/06/2007 07:45

Un coup de gueule double donc ! Il faut dire que l'énormité de la première sortie a de quoi interpeller ! Pour la seconde, la brave fille présente peut-être beau sur les clichés, mais elle commence plutôt mal dans la "carrière" avec ce genre de bourdesBonne continuation Abie ( (entre nous, ici, nous avons un maire dans le même style - élu par les morts comme les Corses certainement, puisque je je rencontre personne qui le porte dans son coeur depuis qu'il est au fauteuil - et dont j'attend de voir la trombine parce qu'il sent le vent tourner et un détail le prouve, quand on connaît le coco : pas une photo de lui dans la feuille qu'on reçoit de la municipalité sur la vie du bled, d'habitude, il s'arrange toujours pour y figurer en bonne place, que ça soit pour l'ouverture d'un salle quelconque ou une remise de diplômes ou merdouilles. Tout ça pour dire que ce grand mégalo a fait jouer ses "connaissances" pour se faire élire (pour se voir fermer les portes de ces bons potes quelques temps plus tard... strange non ?)

Tororoshiru 05/06/2007 06:15

Rendons à Ms. Asmani l'hommage qu'elle mérite: elle possède à tout le moins ce que nos amis anglo-saxophones appellent "a strong fashion sense". Le bleu layette, le blanc pas très net et le rose bonbon seront de toute évidence les couleurs les mieux portées, de la droite de la gauche à la droite de la droite, pour la saison qui s'annonce. En effet, c'est dans de tels moments qu'on apprécie à leur juste valeur les couleurs sur lesquelles, comme disait ma grand'mère, "la crasse ne se voit pas" (enfin, pas trop).

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Ordo Ab Chao