Samedi 26 mars 6 26 /03 /Mars 00:00

Pour ceux qui se poseraient la question, je sais comment aller au Paradis terrestre. C'est tout simple : il est coincé entre le Golfe persique et Babylone, juste à l'est de l'Arabie heureuse.

 

SItuationParadisTerrestreBigOn clique pour exalter.

 

Source : La Sainte Bible traduite en françois, Liège : Broncart, 1701, p. page LXXXVI.

Par Abie - Publié dans : Brèves du jour
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Vendredi 25 mars 5 25 /03 /Mars 12:29

Je ne prétends pas que le monde entier devrait passer au système métrique. Mais cette vidéo est censée présenter des faits « scientifiques »...  Et ce n'est pas parce que la vidéo parle de boobs qu'on ne peut pas avoir un peu d'amour-propre. Alors hop ! on va réviser ses unités SI !

 

Centilitres.png

 

10 000 centimètres cube (= 10 000 millilitres) = 10 litres tout rond

 

Vidéo avec plein d'infographie sur les seins, via SA

Par Abie - Publié dans : Brèves du jour
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Lundi 21 février 1 21 /02 /Fév 17:47

J'ai retrouvé cette carte en rangeant. Des années après, elle me fait toujours autant rigoler...

 

TrivialPursuit.png

 

Hé ouais.On l'oublie souvent dans les cartes du système solaire, tout comme la célèbre théière...

Par Abie - Publié dans : Brèves du jour
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Dimanche 20 février 7 20 /02 /Fév 19:09

Je sais que ce blog est sous respiration artificielle (on ne peut même pas parler de soins intensifs), mais croyez-moi, il n'est pas le seul.
Blâmez Tumblr, le microblogging, ou ma velléitarité chronique si ça vous amuse. Ou bien (solution recommandée) épargnez votre salive et apprenez à vous servir d'un agrégateur, ça ira plus vite.

Mais sachez qu'écrire ici me demande de surmonter plus que ma propre paresse : voici la gueule de l'interface d'Overblog.

 

overbloug

 

Merci les gars. Ça aide vachement pour vérifier son orthographe.


Par Abie - Publié dans : Brèves du jour
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Dimanche 20 février 7 20 /02 /Fév 17:46

 (Cet article est dédié à Sandra, green ink addict en exil albionesque.)

Pour des raisons qu'il serait trop long d'expliquer ici, je me retrouve à lire les paroles de God Save the Queen, et laissez-moi vous dire que c'est pas bien fameux. Le premier couplet, c'est le bien connu :

    God save our gracious Queen,
    Long live our noble Queen,
    God save the Queen:
    Send her victorious,
    Happy and glorious,
    Long to reign over us:
    God save the Queen.


Et pour rigoler un peu, voici le même couplet tel que chanté par les Canadiens francophones

    Dieu protège la reine
    De sa main souveraine !
    Vive la reine !
    Qu'un règne glorieux,
    Loin et victorieux
    Rende son peuple heureux.
    Vive la reine !

Cette version présente plusieurs points d'intérêt.
Pour commencer, il semble démontrer que le français est une langue profondément républicaine, qui n'admet pas à « reine » la majuscule que l'anglais met à Queen.


Secondement, j'y vois comme un souci de scansion : si c'est chanté sur la même mélodie, comment caser « Vive la reine » (trois syllabes en parisien, quatre avec les conventions de la poésie, cinq en ajoutant le e muet de la fin)  sur la mélodie de God/save/our/grèèèè/cious/Queen (six syllabes) ?
Toute suggestion bienvenue.
 

Enfin, une question soulevée -d'une seule main- par le Picard Garou : pour un hymne qui a comme particularité de changer avec le sexe du souverain, c'est un peu gênant d'avoir une traduction avec une rime en « reine »...
Quand le vieille passera l'arme à gauche, ils vont chanter quoi au juste ? « Dieu protège le roi, De sa main en beau bois » (© LPG) ? Soyons sérieux, je vous prie.

Au cas où le problème n'aurait pas été encore résolu, et pour soulager de ce souci une famille royale lourdement occupée par toutes ces invitations de mariage*, permettez-moi de proposer

« Dieu protège le roi, De son souverain bras.»
Ne me remerciez pas, c'est tout naturel.

 

Voilà voilà.


* Nan mais franchement, Beckham et Posh à un mariage royal, qu'aurait dit Léon Zitrone ? Quant à la question de savoir pourquoi diable je sais ça, la réponse est malheureusement trop simple : j'ai encore fait l'erreur d'écouter France Info le dimanche.
Ce qui m'a permis d'entendre Philippe Vandel prononcer ces mots immortels « La frite est au Belge ce que le Belge est à la frite : une part de son patrimoine ». Je peux mourir en paix, maintenant.


Par Abie - Publié dans : Élucubrations
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Vendredi 7 janvier 5 07 /01 /Jan 03:04

L'une des conséquences de s'endormir comme une grosse merde alors qu'on s'est juste allongée quelques minutes en attendant que de pouvoir faire passer un message et partir, c'est qu'ensuite on fait des rêves vraiment vraiment bizarres, et qu'on s'en souvient.


Par exemple un rêve avec des zombies.

Des enfants zombies cannibales.

Maintenant que j'y pense, un peu à la Rodriguez, pour le côté cannibale. Pour le côté enfant, j'imagine que mon inconscient fait une réaction violente au fait d'avoir mis les pieds dans une crèche pour la première fois de ma vie cette semaine.
Un rêve avec une vieille copine à moi (enfin, bonne copine depuis longtemps, pas vieille ; bonne, par contre, oui) mère1 des gosses zombies cannibales, et mariée à Don Draper.

Si, si, alors que je n'ai pas vu un seul épisode de Mad Men.
Un Don Draper complètement psychopathe et abusif.
Pour la suite, vous me connaissez : quand c'est pour moi je m'écrase, mais faut pas emmerder mes potes, surtout une aussi bisounours que cette potesse-là.
Du coup j'interviens, Draper apprécie moyen-bof, on finit par se foutre sur la gueule, et la police vient le sortir manu militari de l'église.

Parce que bien sûr on était dans une église.
Le prêtre fait un peu la gueule d'autant que je suis griffée de partout, avec du sang sur la gueule et les fringues complètement ruinées.
En même temps, quelle idée d'avoir mis une chemise blanche ? Ha, ça devait être pour le genre de cérémonie.

Enfin, on voit bien que c'est de la fiction, quand même. 
Je retrouve des mômes (les mêmes ?) en voie de transformation au surpermarché, où les parents essayent de faire les courses le plus discrètement possible avant de se casser loin des villes.
Bon sang, c'est pas encore censé avoir trente-deux dents à c't'âge-là, si ? Surtout pas hyper-pointues ! Heureusement pour mes mollets que les sangles de poussette sont solides.
Celui de cinq ans, lui, me fait franchement peur, il a l'air d'avoir de plus en plus de mal à se contrôler. Je veux dire, pire encore qu'un enfant de cinq ans normal, quoi. Et il insulte ses parents Exorciste-staïle.
Sur le tapis roulant : jambons crus, steaks, steaks hachés, saucisson, gigot entier. Hyper discret, dis donc. Mais il faut bien prévoir pour nourrir les monstres, j'imagine.
Ou alors c'est mon estomac qui me parle à travers mon rêve.
Du coup je me réveille au milieu de la nuit, hyper vénère (Don Draper, si je te revois, je t'éclate) et morte de faim.


(Non inclus, parce que ça faisait encore moins sens : du sang dans la salle de bain mal nettoyé et detecté par mon œil perçant, ainsi que des mèches étranges. Je ne saurai jamais pourquoi il était révélateur que ce bout de dreadlock soit blond. Ni pourquoi ce mec - clairement un gentil- se faisait renifler à des dizaines de mètres par les zombies en incubation. Il devait avoir une odeur particulièrement appétissante, du coup, quand quelqu'un disait  out of the blue « Bon sang les gars vous trouvez pas que ça sent la viande rouge ?!! », il commençait à prendre ses distances. Aucune idée non plus de pourquoi on faisait comme si de rien n'était au lieu d'alerter la populace. Peut-être parce que les parents se donnaient un mal fou pour sauver leurs gamins du lynchage.)

 

Pas de barbu à l'horizon à qui raconter l'histoire, du coup ça tombe sur vous. Consolez-vous en vous disant qu'au moins, vous, vous pouvez vous arrêter de lire, alors qu'il y a longtemps qu'il a renoncé à m'empêcher de parler.

 

Sinon, puisqu'on est sur le sujet, sachez que mon pouvoir d'analyse de mes rêves normaux (c'est-à-dire fait sans lumière allumée ni chaussures aux pieds) s'affine avec le temps. Encore plus fort que réussir à tracer les divers éléments d'un rêve aux deux ou trois jours précédents (j'ai l'inconscient à ciel ouvert, ça en devient ridicule), je commence à être capable de prévoir à l'avance que telle personne va apparaître dans le rêve de la nuit, parce que l'élément déclenchant est toujours le même.

Vous allez me dire : prédiction auto-réalisatrice.

Et je vous répondrai : bah ouais, mais bon.

Même si en vrai je triche, parce que ça marche surtout pour une très grosse trigger émotionnelle pas marrante. Mais à force elle va s'user, hein. Hein ?

 

Aussi, mon inconscient est meilleur en chimie que je ne l'aurais cru: l'autre nuit j'étais enlevée par le FBI pour suspicion de terrorisme, et je leur tenais un discours un poil contre-productif dans le genre « Moi ? Vous rigolez ? je suis nulle en explosifs, le seul dont je connaisse la formule c'est la nitroglycérine ! Attendez, je vous la dessine... ». Ils n'avaient pas l'air des masses convaincus.

Du coup j'ai vérifié, et  Wikipédia est formelle : l'idée était la bonne, même si mes conventions de biologiste mal lavée mettent à mal l'encombrement stérique. Ça me change des solutions de problèmes de maths qui n'ont jamais voulu marcher au réveil...

 

Bon allez, le stream of consciousness, ça va cinq minutes. Heureusement que je parle de façon un peu plus structurée que je n'écris. Ou du moins je l'espère, laissez-moi cette illusion, par pitié.



1 :Avisse aux copines primipares vues récemment : nan, c'est pas vous, juré craché. Mais vous êtes bonnes aussi.


Par Abie - Publié dans : Élucubrations
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Jeudi 23 décembre 4 23 /12 /Déc 23:48

On me fait remarquer que les amoureux des Feuillantines squattent le devant de la scène depuis un petit moment, du coup je reviens vous parler de mes manies stencilesques.

En me replongeant dans mes pochettes remplies de vieux pochoirs, je me suis rendue compte que j'ai encore plein d'idées à réaliser, mais aussi qu'il m'en restait pas mal à vous présenter.
Le dernier en date m'a demandé beaucoup de temps de conception, mais, nécessité faisant loi, pas trop en réalisation effective. L'idée était d'offrir un t-shirt personnalisé à Nimwendil pour ses trente ans (ciel, comme on vieillit).
Thème : le lierre.

(Par ces temps de froidure, un totem sempervirent est toujours bienvenu.)
Source : on ne peut pas dire que le net souffre d'une pénurie d'images de lierre, mais j'étais décidée à utiliser les photos de cet album.

 

J'avais d'abord pensé à des motifs hyper compliqués, à la fois devant et derrière, qui se seraient rejoints sur l'épaule avec des pousses tendres qui sortiraient du col, et puis...

Et puis la réalité a sonné à la porte, avec l'implacable message que mes feuilles d'acétate sont du A4, pas du A1, et surtout que si je ne me grouillais pas le fion j'allais arriver trop tard pour le gâteau. Cela m'aurait en conséquence forcée au suicide rituel par gourmandise insatisfaite (c'est ça d'avoir des amies pâtissières pro) et j'aurais sûrement cassé l'ambiance, franchement, ça ne se fait pas.


Le résultat est donc plus simple que mes premiers plans : j'ai repris les tiges grimpates de cette photo


3414377500_1978fa175e.jpg

Et ça a donné ça :

 

HederaNim.jpg

Nimwendil végétant (ou presque)

 

Pour rendre l'ensemble moins rigide, je me suis fait plaisir sur les détails : le coeur, mais aussi la manche :

 

hedera2.jpg

et puis une petite dédicace sur l'ourlet de la hanche.


hedera3.jpg

 

Leçon à retenir : les écritures fines marchent très bien, à condition de bien calibrer la technique de dépôt de peinture et le contraste des couleurs.

Et puis l'essentiel : je crois que ça a plu !

Par Abie - Publié dans : Stencils
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Mardi 16 novembre 2 16 /11 /Nov 10:09

Deux insolents rue des Feuillantines (5e) :

 

Getaroom.jpg

 

Le poisson rose d'à côté est franchement choqué :

 

poissonrose.jpg

Par Abie - Publié dans : Au fil des rues
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Mardi 16 novembre 2 16 /11 /Nov 00:30


Je viens d'apprendre que la Fac de Droit de Brooklyn était un peu chafouinée, parce qu'elle a loué sa bibliothèque universitaire à une marque de fringues pour une séance photos, et que les images résultantes (il s'agit de sous-vêtements) sont apparemment un peu plus osées et de mauvais goût que prévu.
Jusqu'ici, je m'en fous tranquillement et vous aussi.
Certains étudiants ont beau protester sur le thème « Hé ho, on bosse tous les hours sur ces ordis, alors mollo sur le destroy », j'ai tendance à penser que tant que les touches des claviers ne sont pas collées entre elles à la suite d'une orgie mal contrôlée, je vois pas trop le pourquoi de tout ce foin.

Et là où je comprends d'autant moins, c'est que la fac a en fait une excellente raison de s'indigner et de pousser une gueulante mémorable au lieu de jouer les vierges effarouchées.

Regardez-moi cette image :


dieselblibli2.png
Vous ne voyez pas ?

Regardez mieux.:

 

dieselbibli.png

 

Mais putain de grognasse, tu vas arrêter d'éclater la reliure de ce bouquin avec ton cul, oui ?!

Et pendant que t'y es, tu veux bien ne pas t'essuyer les grolles sur l'étagère du dessous, tu s'ras mignonne !

Nanméjerève... Je ne suis pourtant pas une fétichiste bibliophile, et je ne vois pas de problème à user un livre en le lisant.

Mais en le lisant justement, avec les yeux, de préférence...

Grrrrmgbl...

Ils mériteraient que je leur lâche le Bookhunter aux trousses, tiens, ça leur apprendrait la vie.

 

NB : Il s'agit clairement d'une publicity stunt de la marque, donc vous trouverez très bien tout seuls de laquelle il s'agit.


Par Abie - Publié dans : Diatribes
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?
Lundi 15 novembre 1 15 /11 /Nov 13:52

Il y a une semaine, je me suis retrouvée en urgence à aller m'approvisionner en papeterie au Monoprix de la Grande Bibliothèque.

Si vous ne partagez pas ce genre de perversion, pas la peine d'essayer de comprendre : une pulsion de papeterie, c'est absolu, ça ne se discute pas.

J'ai du coup découvert une sortie qui m'était inconnue, et -lo and behold!-, voilà ce que j'y vois, coincé entre le Photomaton et la porte de sortie :

 

cotepain.jpg

 

Un distributeur de baguette.

Avec un joli panneau qui vous informe gaiement que :

« Si vous le souhaitez, je peux cuire pour vous une baguette authentique de 220g.

Elle sera chaude et croustillante en une minute à peine. »

 

(On pourrait pinailler sur le fait que la machine possède cette capacité que je le souhaite ou non, mais bon.)

J'imagine que la bête est chargée de baguettes congelées précuites, qui ne demandent qu'un réchauffage pour être « fraîches sorties du four ». J'imagine que c'était au final parfaitement prévisible, et que le résultat est même gustativement supérieur à la baguette au plâtre rassis qui jusqu'ici était la seule option après 22h.

Et pourtant, vous verriez la tête de ma copine pâtissière quand je lui ai montré ça, vous seriez tristes.

 

NB : Je n'ai pas de photo plus rapprochée parce qu'un charmant vigile m'a intimé de cesser ma collecte d'information après que le flash de cette photo a attiré son attention sur mon comportement suspect.

Par Abie - Publié dans : Élucubrations
Insurgez-vous ! - Quèqu'y-z-ont dit ?

Edito

Soyez les bienvenus sur ce petit blog sans ligne éditoriale fixe, qui échoue à mourir depuis 2005.
La fréquence de mise à jour se veut quotidienne au mieux (par ce que je suis de nature optimiste), trimestrielle au pire (parce que je suis velléitaire bien plus encore).

Alea jacta est :


Aussi :



Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés